Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 28e journée
  3. // Nice/Montpellier (2-0)

Nice bénit Bahoken et raffûte Montpellier

Grâce à un doublé d'un nouvel attaquant sorti du centre de formation et une rage collective, Nice s'impose contre Montpellier. Et continue à rêver d'Europe (2-0).

Modififié
Nice – Montpellier : 2-0
Buts : Bahoken (11e, 24e) pour l'OGC Nice.

Au moment de démarrer la rencontre, il y a sûrement dû y avoir certains spectateurs qui ont demandé à se faire rembourser. C'est que, entre blessures et suspensions, il manquait pas moins de 16 joueurs dans les deux équipes (Cvitanich, Pejčinović, Pied, Pentecôte, Traoré, Anin, Eysseric, Cabella, Estrada, Marveaux, Saihi, Aït-Fana, Bocaly, Bedimo ainsi que le fils Puel et Jeunechamp si on cherche bien). Mais dans ces équipes-là, on le sait bien en Ligue 1, ce ne sont pas les individualités qui comptent. Surtout au vu de l'identité des deux techniciens qui prennent place sur le banc. Ce qui fait la différence, c'est la grinta et l'envie collective. À ce petit jeu-là, Claude Puel a donc largement dominé René Girard, qui a cependant des excuses avec le tapage médiatique autour de son possible successeur toute cette semaine. Hilton, son stoppeur coupable sur les deux buts, lui, en a moins.

Bahoqui ?

Les Niçois démarrent donc la partie avec les dents qui rayent le parquet, eux qui s'en sont pris une belle une semaine avant à Saint-Étienne (0-4). Pour relancer la machine, Puel a donc sorti son fameux 4-2-3-1 avec une ligne de trois milieux offensifs à l'aise techniquement certes, mais avant tout chargée d'aller mordre les mollets de la défense adverse dès que l'occasion se présente. Ça va rapidement payer. À la 11e, Vitorino Hilton joue au libéro qui tergiverse parce qu'il veut relancer proprement. Bauthéac gratte le cuir et part sur son côté à toute vitesse avant de centrer. Bahoken suit et trompe Jourdren à bout portant. Bahoqui ? Stéphane Bahoken, un jeune attaquant du centre de formation, pas super physique, mais doté d'une belle accélération. Et d'un sens du but et de l'opportunisme donc, puisqu'il double la mise du bide, après qu'un rush plein axe de Bruins s'est terminé par une frappe sur le poteau à la 24e. Hilton encore une fois a tergiversé, pour ne rien décider.

Montpellier retombe dans ses travers

Si l'on excepte les dernières minutes, où Montpellier a cherché à récupérer un peu de fierté avant de reprendre le bus pour l'Hérault - avec notamment une frappe rageuse de Belhanda qui termine sur la barre transversale - Nice a pu étaler ses forces dans ce match : une défense appliquée, comme Civelli sur les interceptions ou Kolodziejczak sur Utaka, l'Héraultais le plus remuant au départ. Un milieu Digard-Abriel, qui sait conserver et faire tourner le ballon. Et enfin une attaque qui ne cesse de se projeter vers l'avant, Diaz et Maupay s'étant mis au diapason des autres au moment de leur entrée. Du côté de Montpellier, on a retrouvé le Herrera du début de saison, celui qui ne semblait pas fait pour le football, et un Mounier dont on a du mal à croire qu'il a coûté deux fois plus cher qu'Alessandrini. De quoi se dire que Montpellier n'est plus un outsider pour l'Europe. Mais c'est la Ligue 1. La semaine dernière à Saint-Étienne, on aurait pu dire la même chose de Nice...

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 25 minutes Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United il y a 2 heures La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 2
il y a 3 heures Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 25
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 80