Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 21e journée
  3. // Lille/Nice (0-2)

Nice ajoute Lille à sa liste

Plutôt dominateurs, les Lillois ont progressivement baissé le pied avant de se faire surprendre en fin de rencontre par Nice (0-2). Un coup de tête de Civelli et un but de Maupay en contre permettent aux Niçois d'occuper la quatrième place au classement en cette 21e journée de Ligue 1.

Modififié
Lille - Nice : 0-2
Buts : Civelli (76e) et Maupay (85e) pour l'OGC Nice.

Après avoir fini l'année 2012 en trombe, l'OGC Nice a attaqué le mois de janvier sur les mêmes bases. Dimanche dernier, Valenciennes était ainsi reparti du Stade du Ray avec une fessée 5-0. C'est simple, sur les 10 dernières rencontres de Ligue 1, les Aiglons ne se sont inclinés qu'une seule fois. Sur le terrain de Lyon, l'ancien club de Claude Puel. Et aujourd'hui, l'entraîneur niçois était invité à rendre visite à une autre de ses ex, à savoir Lille. Le tout, avec la quatrième place en ligne de mire. De son côté, le LOSC espérait avoir digéré l'élimination en Coupe de la Ligue au bout de la prolongation pour essayer de sortir du ventre mou de la Ligue 1. Il en aura été tout autrement. Les Lillois d'un Dimitri Payet trop esseulé ont dominé l'essentiel de la rencontre. Nice a su faire le dos rond pour marquer en fin de match. Les hommes de Claude Puel s'emparent du même coup de la quatrième place du classement.

Ospina sauve les siens

Si Nice est peut-être l'équipe en forme du moment, Dimitri Payet est également en réussite. Le Réunionnais a tout simplement marqué lors de chacune des quatre dernières journées de Ligue 1. Aujourd'hui aussi, il se montre particulièrement entreprenant. Après une frappe dévissée et un tir lointain, Nemanja Pejčinović est tout près de pousser au fond de ses propres filets un centre-tir de Dimitri Payet. Une action à l'image de ce début de rencontre animé et maîtrisé par le LOSC.

De leur côté, les Niçois n'ont pas l'air d'avoir abordé la rencontre avec la volonté de ne procéder qu'en contre. Malgré leur pressing et leur envie de jouer, ils se retrouvent souvent acculés dans leur moitié de terrain. À part une tentative de lob de l'excellent Didier Digard et un joli coup franc d'Eysseric, il n'y a pas grand-chose à signaler. Même Dario Cvitanich, la sensation du moment, se fait discret. Jusqu'à un petit pont osé que lui met Aurélien Chedjou. Beau joueur, l'attaquant argentin applaudit avant d'aller serrer la pogne du capitaine lillois du jour. Pris par un saignement de nez inexpliqué quelques minutes plus tard, Benoît Pedretti a été visiblement ému par l'action.

Le rythme du match reste toujours aussi soutenu même si les actions dangereuses se font de plus en plus rares. Jusqu'au tournant de cette première période, sur un cadeau de la charnière centrale niçoise. Car quand il s'agit de relancer, on sent Pejčinović et Civelli fébriles. Et quand ce n'est pas le Serbe qui dévisse un dégagement en touche, c'est l'ancien Marseillais qui rend la balle aux Lillois à 35 mètres de ses buts. La punition guette, alors que Dimitri Payet est lancé seul face à David Ospina. Le crochet intérieur est plutôt réussi, mais le gardien colombien se détend magnifiquement pour lui retirer le ballon des pieds.

Nice opportuniste

L'OGC Nice apparaît transfiguré en ce début de seconde période. Chaque récupération est ponctuée par une attaque tranchante. Cvitanich a l'occasion de concrétiser le temps fort des Aiglons après un coup franc dévié, mais il rate complètement sa reprise du gauche. La belle première mi-temps des Lillois semble bien loin, les joueurs de Rudi Garcia accusent le coup. La faute à la prolongation disputée en milieu de semaine ? Le retour dans le match du LOSC coïncide avec l'entrée sur le terrain de Ronny Rodelin, ça ne peut être qu'un hasard. Dans la dernière demi-heure de jeu, c'est encore Dimitri Payet qui s'occupe d'animer le jeu lillois, mais ça reste stérile.

Et sur un coup franc anodin botté par Bauthéac le long de la ligne de touche, Renato Civelli s'élève au-dessus de Roux et Chedjou pour placer un coup de boule puissant dans la lucarne (77e). Steeve Elana ne peut rien faire (0-1). Les Lillois tentent bien de combiner, mais ils se heurtent à Digard ou à la charnière centrale de l'OGCN. C'est ensuite Neal Maupay qui coupe la trajectoire d'un centre tendu de Genevois (85e). Tout juste entré à la place de Cvitanich, l'attaquant de 16 ans (!) inscrit déjà son troisième but en pro. Les Aiglons ont su se montrer patients puis opportunistes pour poursuivre sur leur belle lancée. Il n'en fallait pas moins pour réveiller la rancœur des supporters lillois encore présents au stade. Pour manifester leur mécontentement, ils se mettent à entonner des chants à la gloire d'Eden Hazard et Ludovic Obraniak.

Le toit déployé au-dessus de la pelouse du Grand Stade n'a pas empêché le ciel de tomber sur la tête des hommes de Rudi Garcia. Après avoir été sorti en demi-finale de la Coupe de la Ligue, le LOSC s'est fait surprendre par un OGC Nice qui reste ce soir sur un nuage.

Par Arnaud Di Stasio
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 46 minutes Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 6 il y a 1 heure Christian Vieri derrière les platines 4

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 16