Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 61 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Neymar, tous perdants

Tout ça pour ça ? Après des semaines de dialogues, de négociations, de rumeurs et de drama, la star brésilienne restera finalement la saison prochaine au Paris Saint-Germain. Une décision qui, malgré les apparences, n’est pas uniquement un échec pour le Barça ou les ambitions du Ney.

Modififié

  • Neymar, retour à la case départ

  • Il a fini par jeter l’éponge. Quarante-huit heures avant le gong. Alors que les négociations entre le PSG et le Barça semblaient embourbées, le Brésilien a annoncé à ses proches qu’il serait cette saison encore un joueur de la capitale française. Voilà comment mettre fin à un feuilleton dont il était à la fois acteur principal et co-scénariste, vu son empressement à vouloir retrouver son ancien club. Le meneur avait même proposé de mettre 20 millions d'euros de sa poche pour faire pencher la balance. Du jamais-vu. En Catalogne, il était attendu par des supporters qui, malgré l’arrivée cet été d’Antoine Griezmann, sont convaincus qu’il est le seul à pouvoir succéder à Lionel Messi à moyen terme. L’Argentin a même fait marcher son réseau pour aider son ancien coéquipier à le rejoindre. Finalement, c’est avec une image largement écornée que le Ney revient à Paris la queue entre les jambes.


    Lui, qui était depuis deux ans la tête d’affiche du projet qatari, devra sortir les rames pour retrouver la confiance des supporters et de ses coéquipiers. Thomas Tuchel ne devrait pas lui en tenir longtemps rigueur et devrait, dès le 3 septembre, le considérer pleinement comme un joueur du Paris Saint-Germain. « Quand je pense à une équipe forte, je pense à une équipe avec Neymar, assurait le technicien allemand mi-août avant de fixer quelques conditions. Mais avec un joueur et un bon état d'esprit avec de l'agressivité, des courses, des dribbles et totalement prêt physiquement. » Vu l’été agité qu’il vient de passer, rien ne dit que le Ney se repointera directement à la fin de la trêve internationale (où il doit rejoindre la Seleção aux États-Unis). Reste à savoir si, en faisant demi-tour, le Brésilien s’est mis dans une impasse, auquel cas le feuilleton ne saurait avoir une suite tout aussi fatigante, ou s’il sera capable de rebondir. Pour ça, il faudra aussi éviter la blessure au mois de février. Bref, ce n'est pas gagné.


  • Barcelone, le mal est fait

  • Oui, le Barça est « mes que un club » . Il est aussi le dindon de la farce. Déjà embarqués dans un sale début de saison (4 points en 3 matchs), les Blaugrana ne sortiront pas indemnes de cette histoire. Déjà parce qu’ils ont montré leurs limites sur le marché des transferts. Après avoir claqué 250 millions d’euros cet été (notamment pour Griezmann et De Jong), les Catalans se sont cognés sur un plafond. Leur dernière offre : 130 millions d’euros + Rakitić + Todibo + le prêt d’Ousmane Dembélé pour un an. Non, on ne peut pas dépenser plus que de raison et les 300 millions d’euros demandés par le PSG pour le retour de Neymar n’étaient clairement plus dans leurs moyens.


    Ensuite, le FCB a fragilisé des joueurs déjà au club qui voyaient certainement ces tractations comme un cruel manque de confiance en leurs qualités. Enfin, en mettant des joueurs dans la balance d’un échange, sans réellement sonder leurs envies de départ, il court le risque de perdre également l’investissement de ces joueurs. Ivan Rakitić avait lui fini par donner son accord, pas Ousmane Dembélé. Le voile semble enfin tombé, avec une défaite à la clé. On remet ça l'an prochain ?


  • Le Paris Saint-Germain, une copie à revoir

  • À écouter les premières réactions, la volte-face de Neymar serait un coup de force du PSG. Oui, après des années à surpayer des transferts ou à échouer dans certains dossiers, le club de la capitale tiendrait ici l’affirmation de son autorité dans le gotha européen. Une poigne symbolisée par Leonardo, un homme qui aurait réussi à redonner de la dignité au club en moins de deux mois. Mais en quoi forcer un joueur à rester est-il une bonne nouvelle ? Neymar a fait des pieds et des mains pour mettre les voiles, suggérant en creux que le projet parisien ne pouvait pas correspondre à ses ambitions, et retrouvera le centre d’entraînement Ooredoo avec cette histoire comme un boulet autour de la cheville.


    Alors, oui, le PSG n’a pas fléchi et n’a cessé de réclamer une indemnité équivalente à 300 millions d’euros, après avoir réussi le coup d’attirer le Brésilien pour 222 millions d’euros. Mais n’aurait-il pas eu plus de prestige à convaincre avant la fin de l’été son joueur que cette aventure pouvait être belle encore quelques années ? Cette saga n’illustre-t-elle pas seulement que le club n’est pas assez structuré pour garder des stars comme Neymar, seulement deux ans après leur arrivée ? Finalement, le Paris Saint-Germain se retrouve avec un joueur qui ne veut plus être là et a même pu comprendre qu’il n’intéressait aucunement des joueurs comme Coutinho, Nelson Semedo ou Ousmane Dembélé. C’est dire le pouvoir d’attractivité. Et tout cela sans parler du tumulte dans lequel l’équipe s’est retrouvée ces dernières semaines, rendant le début de saison électrique.


  • Ousmane Dembélé, une opportunité manquée

  • Il était la clé de la transaction. Le Barça voulait s’en débarrasser, sa valeur marchande et son poste d’attaquant permettaient de contenter le Paris Saint-Germain, Thomas Tuchel semblait satisfait de pouvoir retrouver un joueur qu’il a dirigé à Dortmund, et lui pouvait se réjouir à l’idée des futures parties de Playstation avec ses potes Kimpembe et Mbappé. Mais Ousmane Dembélé et son agent Moussa Sissoko se sont montrés fermes, sans jamais fléchir : Ous restera à Barcelone. Tout cela alors qu’il n’a pas réussi à s’y imposer en deux saisons, que le secteur offensif est encore plus bouché et qu’il traîne de plus en plus son image de joueur à l’hygiène de vie déplorable, alors qu’il est actuellement blessé.


    On ne peut pas reprocher au joueur son abnégation, mais à dix mois de l’Euro, le garçon d’Évreux ne met pas toutes les chances de son côté. Surtout que Didier Deschamps l’a dans le collimateur : « La situation est factuelle : le nombre de blessures d'Ousmane sur ces deux dernières saisons et le nombre de matchs ratés, ça fait beaucoup. Quand vous avez eu une grave opération, votre corps, il faut en prendre soin. Les jeunes joueurs ont des difficultés à comprendre qu'il y a les matchs, des entraînements, des choses à faire avant, après et des choses à ne pas faire. Ils doivent prendre conscience des exigences du haut niveau. » À ce rythme-là, difficile de savoir si le joueur sera aussi bien coté dans un an, et plutôt qu'être voulu par le PSG, il pourrait plutôt se retrouver dans un échange avec Camavinga... Un retour au Stade rennais ? Oh la belle histoire !


  • Le Real Madrid, le bluff n'a pas fonctionné

  • En embuscade sur ce dossier, le rival madrilène a tenté sa chance jusqu’au bout pour attirer jusqu’à lui Neymar, au nez et à la barbe de tout le monde. Surtout que les Merengue avaient pas mal d’arguments dans leur besace, avec notamment le gardien Keylor Navas, dont le PSG a besoin. Le transfert du Costaricain devrait tout de même se faire, Alphonse Areola faisant le chemin inverse. Pourtant jusqu’à hier encore, selon L’Équipe, Neymar était en contact avec un émissaire du Real, pour être sûr qu’une porte de sortie ne pouvait pas s’ouvrir. Rien de grave, Zinédine Zidane a de quoi faire, mais le coup aurait été trop beau pour les Madrilènes.

  • Les pistes Icardi et Dybala refroidies

  • Les transferts de ce genre sont souvent le coup de feu à un incroyable jeu de chaises musicales. Le départ de Neymar obligeait alors le Paris Saint-Germain à lui chercher un remplaçant. Les deux noms les plus cités étaient ceux de Paulo Dybala et Mauro Icardi. L'Argentin de la Juventus n'est plus titulaire dans son club, alors que celui de l'Inter est carrément indésirable. Si Dybala n'a pas dit encore son dernier mot chez les Bianconeri, ce non-transfert met Icardi dans un grand embarras : à bientôt 24 heures de la fermeture du marché, quel club d'envergure pourra lui offrir un nouveau challenge ? À moins que Paris considère que, même avec Neymar, il doit encore se renforcer offensivement...

  • La fin de la récré pour Éric Choupo-Moting

  • S'il y en a un qui a bien profité du brouhaha ambiant, c'est l'attaquant camerounais du PSG. Habituel remplaçant de la MCN, Choupo-Moting a profité des blessures de Mbappé et Cavani, ainsi que de la situation de Neymar pour devenir le buteur providentiel du Paris Saint-Germain. Avec trois buts en deux matchs, il a même déjà égalé son bilan de l'an passé. Suffisant pour redorer son blason à Paris, mais qu'en sera-t-il quand le trio sera de nouveau d'attaque ?



    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi

    Hier à 17:15 Affrontements entre des supporters et la police en Suisse 18
    Partenaires
    Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible