Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 61 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Fiorentina-Napoli

Naples, aux abonnés absents

Un recrutement intelligent, un stade partiellement renouvelé et même des places aux tarifs avantageux : cette saison, la direction azzurra a mis le paquet pour fidéliser les tifosi du Napoli, qui préfèrent depuis belle lurette se mobiliser lors des affiches à enjeux, plutôt que de se déplacer invariablement au San Paolo. Problème : alors que Naples entame sa saison de Serie A à Florence ce samedi, le club ne dénombre qu'environ 8000 abonnés, un des chiffres les plus faibles de l'élite italienne. Bizarre, pour une équipe qui revendiquait pourtant régulièrement autour de 60 000 abonnés dans les années 1980 et en comptait encore plus de 20 000 au début de la décennie 2010...

Modififié
De loin, cela ressemble à un mystère. Comment Naples, la ville italienne la plus gaga de football de toute la Botte, se retrouve année après année avec un San Paolo à moitié plein ? La mythique enceinte du Napoli a beau compter 55 000 places assises, elle ne remplissait en moyenne qu'autour de 34 000 sièges la saison dernière. Le club partenopeo ne rassemblait alors que la 6e affluence de Serie A. Loin, très loin des autres équipes qui ont fini dans le dernier top cinq du championnat, à savoir l'Inter, le Milan, la Juve et la Roma, qui revendiquaient respectivement des moyennes de 62 000, 52 000, 40 000 et 38 000 spectateurs à domicile. De quoi se demander ce qui ne tourne décidément pas rond dans les tribunes de ce Napoli-là.

Le lifting du San Paolo


Quelques chiffres en guise d'apéritif : Naples pâtit d'un nombre d'abonnés en chute libre depuis le début de la décennie, qui ne lui permet pas de mobiliser nécessairement une base massive de tifosi lors de matchs à faible enjeu ou contre des équipes de bas de tableau de la Serie A. Depuis la faillite du club partenopeo en 2004, qui conduisait à sa rétrogradation en Serie C, le record d'abonnements du club monte à 23 000, lors de la saison 2009-2010. À titre de comparaison, Naples rassemblait autour de 6000 abonnés lors de l'exercice 2017-2018, seul Sassuolo comptant alors moins de fidèles dans l'élite italienne. Cette saison, le club azzurro aurait pour le moment une base d'environ 8000 abonnés, un chiffre faible, alors que 17 clubs de Serie A font actuellement mieux que le Napoli dans l'exercice.


Le phénomène n'est donc pas foncièrement nouveau, et le coupable, évidemment, est tout désigné. À savoir le San Paolo et ses structures vétustes, dont le charme désuet ne lasse pas les tifosi les plus passionnés, mais ne permet pas au Napoli de fidéliser son audience à chaque rencontre à domicile. Pourtant, lors de l'été en cours, la direction partenopea s'est résignée à faire bouger les lignes : les vieux sièges ont été intégralement remplacés, de nouveaux écrans et vestiaires ont été installés et l'éclairage remis au goût du jour. Un lifting bienvenu pour le San Paolo, mais qui n'a manifestement pas encore convaincu. Peut-être parce que les problèmes structurels du stade demeurent : la vue depuis l’anneau inférieur du stade reste désastreuse et la piste d’athlétisme qui cercle le terrain demeure, puisque la mairie de Naples veut continuer d'y organiser des compétitions.


En attendant Icardi


Pourtant, le club n'a pas ménagé ses efforts en acceptant également de revoir les prix de vente des billets, certaines catégories de places coûtant jusqu'à 30% moins cher que l'année précédente, alors que le tarif des abonnements à l'année a lui aussi été revu à la baisse. Par ailleurs, l'équipe est aussi restée fidèle à ses ambitions sportives, alors que le mercato azzurro n'a pas déçu : Naples a très peu vendu et très bien recruté, en accueillant notamment dans ses rangs la sensation mexicaine du PSV Eindhoven Hirving Lozano, le désormais ex-défenseur central de la Roma Konstantinos Manolas ou encore le prometteur milieu macédonien Eljif Elmas.


Insuffisant, néanmoins, pour faire décoller la campagne d'abonnements, alors que, selon les médias italiens, la tifoseria napolitaine attendrait l’éventuel recrutement de Mauro Icardi, avant de décider ou pas de s'engager pour l'année. Signe que les exigences des tifosi ont grandi en proportion des moyens du club, alors que leur relation avec le président De Laurentiis s'est significativement dégradée ces dernières saisons. Alors que le Napoli vit sa période la plus glorieuse sur le plan sportif depuis l'ère Maradona, il est reproché au grand manitou azzurro de chercher avant tout à faire exploser des talents dans la ville du Vésuve, avant de les revendre au prix fort, sans jamais vraiment viser à faire tomber l'ogre Juventus en Serie A.

Paradiso perdu


Un jugement sévère, qui est peut-être aussi le produit de la plus grande distance qui caractérise les relations des tifosi avec les acteurs du club. Si le Napoli, porté par la folie suscitée par le génie de Maradona, dénombrait régulièrement autour de 60 000 abonnés dans les années 1980, le record d’abonnements pour une saison date de l'exercice 1975-1976, où le président Corrado Ferlaino avait investi des millions de lires pour rebâtir une équipe ambitieuse, ce qui provoquait la souscription de 70 405 fidèles dans un stade qui comptait alors 76 000 places.


Une autre époque, où la concurrence de la TV était évidemment moindre, mais où le Napoli était aussi perçu comme une formation populaire, proche de ses fans, alors que l'équipe s’entraînait encore au centro Paradiso, à Soccavo, une banlieue de Naples. Un lieu beaucoup plus fédérateur et proche de son public que Castel Volturno, une commune à une quarantaine de kilomètres de la ville, où l'on trouve les joueurs napolitains depuis le rachat du club par De Laurentiis en 2004. Un éloignement qui ne permet plus à la majorité des tifosi de suivre de visu leurs joueurs au quotidien. Comme un symbole du fossé qui se serait creusé entre la chefferie du club et le public partenopeo, en somme. Un public qui ne devrait manifestement pas se laisser amadouer par les abonnements à prix cassé proposés par sa direction, avec qui la tifoseria napolitaine n'a pas fini d'entretenir des rapports mouvementés.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi

Hier à 17:15 Affrontements entre des supporters et la police en Suisse 17
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Le pot de confiture