Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Copa Libertadores
  2. // Finale aller
  3. // Boca Juniors-River Plate

Nández, l'eau à la Boca

Ses tacles de la tête et son style de jeu font de lui le parfait joueur uruguayen. Nahitan Nández (22 ans) s'est fait une place au milieu de terrain de Boca Juniors et ne devrait pas traîner en Argentine trop longtemps. Portrait.

Modififié
« Je faisais plein de conneries quand j'étais petit. Un jour, près de chez mon cousin, on s'est cachés dans un yacht. On a déconné, on est restés trois heures dedans. Tout le monde nous cherchait, la police aussi, un vrai désastre. Quand on est revenus, on s'est bien fait engueuler. Ça m'a servi d'expérience, c'est la dernière fois que je me suis caché. » En balançant cette histoire dans une interview pour El Gráfico, Nahitan Nández, milieu de terrain qui sert de définition à l'expression « garra uruguaya » , résume parfaitement le joueur qu'il est. Dans un football argentin où on loue (trop) l’engagement et les couilles, le joueur de Boca Juniors est venu ajouter un aspect technique à ce poste de milieu défensif. Et tout ça vient de ses débuts au poste de meneur de jeu, rapidement coupé par divers entraîneurs à Peñarol, son club formateur.


Gabriel González, qui a vu débarquer le gamin dans la capitale uruguayenne, explique : « Il est arrivé en tant que milieu offensif, mais il était trop désordonné pour ce poste. L'idée était de lui apprendre à jouer plus bas, avec une vision du jeu plus importante et améliorer ses notions tactiques. » Un choix judicieux qui va faire de Nández un joueur plus habile. « Il n'a jamais été un grand tacleur ou un boucher. Mais à cause de son comportement et de son caractère, il a été injustement caractérisé comme un joueur violent. J'ai vu pas mal d'arbitres s'en prendre trop à lui » , pose l'ancien coach et préparateur physique de Peñarol. Aujourd’hui, le gamin de Maldonado est devenu un pilier du Maestro Tabárez avec la sélection uruguayenne et le pion indispensable du milieu de Boca, un club qui paraît fait pour lui.

Tacles de la tête et record à Peñarol


Il y a des manières différentes de devenir l'idole d'un public. Et à Boca comme en Uruguay, on aime les joueurs qui s'arrachent pour le maillot. Nández sait le faire, comme le prouvent ses tacles de la tête désormais labellisés.


Pourtant, Gabriel González met en valeur un autre aspect de son jeu : « Il y a une progression logique dans son jeu. Il a encore cette vigueur des jeunes joueurs, mais le football argentin lui a appris autre chose : jouer avec la bonne dynamique et gérer ses efforts. » Et d'ajouter : « Quand il est arrivé à Peñarol, il était découragé parce que son transfert en Italie avait capoté. On parle d'un gamin qui a failli arrêter le foot quand il était plus jeune parce que sa ville natale lui manquait. Il a débarqué un jeudi, on lui a parlé pour qu'il comprenne qu'avec la bonne attitude, il s'imposerait ici et deviendrait capitaine. Le samedi, il a joué 25 minutes et on a compris qu'on tenait un joueur différent. » La suite se passe avec un brassard autour du bras et un record : en février 2017, il devient le plus jeune capitaine du géant uruguayen à 21 piges. Et fête ça avec un doublé. Gabriel González se souvient d'un jeune fait pour ce rôle : «  Il a l'âme d'un capitaine. On le prend pour un gueulard, mais il est très tranquille, il a toujours eu une influence positive sur ses coéquipiers. Il a eu l'aide d'idoles du club comme Pacheco et Forlán. Je me souviens qu'il avait les yeux fixés sur le jeu de Tony Pacheco. » En Argentine depuis l'été 2017, le jeune milieu a suivi le même chemin : apprentissage, adaptation et installation dans le onze titulaire de Guillermo Barros Schelotto.


Vidéo

Pilier de la Celeste et bientôt en Europe ?


Cette évolution express, Nández la doit énormément à un homme : Óscar Tabárez. Le légendaire sélectionneur uruguayen, réputé pour ses talents de formateur. « Dès que je touchais le ballon, je voulais envoyer une passe décisive à vingt mètres de moi. Le Maestro m'a dit d'arrêter de faire ça et de penser à la meilleure solution pour l'équipe à chaque action » , explique Nández. Il se souvient de ses premiers pas avec la sélection : « Chez les jeunes, il y a une préparation calquée sur la Celeste. Le Maestro suit énormément les jeunes, il est présent aux entraînements et c'est essentiel pour nous. L'adaptation est moins difficile quand on arrive en sélection. Le rythme est différent, mais l'idée est la même. » Titulaire au Mondial russe, capable de jouer sur un côté, Nández attire désormais les yeux de l'Europe entière. Alors que l'Uruguay s'était habituée aux milieux rustiques, la nouvelle génération emmenée par Nández (Vecino, Bentancur, Torreira...) apporte une touche totalement différente au milieu à une nation en constante évolution. Pour la finale de la Copa Libertadores contre River Plate, Nahitan Nández sera la caution technique d'un milieu de terrain avec Wilmar Barrios et Pablo Pérez. Mais que les supporters de Boca ne s’inquiètent pas : il taclera avec la tête s'il le faut.

Par Ruben Curiel, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6