Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // Chelsea/Galatasaray

José Mourinho n’a-t-il vraiment pas d’attaquants ?

« Nous n’avons pas d’attaquant. » Avant d’enchaîner sur les propos qui ont alimenté la polémique sur l’âge de Samuel Eto’o et la question du « off » dans le journalisme, Mourinho tentait de pointer le mal principal de son équipe actuelle. Mais alors, qui le « Happy One » devrait-il aligner en pointe ? Petit tour d’horizon des forces en présence.

Modififié
« Certains attaquants ont d’incroyables qualités individuelles et peuvent faire eux-mêmes ce que leur équipe ne peut pas. Nos attaquants n’ont pas ce type de qualité ou de potentiel. » Le 14 décembre dernier, Mourinho tirait une première balle sur ses attaquants, en les comparant en conférence de presse à Agüero ou Suárez. Il est vrai qu’avec un total de 29 buts à eux quatre, ses attaquants sont loin des standards de la doublette Sturridge-Suárez par exemple, auteur déjà de 46 buts cette saison. Alors, qui pour tenir la pointe de l’attaque jusqu’en fin de saison ?

Samuel Eto’o, le joker de luxe

On ne le présente plus. L’ancien soldat de Mourinho à l’Inter est venu, l’été dernier, rejoindre son mentor pour une dernière pige à Chelsea, un peu à la surprise générale. Alors que beaucoup doutaient de son niveau, après un exil de deux ans en Russie, le grand Eto’o n’a pas vraiment apporté de réponses claires à ses détracteurs. Au vrai, le Camerounais est capable de véritables fulgurances, comme en attestent son triplé face à Manchester United (3-1), ou sa dernière performance aboutie face aux Spurs (4-0), ponctuée d’un but et d’un penalty provoqué. Cependant, on ne compte plus le nombre d’apparitions où il a semblé errer tel une âme en peine sur la pelouse. Au final, l’ancien du Barça facture un total de 9 buts en 29 apparitions. Pour les gros matchs, le triple vainqueur de la Ligue des champions apporte une expérience inestimable, selon Marlet : « Il a une expérience incroyable, et des qualités de buteur qu’il n’a pas perdu. En plus, il est entouré de jeunes joueurs très prometteurs, donc cela peut être un défi pour lui de prouver qu’il est encore là. » À vrai dire, la seule différence, notable, que son séjour russe semble avoir provoquée est le manque de condition physique et l’incapacité du Camerounais à enchaîner les matchs à haute intensité : « On a l’impression qu’il a du mal à enchaîner les performances. S’il y a trois matchs par semaine, cela peut être difficile pour lui. Mais si on fait appel à lui sur les grands matchs, je pense qu’il répond présent. S’il y a des joueurs pour assurer à côté, cela peut-être une solution de le préserver pour les gros matchs. Il n’a qu’un contrat d’un an, donc pas énormément de pression par rapport aux autres. » Et si Eto’o devait être un joker de luxe pour les rencontres de gala ? Un rôle qu’avait par exemple parfaitement rempli Henrik Larsson lors de son prêt de 3 mois à Manchester United, en 2007.


Fernando Torres, l'Européen

La métamorphose n’aura pas eu lieu. Alors que la plupart des supporters des Blues attendaient une renaissance d’El Niño, sous les ordres de José Mourinho, le rendement du numéro 9 est toujours loin des attentes initiales, avec seulement quatre petits buts en Premier League. Cependant, on a tendance à l’oublier, mais Torres a la qualité de souvent répondre présent sur la scène européenne. Unique buteur des Blues à l’aller face à Galatasaray, l’Espagnol facture un total de 3 buts en 4 apparitions en Champions League cette saison, dont un beau doublé sur la pelouse de Schalke 04 en phase de poules. L’année passée, Torres termine tout de même la saison avec 22 buts en club. Surtout, El Nino est décisif dans l’obtention de l’Europa League avec des buts en seizième, en quarts, en demies et en finale, face au Benfica. Rebelote cet été avec un pion en Supercoupe de l’UEFA, perdue face au Bayern. Seulement, on demande aux grands joueurs d’être présent lors des gros matchs, mais aussi d’être réguliers, un défaut qui plombe Torres depuis son arrivée à Chelsea, selon Steve Marlet : « Un grand joueur, on le voit toujours dans les grands matchs. Mais aussi dans les petits ou les moyens. Le championnat anglais est quand même relevé, c’est pratiquement tous les weekends une rencontre européenne. Il ne s’est jamais imposé, il est toujours discuté. » Avant de lâcher la question que tout le monde se pose depuis deux saisons : « Est-ce qu’il ne devrait pas changer de club ? »


Demba Ba, la force oubliée

Terreur des défenses de Premier League avec Newcastle, avec lequel il inscrit 16 buts pour sa première saison en Premier League, puis 10 buts lors de la première partie de la saison 2012/2013, Demba Ba semble s’être perdu à Londres. Titulaire à seulement deux reprises en championnat depuis le début de saison, pour 11 apparitions en qualité de remplaçant, l’international sénégalais n’a pas les faveurs de Mourinho. Une situation rédhibitoire pour l'intéressé, selon Marlet : « C’est embêtant de ne pas jouer. Il perd sa confiance. Il est soumis a une très forte concurrence. Même Schürrle qui était ailier a marqué un triplé l’autre jour. Mais s’il n’est pas aligné, c’est que Mourinho estime qu’il n’est pas à 100% ou qu’il n’a pas assez de qualités pour apporter quelque chose au collectif. Au Real, il a parfois été très sévère avec Benzema, mais quand il estimait qu’il le méritait, il le faisait jouer. Là, on peut penser que la situation de Ba est beaucoup plus compliquée. » Pourtant, s’il n’a pas l'expérience des grands rendez-vous de Torres ou d’Eto’o, le natif de Sèvres a une qualité que les autres n'ont pas, une puissance physique rare. Une qualité qui pourrait dépanner plus souvent en Premier League, contre des défenses regroupées : « Il a une grosse puissance athlétique, que Torres semble avoir un peu perdue, par exemple. Un très bon jeu dos au but, et un meilleur jeu de tête que les autres. Mais ses qualités sont similaires à celles d’un Torres, sans la participation au jeu collectif. On peut surtout penser que c’est le moins complet des quatre. »


André Schürrle, la promesse

Le dernier arrivé. Recruté cet été, l’international allemand a le plus souvent été aligné sur les ailes par le coach portugais, pour sa vitesse principalement, mais aussi pour sa capacité à éliminer ses adversaires directs. Seulement, le 1er mars, le jeune Allemand est aligné en pointe pour le court déplacement des Blues sur la pelouse de Fulham. Résultat, un triplé, et des doutes envolés sur sa capacité à faire la différence dans les seize derniers mètres. Des quatre, l’Allemand présente le profil le plus différent, comme le décrit Steve Marlet : « Il a cette culture allemande, qui anime la Mannschafft. Il joue toujours vers l’avant et se projette très rapidement. Il est très complet. Les gens ne le savent peut-être pas, mais il marquait déjà pas mal en Allemagne. » Schürrle, il est vrai, a inscrit 14 buts en club la saison passée, et 15 buts en Bundesliga en 2010/2011. Surtout, il présente deux qualités non négligeables pour s’imposer à la pointe de l’attaque des Blues. Déjà, sa relation technique avec Hazard saute aux yeux, et c’est d’ailleurs le Belge qui lui offre deux passes décisives lors de son récital à Craven Cottage. Surtout, si le petit gabarit de l’Allemand l’empêche de peser sur les défenses ou de jouer dos au but, sa vitesse offre une verticalité dans le jeu chère à Mourinho depuis son époque dorée à l’Inter, et dont il avait fait son leitmotiv lors de son passage sur le banc du Real Madrid. Enfin, Schürrle, du haut de ses 23 ans, est de loin le plus jeune attaquant des quatre cités, et bénéficie d’un potentiel qui ne demande qu’à être exploité, et surtout confirmé.

Au final, quatre attaquants qui, au contraire de Messi, Suárez ou Ibrahimović, ont tous des défauts, mais surtout des qualités différentes. Torres et Eto'o ont un vécu inestimable des grands matchs. Demba Ba, au vu de ses qualités, peut se montrer très utiles contre des défenses regroupées, tandis que Schürrle, par sa vitesse et sa capacité à aspirer les ballons en profondeur, peut débloquer des situations face aux équipes qui ne ferment pas le jeu, et qui laissent des espaces entre les lignes.



Par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70