Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Streaker du FC Metz

Morice : « Je sais que je n’irai pas en taule pour ça »

Il a deux surnoms : Morice et Momo. Il a désormais une réputation, celle du streaker du FC Metz, celui qui a tenté de traverser Saint-Symphorien lors de la venue du Havre il y a dix jours (3-0) avant de se faire lamentablement plaquer par un homme tout d'orange fluo vêtu. « Une pulsion » , résume le gaillard de 28 ans qui a fini la nuit en garde à vue.

Modififié
D’où t’est venue cette idée ?
C’est un pari avec mes potes havrais. Et puis j’avais bien picolé aussi. En fait, il y a une amitié entre les supporters de Metz et ceux du Havre. Ça faisait trois jours que quatre ou cinq Havrais dormaient chez moi et le jour du match, on a commencé à boire à 10 h 30. Le soir, du coup, je suis allé dans la tribune des visiteurs pour voir le match avec les Barbarians du Havre. Ils me chauffaient pour que je fasse quelque chose. Je suis allé voir les flics qui étaient à côté en leur disant : « Je vais envahir, vous allez voir » et ils ne me croyaient pas. J’ai laissé mon téléphone et mon portefeuille à un ami et me suis lancé. Attention, je l’ai fait pendant la mi-temps parce que je ne voulais pas du tout perturber le match. C’était vraiment festif. Si ça avait été pour foutre la merde, je l’aurais fait pendant la remise de trophée ou le feu d’artifice. Et puis je n’ai pas incité la foule à envahir le terrain ou quoi que ce soit. Non, c’était juste une pulsion. Rien de méchant.

Le but, c’était quoi ?
Rejoindre le kop de Metz derrière l’autre but. Je devais traverser le terrain dans la longueur. Je suis arrivé quasiment à l’autre surface, j’ai dû faire quelque chose comme 70 mètres quand même !

C’est une histoire d’adrénaline ?
Bof… J’avais 1,90 gramme quand j’ai soufflé dans le bordel chez les flics. Et pour arriver de l’autre côté du terrain, je n’ai eu à éviter personne. Après, je me fais prendre de biais. Mais avant ça, quand je descends de la tribune, déjà, je me ramasse bien sur le sol et ça ne fait réagir aucun stadier. Si j’avais réussi à atteindre l’autre tribune, je n’aurais pas eu de problème, je me serais fondu dans la masse et personne ne serait venu me chercher, c’est certain. Après, je dois reconnaître que c’était marrant d’entendre le public m’encourager. Plus je me rapprochais de la tribune ouest, plus les gens criaient. Ils étaient dégoûtés que je me fasse plaquer. À ce moment-là, j’étais mort de rire, y compris quand les mecs de la sécurité me tenaient.

Le plaquage est assez violent. Tu as eu mal ?
Non, le plaquage, ça va encore. En revanche, un stadier m’a tenu et m’a mis des droites jusqu’à ce que les flics arrivent. En fait, je lui avais mis une patate il y a quelques années et il a voulu se venger. C’est mon destin.

Vidéo

Redoutes-tu les conséquences que peuvent avoir ce petit coup de folie ?
J’ai rendez-vous mardi prochain (aujourd’hui, ndlr) avec le directeur de la sécurité du FC Metz, c’est un salarié du club. On se voit pour arranger les choses. Apparemment, la Ligue a demandé au FC Metz de porter plainte contre moi, mais le club ne veut pas le faire parce que les gens d’ici me connaissent depuis l’époque où j’étais capo. Mais si le club porte plainte, moi-même je porte plainte pour coups et blessures. Le gars m’a étranglé et mis des patates et il n’a pas à faire ça. J’ai 28 ans, je viens au stade depuis que j’ai 4 ans. J’ai été très actif dans les tribunes de 2002 à 2010. Je ne voulais en aucun cas nuire au FC Metz.

À aucun moment tu ne t’es dit que cette course allait mettre fin à ta soirée et que c’était un peu bête ?
J’étais persuadé qu’ils allaient me relâcher, car c’était pour le délire. Mais tout s’est passé tellement vite que les flics m’ont embarqué directement. On a discuté dans la voiture, ils étaient super cool. Ils m’ont dit : « T’aurais dû le faire à poil. » Ça les a bien fait rire, car les flics qui m’ont embarqué sont les mêmes que ceux à qui j’avais annoncé que j’allais courir sur le terrain.

Et la nuit en garde à vue, c’était comment ?
J’en avais déjà fait une il y a quelques années à cause d’usage de fumigènes. J’ai réussi à dormir un peu. Si je n’avais pas été bourré, la police m’aurait interrogé aussitôt et je serais ressorti dans la foulée. Là, il fallait attendre que ça redescende alors l’interrogatoire a eu lieu à 7 h 30. Ça a pris trois minutes car ils ont très bien compris qu’il n’y avait rien de méchant derrière ça. Les flics riaient de bon cœur. Les mecs de la nouvelle brigade qui ont pris le relais le matin m’ont pris en photo avec leur portable, je les avais divertis.

Les amendes et interdictions de stade sont parfois importantes pour les streakers…
À la limite, c’est plus l’interdiction de stade qui me ferait chier. Même si je ne vais plus trop au stade depuis quatre ans et demi et l’ouverture de mon bar… Bon, je sais que je n’irai pas en taule pour ça. Je passe au tribunal le 3 juin, on verra bien.

Si c’était à refaire, tu le referais ?
Non. À jeun, comme ça, non.

Tu as bu avant de venir au match. Si la vente d’alcool avait été autorisée dans les stades en France, penses-tu que tout cela aurait eu lieu ?
Je ne sais pas. Enfin, au lieu de faire ce que j’ai fait, j’aurais sûrement passé ma mi-temps à la buvette. Ça m’aurait évité les emmerdes.


Propos recueillis par Matthieu Pécot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 19 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 08:00 Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 14