Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 26e journée
  3. // Real Madrid / Barcelone (2-1)
  4. // Notes

Morata la movida du Real

Même si l’enjeu était moindre au vu de la situation en championnat, le Real s’est fait plaisir à enfoncer un peu plus le Barça dans la crise. Avec une formation surprise made in Mourinho.

Modififié
Real Madrid


Diego López (5) : On sentait bien qu’il savait avant même que Messi frappe qu’il allait devoir prendre le ballon dans ses filets à la fin.

Coentrão (6) : Un gros match pendant une heure, avec des interceptions, de la rage et de la technique, comme on l’avait vu au Mondial 2010. Puis une grosse faute, qui a fait vriller Mourinho qui l’a sorti presque dans la foulée.

Varane (6) : Certains diront qu’il n’a fait que du bouleau de stoppeur débile, dégageant tout ce qui traîne devant lui. Ouais bon, à la vitesse où ça va, il faut être plus que costaud.

Ramos (6) : Pas aussi souverain que l’an dernier. Mais un but de la tête sur corner avec un bisou au brassard qui restera gravé dans la mémoire de ses supporters.

Essien (6) : Il a montré ce que c’était, être un soldat : arrière droit, puis arrière gauche, il a ressorti son plus bel impact, celui du milieu des années 2000, pendant 90 minutes.

Pepe (7) : De retour au milieu de terrain, il a d’abord étonné son monde en montant à plusieurs reprises, faisant même une talonnade sans faire exprès. Mais c’était pour mieux galvaniser son équipe. Derrière, il a donc eu droit à sa récompense et a cassé du Barcelonais avec la bénédiction de son club.

Modrić (6) : Toujours aussi précis dans ses passes, le Croate a aussi filé deux-trois coups, et bien sûr délivré le corner décisif. Et le voir en 6 à côté de Pepe, ça fait quand même sacrément penser à Boubou et Babidi.

Kaká (4) : Transparent. Son jeu ne comporte plus aucune prise de risque. Et beaucoup moins de vitesse.

Morata (7) : Un super match qui fait dire que, quelque part, il y aura plus d’un déçu à Madrid si le Real met une grosse partie de son enveloppe cet été sur Gareth Bale… Quoique, il peut aussi jouer dans l’axe comme en fin de match.

Callejón (5) : Une prestation aussi pâle que sa couleur de peau, elle-même aussi pâle que Torres. Il n’y a pas de hasard.

Benzema (5) : Un but de renard bien à propos à la 5e. De quoi faire fermer des bouches. En fait non, parce que derrière, l’attaquant français n’a rien fait.

C. Ronaldo (6) : La troisième équipe du match est entré en jeu à la 58e. Elle a eu trois coups francs et une occase de soliste. Une barre. À la fin, elle gagne quand même. Mais elle n’est pas très contente.

Khedira (6) : Il a pris le relais de Kaká avant l’heure de jeu pour empêcher Iniesta de faire ce qu’il voulait au milieu. Résultat, si on n’a pas vu l’Allemand, on n’a pas vu Iniesta non plus.

Arbeloa (6) : Vous me reconnaissez pas ? Mais si, c’est moi, quand vous partez en contre à la 90e, je vous savate salement au départ de l’action et je vais vite m’excuser pour pas me faire exclure. C’est moi, Super Connard !

FC Barcelone


Valdés (6) : Il s’en est plutôt bien tiré sur les coups francs surpuissants de Cristiano Ronaldo et a été décisif sur un face-à-face avec Morata. À la fin, il est allé se faire exclure, histoire d’avoir du temps pour négocier son transfert en Premier League.

Jordi Alba (6) : Beaucoup plus d’implications offensives. Après, il est arrière gauche, il ne peut pas tout faire.

Piqué (6) : Il ne s’est fait piégé qu’une fois, par CR7 qui a simulé pour lui faire prendre un carton jaune. Même pas mal.

Mascherano (5) : Il a bien tenté d’évoquer le soleil dans les yeux pour s’excuser de ne pas avoir vu Benzema sur le premier but. Mais le buteur madrilène a surgit dans son dos…


Dani Alves (5) : Cible numéro un des AST (les amateurs des semelles qui traînent) à Bernabéu, le latéral a perdu beaucoup de ballons dans son camp.

Busquets (6) : Toujours aussi parfait dans ses passes, il n’a pas non plus fait une part de boulot en plus. C’est con, avec l’absence de Xavi, il y en avait bien besoin.

Thiago Alcántara (5) : Remplacer Xavi, c’est pas n’importe quoi. Bon, pour compenser, l’espoir a fait des petites fautes que n’importe quel socio blaugrana aurait aimé faire subir à un Madrilène.

Iniesta (5) : Quelle idée de faire jouer ce match à 16 heures ? Il faisait plein soleil à Madrid, ce n’était pas un temps à exposer le petit Andrès, qui avait visiblement oublié sa crème à Barcelone.

Villa (4) : Ce n’est plus que l’ombre de lui-même. Ou Albert Luque.

Pedro (5) : À l’heure de jeu, le Barça a joué sur lui et Madrid a commencé à douter. La parenthèse s’est refermé au bout de 5 minutes.

Messi (6) : Un but en solo comme les grands joueurs savent les mettre. Mais pas grand-chose d’autres. Surtout un duel perdu où il cherche avant tout à cadrer. C’est Lionel Messi, ça ?

Adriano (6) : Il s’est infiltré dans la surface à la dernière minute et s’est écroulé au contact de Ramos. Ça aurait pu être le plan parfait, mais l’arbitre n’a pas sifflé.

Sanchez (5) : Il donne l’impression de ne même plus croire à ses appels.

par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:02 La Premier League aux couleurs de l'arc-en-ciel 24

Le Kiosque SO PRESS