Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Montpellier-Nîmes (3-0)

Montpellier décortique les Crocos

Porté par un Florent Mollet brûlant, le MHSC a fait exploser Nîmes dimanche (3-0) lors du premier derby du Languedoc disputé en première division depuis vingt-cinq ans et au milieu d'une atmosphère incandescente, qui a poussé la rencontre à être interrompue à deux reprises. Voilà la bande de Der Zakarian déguisée en dauphin de Ligue 1.

Modififié

Montpellier 3-0 Nîmes

Buts : Oyongo (28e), Delort (45e+9, s.p.) et Laborde (78e) pour le MHSC.

À quoi peut ressembler une attente de vingt-cinq ans ? Peut-être à un joyeux bordel : des hommes qui hurlent dans une tribune, tétons à l’air, un stade qui couine au moindre contact, une foule qui explose à chaque frémissement offensif de son équipe, une double interruption de la rencontre... La dernière fois, c’étaient les années 1990, l’époque des maillots trop grands, un âge d’or pour le foot français et un temps où Michel Der Zakarian traînait encore en crampons, au point de rester jusqu’à ce matin le dernier buteur d’un Montpellier-Nîmes joué dans l’élite. Aujourd’hui, tout a changé : l’histoire – le MHSC ayant même décroché durant cette parenthèse son premier titre de champion de France, là où les Crocos ont surtout cravaché pour revenir d’entre les condamnés du circuit – et les hommes, Michel Mézy, coach du Nîmes Olympique entre 1992 et 1994, étant notamment rentré à la maison pour enfiler le costume de conseiller de la famille Nicollin.


Puis, derrière tout ça, il y avait l’attente, un truc mêlé d’angoisse et d’euphorie, les deux camps ayant tué leur séparation sportive en entretenant comme il se doit leur rivalité hors terrain. Finalement, on aura surtout vu ce qu’on était venu chercher : un match bourré de testostérone, du spectacle, des couilles posées sur la table. Et surtout la confirmation que dans le Languedoc, le patron s’appelle Montpellier.

Better have my Mollet !


Au fond, Der Zakarian ne s’était pas présenté à la table pour autre chose, lui qui a demandé dans la semaine à ses gars d’enfin punir leurs adversaires après un nul concédé à Caen (2-2). Scotché sur une série de trois nuls consécutifs et incapable de gagner un derby à Montpellier depuis 1962, Nîmes est surtout, de son côté, venu à la Mosson pour chercher des réponses. Problème, les Crocos ont surtout récupéré des problèmes, Florent Mollet s’amusant à danser entre les lignes nîmoises dès les premières minutes là où ses potes ont brisé la quasi-totalité des lignes de passes adverses. Sans surprise, les Montpelliérains ont alors gratté les premiers bonbons de l’après-midi, mais ni Mollet (9e) ni Laborde (24e) n’ont d’abord réussi à gratouiller Bernardoni.


Une question de patience : juste avant la demi-heure de jeu, Moustapha Diallo tente une remise foireuse vers son gardien, Ambroise Oyongo pointe son nez sur la trajectoire, ouvre le score (1-0, 28e) et voit l'une des grilles du bas de la tribune locale lâcher, faisant deux blessés sur le coup. La constatation du jour aura été la suivante : pour la première fois de la saison, la bande à Blacquart, cinquième attaque de Ligue 1, a peiné à exister, le MHSC poussant, via ses latéraux, Thioub et Bouanga à ne pas trop s’aventurer offensivement et la défense gardoise à des erreurs enfantines. Résultat, juste avant la pause, Anthony Briançon fait chuter Pedro Mendes dans la surface et laisse Delort boucler l’affaire sur penalty (2-0, 45e).


Fête tachée


Une affaire où les Crocos ont malgré tout réussi à ouvrir leur gueule, par séquences, Maouassa allumant Lecomte avant la pause (45e) et Baptiste Guillaume poussant le gardien international français à gicler dix minutes après (56e). Mais Montpellier a géré sans trop forcer, Mollet poursuivant tranquillement sa masterclass et s'offrant de multiples opportunités (59e, 64e, 72e) de faire de nouveau sauter le tableau d'affichage là où Andy Delort, lui aussi très bon, a envoyé un pétard sur la barre (69e). Le 3-0 est finalement tombé sur la tête de Gaëtan Laborde, buteur pour la deuxième fois consécutive à la Mosson, au bout d'une combinaison collective parfaite et d'un centre délicieux de Mollet, évidemment (3-0, 78e). Moment décidé par les supporters montpelliérains pour tout foutre en l'air : descente sur la pelouse, jet de fumigènes, intervention des forces de l'ordre. Der Zakarian, lui, enrage, mais lance un défi à ses hommes : « On ne prend pas de but ! » Vingt minutes d'interruption plus tard, Lecomte éteint une tentative dorée de Bouanga (87e) et la fête se termine sur un pari réussi : Montpellier est deuxième de Ligue 1.



Montpellier (5-3-2) : Lecomte – Aguilar, Congré, P. Mendes, Cozza, Oyongo – Mollet (Škuletić, 90e), Le Tallec, Skhiri (Lasne, 83e) – Laborde, Delort (Sambia, 76e). Entraîneur : Michel Der Zakarian.

Nîmes (4-4-2) : Bernardoni – Alakouch, Briançon, Lybohy, Maouassa – Thioub, Bobichon, Diallo (Valls, 46e), Bouanga – Ripart (Alioui, 80e), Guillaume (Bozok, 73e). Entraîneur : Bernard Blaquart.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 3 heures Les trophées 2018 de SO FOOT ! Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 97 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 16
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
    À lire ensuite
    L'équipe type du week-end