Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1re journée
  3. // Montpellier/PSG (1-1)

Montpellier accroche le PSG

Soir de reprise pour la Ligue 1 et première surprise de ce championnat. Des Montpelliérains sérieux et appliqués accrochent des Parisiens qui n'ont pas convaincu mais sauvent l'essentiel.

Modififié
Montpellier - PSG: 1-1
Buts : Cabella (10e) pour Montpellier, Maxwell (60e) pour le PSG

Jean Fernandez est un homme qui sait y faire avec les effectifs un peu cheaps peuplés de jeunes. La postformation, c'est son truc. À l'exception de son échec nancéien, l'homme a montré ses qualités d'entraîneur. Ce soir, il l'a rappelé à tout le monde. Bien en place tactiquement et morts de faim, ses joueurs ont livré une jolie partition et obtenu un nul méritant (1-1). L'inverse du PSG finalement, qui avec un onze de départ sans nouvelle tête, a proposé comme un air de déjà vu ce vendredi soir à la Mosson : des individualités alternant le bon et le moins bon et une identité de jeu toujours à l'état de fantasme. Il ne faut tant que ça se fier aux apparences. Si le staff a changé, le PSG raconte la même histoire que la saison dernière.

Working class hérault

Jean Fernandez vantait la solidité de son équipe, son sérieux, sa jeunesse aussi comme autant d'atouts à l'heure d'affronter le PSG. Des déclarations de circonstance puisque c'est bien à l'envie que les Pailladins débutent la rencontre. Leur pressing haut et efficace gêne considérablement les Parisiens. Mieux, il leur permet d'ouvrir le score rapidement. À la suite d'une perte de balle de Zlatan au milieu de terrain, Herrara s'avance puis récite la partition de l'attaquant qui doute : il s'enfonce dans l'axe, ralentit, hésite, oublie deux coéquipiers démarqués et tente sa chance. Si sa frappe contrée est nulle, elle a le mérite de se transformer en passe décisive pour Cabella qui ne rate pas l'occasion d'ouvrir le score. La possession parisienne est maladroite et inefficiente. Il faut attendre deux frappes de Lucas et Zlatan pour imaginer des premiers éléments de réponse. Mais ils demeurent sans effet. Le PSG insiste trop dans l'axe, le PSG s'énerve et Verratti prend son premier jaune de la saison. Sûrement pas le dernier. À dix minutes de la mi-temps, ce dernier perd la balle et Cabella manque de peu de doubler la mise sur la copie-conforme du premier but. Il s'enfonce plein axe mais croise trop sa frappe. Les joueurs du MHSC ont la dalle et ça se voit. À l'inverse, les parisiens, impuissants, se demandent bien comment ils vont pouvoir se sortir de ce merdier. Une image connue revient une fois la mi-temps sifflée : Zlatan, Jallet et Thiago Silva vont expliquer à Lionel Jaffredo ce qu'ils en pensent. Oui, les hommes de Laurent Blanc démarrent la saison comme ils avaient terminé la précédente : sous tension et en gesticulant devant un arbitre.

Le PSG n'a pas changé

Deux coups-franc de Zlatan et Lucas de peu à côté laissent entendre que le PSG ne veut pas revivre une seconde entame catastrophique. Toujours pas au mieux mais profitant d'un coup de mou généralisé, les joueurs de Laurent Blanc reviennent au score dix minutes plus tard. À la réception d'une ouverture dans la surface de Pastore, Zlatan dévie la balle pour Maxwell qui égalise en force. Un énième coup franc de Lucas n'y change rien, le match a basculé dans le vide, les approximations et l'ennui. Pour remédier à cela, Laurent Blanc décide de faire entrer Cavani. Sur l'action qui suit, Kaoutari écope d'un second carton jaune. Les joueurs montpelliérains le savent, ils vont alors souffrir. Les actions parisiennes se multiplient sur coups de pied arrêtés. Sur un centre de Pastore, Cavani voit Tiéné - revenu en catastrophe - lui enlever son premier but en Ligue 1. La relation Cavani-Ibrahimović n'en qu'à ses prémices qu'elle donne déjà ses premiers frissons. L'attaque-défense peut commencer. C'est ce qu'on se dit. Oui, mais non, Montpellier tient bon sans se stresser. La tête de Rabiot n'y change rien. Ce PSG est encore en rodage. Un peu comme la saison dernière en début de saison.

Résultats et classement de L1

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 18 minutes Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE