Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2014
  2. // Éliminatoires
  3. // Zone Europe
  4. // France/Espagne (0-1)
  5. // Les notes

Monreal, royal au bar

Si à la fin du match, Franck Ribéry assure avoir des regrets, il ne faut pas en avoir tant que ça. Les Espagnols étaient supérieurs, dans tous les compartiments du jeu.

Modififié
Équipe de France


Lloris (5) : Il ne doit pas avoir grand-chose à se reprocher sur le but, mais quand même, quand on le voit taper dans la balle au ralenti sur sa ligne avant qu'elle n'entre, on ne peut s'empêcher de repenser au cours de volley en EPS au collège et au mec qui manquait systématiquement son service à la cuillère.

Évra (4) : Ah ben non en fait, Patrice, ce n'est pas dur de remplacer Patrice Évra…

Koscielny (6) : Le côté roseau qui plie mais ne rompt pas. Peut-être parce qu'il a déjà connu la marée haute contre Barcelone avec Arsenal.

Varane (6) : Il n'a pas fait le match de sa vie, mais il a chassé sans trop de difficultés le fantôme de Michaël Ciani du Stade de France.

Jallet (4) : Il a laissé deux fois Monreal partir dans son dos, une fois de trop. Sinon, des centres pourris, mais ça, c'est pas de sa faute. Faut dire à Willy Sagnol de lâcher sa poupée vaudou, et de se rassurer : on ne l'oubliera pas.

Pogba (5) : Puissant et technique dans ses interventions au milieu, il a gagné sa place. Sauf qu'il se fait expulser. Qu'il y ait faute ou pas sur le second avertissement, quand on se fait avertir, on essaie de se faire discret. Surtout la minute suivante…

Matuidi (6) : Il n'a pas arrêté de harceler le milieu de terrain ibérique. Un vrai Makélélé. Malheureusement, il a poussé la ressemblance jusqu'à la frappe de poussin.

Cabaye (4) : Pas dans son assiette dans le jeu, il aurait pu briller sur coups de pied arrêtés. Mais les Espagnols n'ont pas fait de fautes aux endroits stratégiques.

Valbuena (7) : Il s'est montré à la hauteur des éloges de Wenger et Del Bosque en faisant parler sa technique dans les petits périmètres ainsi que son sens de l'ouverture. Et il n'a peut-être pas été décisif cette fois-ci, mais il finit loin du podium dans le classement des plus grandes pleureuses du match.

Ribéry (7) : Les Espagnols savaient que c'était le plus gros danger de l'équipe. Dès qu'il touchait le ballon, ils allaient à deux ou trois sur lui. S'il n'a pas pris le dessus, Francky a montré que cette attention était justifiée.

Benzema (4) : « Pour moi, il a fait un bon match, mais c'est sûr que le but le fuit ! » Ça, c'est un tweet de Sidney Govou pour défendre son pote. Mais quelque part, ça veut tout dire.

Ménez (5) : Il a prouvé avec son entrée que PSG-Barça, ça va être très dur. S'il le joue.

Sissoko (6) : Il est entré le temps de faire une passe intéressante. De quoi donner des regrets. Pourquoi Deschamps ne l'a pas mis plus tôt ? Quand on voit que Benzema est resté 80 minutes sur le terrain…

Giroud (6) : Il est entré le temps de prendre un ballon de la tête dans la surface adverse. De quoi donner des regrets. Pourquoi Deschamps ne l'a pas mis plus tôt ? Quand on voit que Ménez est resté 20 minutes sur le terrain…



Espagne


Valdés (8) : Dans les airs, dans les duels, à bout portant sur coup franc, il a tout écarté. Des coups à mettre le doute à Sara Carbonero sur le bord du terrain.

Monreal (8) : Son jeu préféré à l'entraînement ? Quand il faut jouer en une touche de balle, tout simplement. Il part se mettre dans le dos de la défense et hop, le service en retrait mortel. Les Bleus y ont échappé une fois, pas deux. C'est aussi lui qui empêche Varane de faire la Une de toutes les gazettes le lendemain.

Ramos (6) : Pas le Ramos impérial de l'Euro 2012, mais en même temps, est-ce que c'était bien nécessaire ?


Piqué (7) : Face aux contrôles quasi parfaits de Ribéry et Benzema, il a décidé de filer des coups à tout-va, mais dans les règles de l'art des grands matchs. Adil Rami + finesse.

Arbeloa (8) : Des coups de pute tout le match, encore. Un jour, il y en aura un à Sofoot.com qui aura l'idée de faire un top 100 de toutes ses saloperies. Et ça marchera.

Busquets (7) : Quand il prend la balle et qu'il se promène au milieu de terrain, on dirait Zlatan en Ligue 1 tant c'est facile. Bon après, c'est pas lui qui va mettre 26 buts, c'est sûr.

Xavi (6) : Toujours aussi bon quand il s'agit de se démarquer au dernier moment, de faire circuler la balle lors d'une séquence de 15 minutes de possession de balle de son équipe, il a par contre mangé devant. Ce qui lui arrive de plus en plus souvent. Faudrait consulter.

Xabi Alonso (6) : Comme au Real, t'as l'impression que c'est plus le Xabi Alonso qui marquait depuis son propre camp il y a quelques années. Mais s'il ne sort pas de l'équipe, c'est qu'il y a une bonne raison.

Iniesta (7) : Effrayé en début de match par les lasers des spectateurs du Stade de France (c'est qu'avec sa peau, on n'est jamais trop prudent), il a pris le jeu à son compte en seconde période.

Pedro (7) : Parti seul au but à la demi-heure de jeu, avec un contrôle favouille qui a le mérite d'effacer Patrice Évra, il se couche avant que Lloris ne le touche, comme dans un mauvais combat de boxe arrangé. Se rattrape en seconde avec un super jaillissement et un but.

Villa (5) : Pas à l'aise. Ça doit venir du maillot. Col en V ok, mais on ne peut même pas travailler son bronzage avec celui-là. Il va passer pour qui à Sitges, après ?

Jesús Navas (6) : Le coup du « je pars sur un côté à toute vitesse, je déborde et je centre » , c'est bon, tu maîtrises. Passe à autre chose maintenant, s'il te plaît.



Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 9 il y a 4 heures Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 13

Le Kiosque SO PRESS