Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Major League Soccer

MLS : Henry maudit, Piquionne toujours en course

Les play-offs de MLS battent leur plein actuellement avec les finales de conférence opposant le Sporting Kansas City au Houston Dynamo à l'Est et le Real Salt Lake aux Portland Timbers de Fred Piquionne à l'Ouest. Exit donc les Red Bulls de Thierry Henry, le Galaxy de Robbie Keane et l'Impact de Marco Di Vaio. Cette phase finale est impitoyable…

Modififié
Henry le maudit

Insaisissable équipe des Red Bulls… Victorieuse de la saison régulière, la franchise new-yorkaise était grande favorite de sa demi-finale de conférence, d'autant qu'en face, le Dynamo de Houston faisait plutôt pâle figure. Dans les confrontations précédentes, c'était chaque fois Henry et sa bande qui l'avaient largement emporté : 3-0 mi-octobre, 4-1 début septembre… Il était difficilement imaginable qu'il en soit autrement lors de cette phase finale. Mais cette équipe new-yorkaise est décidément dure à suivre et s'est fait sortir à la surprise générale, alors qu'elle a pourtant globalement dominé les débats lors de sa double confrontation face au Dynamo. Thierry Henry peut s'en vouloir de n'avoir pas su se montrer décisif. Son jeune entraîneur Mike Petke peut aussi s'en vouloir d'avoir pêché par inexpérience et de n'avoir pas toujours su faire les bons choix. Et surtout c'est toute l'équipe des Red Bulls qui peut vraiment s'en vouloir d'avoir cédé face à la pression et d'avoir laissé par deux fois les Texans revenir au score : à l'aller (2-2 alors que New York menait 2-0) et au retour (2-1 après prolongation pour Houston après avoir été mené 1-0). Pour la troisième fois d'affilée, New York se fait sortir à ce stade de la compétition. Le temps presse pour Thierry Henry s'il veut finir sa carrière sur un dernier titre, lui qui a fêté ses 36 ans en août…

Vidéo
L'Impact encore trop tendre

Drôle de saison aussi pour l'Impact de Montréal, remarquable poil à gratter de la Ligue jusqu'à cet été et qui a terminé ce deuxième exercice de son histoire en MLS sur un affreux bilan automnal de 7 défaites, 1 nul et 1 victoire lors de ses 9 dernières rencontres… Le dernier lourd revers concédé à Houston a définitivement clos le calvaire des Québécois, qui n'y arrivaient décidément plus du tout. C'est dommage et décevant de finir ainsi, mais le bilan global n'est pas si mauvais au final. Au moins l'Impact a-t-il réussi à se qualifier pour la phase finale de la Ligue, ce que ne parvient toujours pas à réaliser le rival Toronto, qui a encore une fois beaucoup déçu. Et puis il y a eu la victoire au championnat canadien et la participation à la C1 pour embellir la saison… Au niveau des individualités, Alessandro Nesta a définitivement rangé les crampons, tandis que Marco Di Vaio a prolongé son contrat et tentera la saison prochaine de faire aussi bien que ses 20 buts marqués en MLS en 2013. Concernant l'entraîneur, les dirigeants montréalais semblent n'avoir toujours pas décidé de l'avenir de Marco Schällibaum, qui serait en tout cas prêt à rester en poste. Affaire à suivre, l'intersaison est longue en Amérique du Nord.

Galaxy : deux sans trois

Comme c'était à prévoir, le Galaxy n'a pas réussi la passe de trois. Titrés en 2011 et en 2012, les Californiens se sont cette fois fait sortir dès les demi-finales de conférence par le Real Salt Lake (0-1, 2-0 ap), qui semblait pourtant largement prenable. Mais l'équipe de Los Angeles n'a jamais semblé parfaitement à son aise cette saison, cherchant en vain un rythme de croisière convenable qui aurait pu lui permettre d'aborder la phase finale avec plus de certitudes. David Beckham n'a pas été remplacé cet hiver et le départ de Mike Magee en mai (un deal avec le Chicago Fire, qui a refilé Robbie Rogers en retour) a déséquilibré et trop rajeuni l'attaque, avec le seul Robbie Keane comme valeur sure. Et comme derrière, la défense a trop souvent montré des signes de fébrilité… Possible qu'une nouvelle star soit pistée cet hiver par les dirigeants californiens pour relancer une dynamique.

Vidéo
Collin, un Français en finale ?

Venons-en à l'actualité du moment : les finales de conférence. La phase aller a déjà été disputée le week-end dernier et elle a débouché sur un match tout naze dans la Conférence Est entre Houston et Kansas City, conclu par un 0-0 triste et logique. Le Dynamo est déjà tout heureux de se retrouver à ce stade de la compétition, en profitant du cadeau offert par les Red Bulls au tour précédent. C'est donc bien le Sporting Kansas City le favori, lui qui a sorti avec une belle maîtrise New England Revolution en demi-finale (4-3 sur l'ensemble des deux matchs). C'est d'ailleurs ce qui caractérise cette franchise : sa maîtrise des débats, grâce notamment à une défense souvent performante, emmenée par le solide Français Aurélien Collin, deux fois buteur face à New England. Le stoppeur de 27 ans, retenu cette saison pour le All-Star Game (c'est dire si le soccer nord-américain le tient en haute estime) aimerait emmener son équipe en finale de la MLS Cup. Le match retour a lieu samedi soir à Kansas City.


Piquionne entretient l'espoir

Dans l'autre finale de conférence, à l'ouest, il y a eu bien plus de spectacle, avec 6 buts au total : 4 pour le Real Salt Lake, qui recevait, et 2 pour les Timbers de Portland. Un drôle de match d'ailleurs, avec l'ouverture du score pour les visiteurs, suivis de quatre buts pour Salt Lake et Fred Piquionne qui permet dans les derniers instants aux Timbers d'entretenir l'espoir d'une qualif devant leur formidable public dimanche. Un public motivé comme jamais, qui a déjà vu ses favoris remporter sa demi-finale de conférence face au grand rival régional, les Seattle Sounders, qui se sont inexplicablement écroulés en cette fin de saison. Le Real Salt Lake est quand même grand favori, avec donc 2 buts d'avance et une capacité à profiter des errements défensifs de la défense des Timbers, notamment sur coups de pied arrêtés.

Vidéo


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE