Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Olympiakos-Milan (3-1)

Milan, c'était mieux avant

Après sa défaite par deux buts d'écart concédée à l'Olympiakos, Milan est éliminé de la Ligue Europa. Et il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Qu'il est loin, le temps des sacres en Ligue des champions...

Modififié
Désormais, il est manifestement possible de dire que la Ligue Europa est prise au sérieux. Depuis quelques années, et contrairement à une autre période, les « gros clubs » des cinq grands championnats continentaux la regardent comme une compétition intéressante. Cette saison ne fait pas exception à la règle : la Lazio a tranquillement empoché la deuxième place du groupe H, Séville et Villarreal ont accroché la première dans le J et le G, Chelsea et Arsenal se sont baladés dans le L et le E, et même le Bayer Leverkusen a croqué le A. Tous ces favoris du Top 5 ont donc fait honneur à leur statut en se qualifiant pour les seizièmes de finale. Une performance qui tranche avec celle de... Milan, mastodonte européen éliminé comme un petit enfant.


Pourtant, Gennaro Gattuso avait armé son équipe : Gonzalo Higuaín comme Tiémoué Bakayoko, entre autres, étaient de la partie. Et le contexte du classement parlait pour les Rossoneri : tout autre résultat qu'une défaite par plus d'un but d'écart les qualifiait. En d'autres termes, les Italiens avaient le droit à l'échec sur le terrain – certes bouillant – de l'Olympiakos, tant que le résultat était serré. Mais non, l'ogre historique (qui a avant tout joué pour ne pas perdre) a réussi l'exploit d'être battu 3-1 alors qu'aucun but n'avait encore été inscrit à l'heure de jeu et qu'il y avait encore 2-1 à neuf minutes du terme (moment de la troisième réalisation adverse signée Konstantínos Fortoúnis sur penalty). Désolant, tandis que Cristián Zapata (auteur d'un pion contre son camp) avait remis la team sur le chemin de la qualif' en réduisant la marque à la 72e minute.

Quand Leonardo se montre aussi ridicule que son équipe


D'autant plus gênant si on rappelle que c'est un club ayant remporté sept Ligues des champions (dont deux dans les années 2000) et deux Coupes des coupes qui s'est fait avoir par d'emballants Grecs. Naïf au possible, Milan semble clairement incapable de retrouver son niveau d'antan et de redevenir la machine d'expérience qu'il incarnait. Et le fait que l'équipe ne se soit jamais imposée sur une pelouse grecque en Coupe d'Europe (deux défaites pour quatre nuls) ne constitue en aucun cas une excuse. D'ailleurs, c'est la première fois depuis 1999 que l'entité sort d'une compétition internationale dès la phase de poules.


« Le penalty me paraît inexistant et totalement inventé. Comme leur but sur corner. Il y avait aussi un bruit incroyable à chaque fois que nous attaquions. Déranger les adversaires de cette manière est interdit par le règlement. Le bruit a dérangé tout le monde, cela a empiré sur la fin et nous a créé des problèmes, a osé Leonardo, directeur sportif des Rossoneri qui en a pourtant vu d'autres durant sa carrière de joueur, sur Sky Italia. Je suis allé sur le terrain parce que le bruit dérangeait tout le monde. L'arbitre aurait dû arrêter le match ! Cette élimination est injuste ! »

Des ruines, rien que des ruines


La vérité à mettre en avant n'est cependant pas celle-là, Leonardo le sait. La réalité qu'il faut prendre en compte, aussi difficile soit-elle à digérer, c'est que Milan n'a définitivement plus rien à voir avec ce qu'il représentait sur le plan sportif et qu'il n'a pas su résister à la pression du stade Karaïskakis ce jeudi soir. Qu'il n'a pas su obtenir le moindre succès face au Betis Séville (défaite 2-1 à la maison, nul 1-1 en Espagne) et qu'il a commencé à flipper dès la troisième journée (après deux victoires) de cette C3, malgré un effectif supposé bien supérieur à tous ses concurrents du groupe F.



« On peut évoquer les erreurs d'arbitrage, les trompettes dans le stade ou les ramasseurs qui envoient des ballons sur le terrain pendant la rencontre. Mais la vérité, c'est qu'on leur a offert le match par notre naïveté, a de son côté réagi le lucide Gattuso face à la presse. On ne peut pas se le permettre dans un tel environnement. À la première difficulté, Milan s'écroule. » Un monument en ruines, effectivement.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Austin nouvelle franchise de MLS 21 Hier à 17:46 La subtile repartie d'un entraîneur à une question aberrante 53
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
Ce soir, c'est grand Sarr