Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. D
  3. // Nigeria-Argentine

Mikel Obi(en) à sa place

Après un premier match décevant, le capitaine des Super Eagles est monté en puissance face à l’Islande (2-0). Mardi, il sera l'un des principaux atouts du Nigeria, qui jouera sa qualification contre des Argentins en crise. À un drôle de poste de meneur de jeu, qui a même fait réagir José Mourinho...

Modififié

Au Nigeria, John Obi Mikel (31 ans) a toujours eu droit à une attention particulière. Surtout quand il s’agit de discuter de ses performances avec la sélection nationale, dont il est le capitaine. Au lendemain de la défaite des Super Eagles face à la Croatie (0-2 le 16 juin), sa discrétion lors de ce match fut par exemple au centre des conversations. Habituellement très influent dans le jeu de son équipe, le milieu de terrain de Tianjin TEDA (Chine) a cette fois disparu des écrans radar. Au point de donner naissance à une petite polémique que José Mourinho, son ancien entraîneur à Chelsea et jamais le dernier pour balancer quelques vacheries mouillées d’acide, a alimentée.

Mourinho tacle, la réponse fuse


Le technicien portugais, conforté dans son jugement par d’anciens illustres internationaux nigérians – Jay-Jay Okocha en tête –, s’est ainsi ému du positionnement d’un Obi Mikel meneur de jeu. « Le Nigeria a perdu un bon numéro six pour avoir un mauvais numéro dix » , a notamment fustigé le Mou. Gernot Rohr, le sélectionneur allemand des Super Eagles, s'est en réponse hâté de rappeler à son éminent confrère « que le Nigeria jouait avec Obi Mikel en meneur depuis deux ans, et qu’il s’était qualifié de cette façon  » . Une façon polie de conseiller à l’ancien coach du FC Porto de s’intéresser un peu plus aux matchs des sélections africaines en général et du Nigeria en particulier. Le 22 juin face à l’Islande (2-0), Rohr a donc maintenu son système. Bingo : Obi Mikel s'est montré un peu plus convaincant que six jours plus tôt, sans pour autant être impliqué dans les deux buts inscrits par Ahmed Musa.


Ce mardi soir, et malgré une fracture à une main qui l’obligera à jouer avec une protection, Obi Mikel devra encore élever son niveau de jeu pour aider son pays à franchir le cap du premier tour du Mondial pour la quatrième fois de son histoire. « On voit qu’il monte en puissance, que son influence est grande. Il a l’expérience du très haut niveau. C’est le genre de joueur qui, grâce à ses performances, va tirer l’équipe vers le haut. Il a été très moyen face aux Croates, c’est vrai. Mais contre l’Islande, même s’il n’a pas été étincelant, c’était mieux, surtout en seconde période. Avec Musa et Moses, les autres cadres, il a pris les choses en main » , note Lappé Bangoura, ancien sélectionneur de la Guinée (2016-2018).

« Si tu le laisses manœuvrer, tu risques d’être dans la merde »


Et le principal intéressé, dans tout ça ? Lui préfère minimiser le débat autour de sa personne. En témoignent ses propos lors d’une conférence de presse : «  C’est fascinant. Cela fait un an et demi que je joue à ce poste, et personne ne s’est jamais plaint ! Je suis à l’aise dans n’importe quel rôle, qu'il soit plus offensif ou plus défensif.  » À moins d’un improbable changement tactique décidé par Rohr, l’ancien joueur de Plateau United, Lyon, Oslo et Chelsea devrait donc occuper le même poste face aux Argentins. Sébastien Migné, le sélectionneur du Kenya, l’a affronté deux fois quand il était l’adjoint de Claude Le Roy au Congo lors des éliminatoires de la CAN 2015 : « On avait gagné 3-2 à Calabar. Il avait été décidé de lui laisser le moins de champ possible pour exprimer ses qualités. Ce jour-là, il avait joué plus bas. Techniquement, il est à l’aise. Il sait jouer long et court. Son jeu est clairvoyant. Mais si tu vas le chercher très haut, il va être en difficulté. À l’inverse, si tu le laisses manœuvrer, tu risques d’être dans la merde. »

Quand Leo et Obi se croisent...


Attention : John Obi Mikel va croiser des Argentins sous pression après leurs débuts désastreux face à l’Islande (1-1) puis contre la Croatie (0-3). Avec un certain Lionel Messi. Les deux joueurs ont plusieurs fois eu l’occasion de s’affronter. Le 25 juin 2014 à Porto Alegre par exemple, lors du troisième match du premier tour de Coupe du monde. L’Albiceleste s’était imposée 3-2 avec un doublé de la Pulga. Une défaite sans conséquence fâcheuse pour les Super Eagles futurs huitième-de-finalistes contre la France (0-2). En 2005, l’Argentin avait également déjà pris le dessus sur le Nigeria en finale de la Coupe du monde des moins de vingt ans disputée aux Pays-Bas (2-1). Le Barcelonais avait terminé meilleur buteur du tournoi avec six buts. Et Obi Mikel deuxième meilleur joueur derrière... Messi.



Conséquence : la performance de l’ancien joueur de Plateau United, le club situé à Jos (sa ville natale), avait attiré l’attention de Manchester United et de Chelsea. Les Blues avaient réussi à attirer le jeune milieu de terrain de Lyn Oslo en 2006 après un long imbroglio entre les Londoniens, les Red Devils et la formation norvégienne. Mais depuis un an et demi, Obi Mikel se promène à Tianjin Teda, en Super League chinoise, où le compte en banque de ce fils d’un patron de société de transport a gagné en épaisseur. Un grand écart sportif qui n’a jamais contrarié Gernot Rohr : « Je sais très bien que le niveau est plus relevé en Angleterre qu’en Chine. Mais il est performant avec son club. Et c’est exactement ce que j’attends de lui. Il a 31 ans, a disputé la CAN (champion d’Afrique en 2013, N.D.L.R.), la Coupe du monde, les Jeux olympiques, la Ligue des champions. L'expérience du haut niveau, il l’a ! » Pas faux.





Par Alexis Billebault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS



Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70