Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Petite finale
  3. // Belgique-Angleterre (2-0)

Meunier, arrière-pensées

Et si c'était lui, le meilleur arrière droit du Mondial ? Dans son combat fratricide avec Trippier, Thomas Meunier n'aura peut-être pas gagné cet après-midi la guerre. Il en ressort néanmoins avec un beau succès lors d'une bataille qui comptait pour un peu plus que du beurre, saluant une Coupe du monde de haute volée... qui pourrait relancer sa situation en club.

Modififié
Dans une longue interview accordée à la RTBF avant le Mondial, Thomas Meunier se replongeait en enfance : « J’ai toujours ce rêve de jouer numéro 10, disait-il. Et je sais qu’avant la fin de ma carrière, je rejouerai à un poste offensif. » On le sait puisqu'il ne cesse de le répéter à qui veut bien l’entendre, Meunier était plus jeune un attaquant. Meunier aime toucher le ballon. Meunier claque des triplés avec sa sélection contre Gibraltar. Roberto Martínez aime Meunier, et Meunier aime Roberto Martínez. En réalité, de cette importance en sélection, Paris n’en avait qu’une vision déformée.


Un machin informe et kaléidoscopique, parce qu’après tout, quand la sélection belge dispute un amical, c’est souvent également le cas de l’équipe de France, que l’on regarde en bon patriote. Ce Mondial aura au moins eu le mérite, passé les polémiques à deux francs sur le plateau de Denis Brogniart, de réhabiliter les cannes d’un type que l’on résume trop souvent à sa bouche. Il faut s'y faire : Thomas Meunier a fait une Coupe du monde dantesque.

Le meilleur arrière droit du Mondial ?

Après une saison à avaler les miettes que Daniel Alves voulait bien lui laisser – en assurant toujours des performances de qualité lorsqu'il en avait l’opportunité –, le « back droit » belge s’était même un temps inquiété de sa possible présence en Russie. « Comme titulaire, j’espère » , glissait-il aux journalistes. Au cœur d’un effectif all-star, il a dépassé les attentes placées en lui. Une passe décisive contre la Tunisie, une autre face au Japon, et un but, donc, ce samedi après-midi face à l’Angleterre. Avec à chaque fois la même impression de facilité, celle d’un type qui a pu en garder sous le pied cette saison d’un point de vue physique. Dans le 3-5-2 mis en place par Roberto Martínez avec la Belgique, il excelle.


Ses courses vers l’avant perforent, ses passes en contre-attaques détruisent, lui se positionnant souvent à l’extrémité droite de la surface quand le ballon n’en est encore qu’à son pendant gauche. L’oublié du troisième poteau, celui qui débarque dans le dos pour reprendre de volée un centre destiné à l'origine au buteur (tant Cavani que Lukaku), c’est très souvent Meunier. Et face aux Three Lions, donc, c’est son tibia qui est venu ouvrir le score sur un très bon centre de Nacer Chadli d’entrée de jeu (4e), avant de faire passer quarante-cinq minutes infernales à Danny Rose, remplacé exsangue et étourdi à la mi-temps. Thomas Tuchel et sa possible défense parisienne à trois jubilent.

La masterclass Neymar

La bascule, c’est ce match contre le Brésil. Celui de la confirmation pour les Diables rouges et pour lui, mais aussi celui du carton jaune de trop qui le privait de demi-finales face aux Bleus. Thomas Meunier dit beaucoup de choses, mais là-dessus, rien. Niet. Bizarre et compréhensible à la fois, tant la déception doit être immense pour un bonhomme si essentiel à l’organisation tactique de sa sélection.



Les mots viendront, probablement. Comme ils sont finalement venus pour évoquer sa confrontation victorieuse avec Neymar, muselé au cours d’un quart de finale à diffuser en cours de géométrie, et qui constitue probablement la prestation défensive la plus aboutie de sa carrière : « Neymar ? Je le côtoie depuis un an maintenant, on apprend à se connaître. Hier à l’entraînement, quand le coach m’a dit : "Comment tu le sens ?", je lui ai répondu qu’il n’y aurait pas de souci. Il n’y a aucune prétention de ma part, mais je suis conscient de mes capacités. » Et puis, parce qu’il ne peut définitivement pas se retenir : « Ce soir, je suis quand même frustré. Offensivement, je n’ai pas touché une balle. »

Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 15 minutes Éric Besson : « Pour 50 millions d'euros, on peut s'offrir un bon club de L1 » 1
Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
À lire ensuite
Les clés du match