Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Trophée
  3. // Ballon d'or 2012

Messi, la victoire des robots

On ne sait plus trop quoi dire sur Lionel Messi. L'Argentin collectionne les Ballons d'or, explose tous les records et domine son sport comme jamais. Pourtant, Messi laisserait presque indifférent. Peut-être parce qu'il n'est plus vraiment humain.

Modififié
Comme prévu, comme d’habitude diront certains, Lionel Messi a remporté un nouveau Ballon d’or, son quatrième, au grand dam de Cristiano Ronaldo et du sourire, déçu, mais de circonstance d’Andrés Iniesta. En dépassant Cruyff, Platini et Van Basten, l’Argentin est désormais une légende vivante de l’histoire du football. Comme sur le terrain, Messi a largué tous ses adversaires et tué du même coup ce qui fait la sève de ce genre de trophée et du football en général : le suspens. Il a également fait entrer le Ballon d’or dans une nouvelle ère. Le temps béni où le trophée pouvait revenir à Owen, Belanov ou Cannavaro est bel et bien révolu. On sait désormais que Messi peut remporter des Ballons d’or sans gagner de Coupe du monde, ni de Copa America sur ses terres, ni de Liga, ni de Champions League sans que cela ne pose problème. Cette année, l’Argentin s’est "seulement" emparé du titre de Pichichi et de la Coupe du Roi, mais aux yeux de tous et de la FIFA, il reste le meilleur joueur du monde.

Pas meilleur ambassadeur du foot

Hasard ou coïncidence, depuis que le trophée est passé aux mains de la FIFA, Lionel Messi a souvent été gâté. Il faut dire que la success story du gamin en mal d’hormones de croissance, obligé de traverser l’Atlantique pour suivre un traitement qu’il n’aurait soi-disant jamais pu suivre dans son pays natal est du pain béni pour l’organisme dirigé par Sepp Blatter. Le petit Suisse aime les bons sentiments et donner des leçons de vie aux enfants du monde entier à travers le football. Il ne pouvait rêver d’un meilleur ambassadeur que Messi. Imprévisible sur le terrain et tristement prévisible lorsqu’il n’a pas la balle entre les pieds, Lionel Messi est sans doute ce qui se fait de plus politiquement correct dans ce bas monde.

Le foot et rien d'autre


À l’image de Zidane, il parle peu, ce qui lui évite sans doute de dire des conneries quand on le questionne sur la politique, l’arbitrage ou le choix de ses entraîneurs. Couvé à la Masia depuis l’âge de 13 ans, l’Argentin semble vivre dans une bulle et ne s’exprime que lorsqu’il a une balle au pied. Messi est un autiste, mais il a la chance que son génie soit compris de tous. Comme son jeu, le personnage est à la fois simple et déroutant. Universel et rassembleur. En lui donnant son quatrième Ballon d’or, la FIFA a cyniquement récompensé un type qui a fait don de sa vie au football au point d’en oublier tout le reste. Dans sa volonté d’aseptiser tout ce qu’elle touche et d’en faire l’exemple ultime pour les futures générations de footballeurs, la FIFA a surtout rayé le critère le plus important qui soit dans cette élection : le facteur humain. Pas vraiment étonnant quand on sait que Blatter a récemment affirmé que le racisme n’était pas vraiment une raison pour quitter le terrain comme Boateng l’avait fait. À 25 ans, Lionel Messi a déjà réalisé les rêves de tous les gosses du monde entier réunis en remportant tous les titres collectifs et individuels de club possibles et imaginables. À sa place, beaucoup seraient déjà blasés ou en phase de décompression. Pas lui. Il lui manque encore un Mondial à remporter avec l’Argentine et d’autres ballons à glaner. Oui, la Pulga est un extraterrestre, tout simplement parce qu’il n’est pas humain.

Par Javier Prieto-Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5