Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Coupes d'Europe
  2. // Demies

Mercredi noir, meilleur lendemain ?

Lyon face à l'Ajax, Monaco face à la Juve. Deux clubs français face à deux légendes du Vieux Continent en demi-finales européennes. Mais la fête a tourné court entre le naufrage des Gones à Amsterdam et la leçon tactique de la Vieille Dame contre l'ASM.

Modififié
Lyon a déjà pris très cher. 3-0, une pluie d'occasions pour l'Ajax, puis un moment d'espoir. Sur un mauvais renvoi de la défense ajacide, Mathieu Valbuena récupère à l'entrée de la surface et ajuste Onana. L'OL reprend espoir, il reste une demi-heure et on se dit que le match va enfin tourner. Cinq minutes, le temps pour Bertrand Traoré de planter son second but de la soirée et de faire gonfler le score à 4-1 pour les Néerlandais. Une fessée qui aurait pu être encore plus violente sans quelques arrêts d'Anthony Lopes. Quelques heures plus tard, scénario différent, mais résultat comparable : Monaco s'incline 2-0 à la maison contre la Juventus. Moins déméritant que l'OL, mais tout autant impuissant face à un adversaire solide, froid, efficace et implacable. Un peu plus de 4 heures en amont, la France du foot se réjouissait d'avoir deux représentants dans les derniers carrés européens. L'Olympique lyonnais face à un adversaire a priori jouable, et l'AS Monaco contre une montagne, mais poussée par sa forme du moment. Après deux fois 90 minutes, le constat est douloureux : sauf exploit, Lyon comme Monaco ne verront pas les finales de Ligue Europa et Ligue des champions. Surtout, les deux représentants français ont pu constater à quel point la marche était haute à l'approche d'une finale européenne.

Pas assez tranchants dans les temps forts


Que ce soit contre l'Ajax en début de soirée, ou la Juventus en prime time, l'OL et l'ASM ont tout d'abord subi une leçon de réalisme. À l'Amsterdam ArenA, les hommes de Bruno Génésio ont ainsi donné l'impression de maîtriser la rencontre jusqu'à l'ouverture du score de l'Ajax à la suite d'un mauvais marquage sur coup de pied arrêté. Les deux buts suivants ? La conclusion de deux erreurs défensives, une remise involontaire pour Dolberg (34e), une perte de balle de Tousart menant au but de Younès (49e). Quasiment du 100% en un peu plus d'une mi-temps, qui ont contribué à faire trembler les jambes de la défense lyonnaise pendant plus d'une heure. À Louis-II quelques heures plus tard, c'est quand Monaco bousculait la Juve, que Kylian Mbappé poussait Gianluigi Buffon dans ses retranchements, que Dani Alves a choisi d'accélérer et de servir Gonzalo Higuaín. Frappe croisée dans le petit filet, rideau (30e). S'il y a une leçon à tirer de ces demi-finales aller, c'est qu'à un tel niveau, on ne peut rien espérer si l'on ne fait pas mal à l'adversaire dans ses temps forts. Ce que n'ont pas su faire Lyon et Monaco.

Monaco trop neuf, Lyon trop Lacazette dépendant


S'il reste encore un match retour pour chacun des représentants français, le constat est clair : le chemin est encore long pour que la Ligue 1 puisse rêver d'un troisième titre européen. D'une part parce que la Juventus est à un niveau stratosphérique que, aussi brillante soit-elle cette saison, l'AS Monaco ne peut égaler. Il faut souligner que les Bianconeri se sont construits patiemment depuis la remontée en Serie A en 2007, quand l'AS Monaco marche sur l'eau depuis « seulement » dix mois. D'autre part parce que l'Olympique lyonnais n'a pas l'effectif pour pouvoir briller sans un grand Alexandre Lacazette, dont l'activité a particulièrement manqué à Amsterdam, même après son entrée, diminué. Mais il ne faut pas pour autant désespérer ni regarder le verre à moitié vide : l'OL comme l'ASM ont manqué leur rendez-vous avec le dernier carré européen, mais ils peuvent encore tenter de se rattraper dans une semaine. Surtout, ils ont malgré tout brisé un plafond de verre qui datait de 2010 – demi-finale de Lyon contre le Bayern – et se sont par la même occasion donné de nouvelles perspectives. À eux d'en profiter dans une semaine, ne serait-ce que pour l'honneur, et surtout de l'utiliser pour continuer à progresser sur la scène européenne lors des prochaines saisons.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 minutes Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 24
À lire ensuite
La pépite d'Higuaín