Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Séville-Inter (3-2)

Messieurs Conte et Lopetegui, merci !

Cinq buts, des rebondissements dans tous les sens, du jeu à profusion et un combat tactique de tous les instants, voilà les ingrédients choisis par le FC Séville et l’Inter pour que cette finale de Ligue Europa soit aussi folle que trépidante.

Modififié
Alors que de nombreux téléspectateurs se sont endormis devant le retour de la Ligue 1 et un bien triste Bordeaux-Nantes qui s’est soldé par un score nul et vierge aussi fade que déconcertant, nul doute que la finale de la Ligue Europa leur a redonné foi dans le football. Pour ça, ils peuvent remercier Blanquirrojos et Nerazzurri, qui n’ont pas attendu de se regarder dans le blanc des yeux pour mettre le grappin sur la cage adverse. Et pour cause, alors que le premier quart d’heure n’était même pas encore terminé, les deux équipes avaient déjà planté chacune un but. Après ça, la rencontre n’a presque jamais baissé en intensité, et le duel tactique entre Julen Lopetegui et Antonio Conte s’est retrouvé alors sublimé.

Du jeu, du jeu et encore du jeu


Si Conte tente de camoufler sa calvitie comme il le peut, le technicien italien ne se cache que très rarement derrière sa défense à cinq éléments. Preuve en est : le boulot monstrueux abattu par Ashley Young et Danilo D’Ambrosio dès les premières minutes de cette finale de C3. Les deux pistons de l’Inter donnent donc directement du travail à Jesús Navas et Sergio Reguilón, qui ne sont pas non plus en reste quand leur équipe a le ballon. Car que ce soit le FC Séville ou l’Inter, les deux équipes tentent quasi constamment de repartir de derrière, ce qui permet à leurs latéraux de grimper aussitôt très haut sur la pelouse. Autre similitude entre Blanquirrojos et Nerazzurri : empêcher l’adversaire de construire. Si, à ce petit jeu-là, les Espagnols ont été meilleurs que les Italiens, on relèvera malgré tout la propension qu’avaient les deux équipes à se battre comme des chiens pour être les rois du ballon. Rien d'étonnant quand on connaît les idées de jeu de Lopetegui et Conte, et qu'on regarde la campagne européenne de leur équipe. De fait, à la fin de la rencontre, avec un nombre de passes effectuées quasi identiques (392 vs 432), et un pourcentage de possession de balle également très proche (47% vs 53%), difficile de savoir laquelle des deux équipes est parvenue à dominer le jeu. Vu comme ça, on aurait pu assister à un duel tactique chiant à mourir. Mais au contraire, les intentions partagées des deux équipes ont poussé les vingt-deux acteurs à prendre des risques balle au pied, mais aussi, et surtout, à muter tactiquement pour se magnifier.

Les temps morts, très peu pour eux


Côté andalou, Suso est beaucoup rentré dans l’axe pour semer la zizanie entre Young et Alessandro Bastoni, Banega est parfois venu chercher le ballon au niveau de sa défense, ou le réclamer aux côtés de Luuk de Jong, et la paire Fernando-Joan Jordán n’a pas non plus hésité à se projeter vers l’avant grâce à leur verticalité. Même combat côté milanais, où le mouvement et les permutations ont également été nombreuses. Fausse sentinelle du dispositif de Conte, Marcelo Brozović n’a pas hésité à emmener le ballon dans le camp adverse quand Roberto Gagliardini et Nicolò Barella s’exilaient respectivement à gauche et à droite pour aider leurs pistons, et étirer le bloc adverse. Résultat, beaucoup de phases de jeu intéressantes et quasiment aucun temps mort au cours de cette finale, hormis peut-être dix minutes après le retour des vestiaires, quand le verdict final était sur le point d'arriver.



On regrettera que Lautaro Martinez et Romelu Lukaku aient passé une trop grande partie de leur rencontre sur la même ligne, ou que Barella et D’Ambrosio aient été moins disponibles que lors de la demi-finales contre le Shakhtar Donetsk. Mais on savait aussi l’équipe de Conte bien moins flexible et mouvante que celle de Lopetegui. Toujours désireux que son équipe presse haut et fasse circuler le ballon autant que faire se peut, l’entraîneur espagnol n’a pas changé de plans quand Diego Carlos a donné l’avantage à son équipe à un quart d’heure de la fin. Il aurait pu tenter de fermer le verrou lorsque l’Inter a fait entrer Christian Eriksen, Alexis Sánchez, et Victor Moses. Mais il a préféré faire des changements poste pour poste, et demander aux nouveaux entrants de continuer à harceler le porteur du ballon. Une philosophie de jeu risquée pour une finale de C3. Qu’importe, cela a porté ses fruits, et les téléspectateurs en redemandent.

Par Maxime Renaudet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi

Hier à 17:50 Oxford United obligé de se rendre à son match en voiture et en taxi 3
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:32 Nedum Onuoha demande aux joueurs de continuer à s’agenouiller 84
Hier à 10:05 Quand Vercoutre chambrait Gattuso 22
À lire ensuite
L'Italie au tapis