Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options

Ménez à la conquête de l'América

Jérémy Ménez s'est envolé de Turquie pour s'engager avec le Club América, géant du football mexicain. Le huitième club de sa carrière professionnelle et une nouvelle histoire à laquelle on a envie de croire.

Modififié

Un doigt sur la bouche en photo de profil, une vidéo au jeu d'acteur hésitant, un nouveau départ : Jérémy Ménez est bien de retour sur Twitter et dans nos cœurs. Avec toujours ce même mélange d'insolence maladroite et de maladresse insolente, ce côté wannabe bandit du mec profondément gentil. Comme d'habitude, son transfert suscite à la fois enthousiasme chez le receveur et soulagement chez le donneur. C'est l'histoire de sa vie. Presque partout – sauf justement ces deux dernières saisons –, il aura fait lever les foules à maintes reprises pour finalement s'en aller déçu. Contre lui-même, contre ses dirigeants ou contre les supporters, trop exigeants ou trop ingrats pour se contenter de ses fulgurances. Après six mois à Antalya où, souvent blessé, il aura cette fois trop peu joué pour apprendre à se faire aimer et détester, il s'en va donc conquérir l'América. Délicat de présumer du génie ou de la bêtise de ce choix, car c'est lui qui en décidera. C'est en tout cas un joli risque, même s'il a en réalité tout à y gagner.

9-4, c'est l'América


C'est quoi le Club América, déjà ? Une sorte de vieux monstre du nouveau monde, détenant le record de victoires en Ligue des champions CONCACAF (7), ayant réalisé les premières performances notables d'une équipe mexicaine en Copa Libertadores, douze fois champion national et considéré avec les Chivas de Guadalajara comme le plus grand club du pays, malgré des résultats en dents de scie. C'est aussi une arène de 87 000 têtes : le fameux stade Azteca, où Pelé et Maradona ont soulevé une Coupe du monde, rien que ça. De quoi mettre un peu la pression, non ? Sans doute conforté dans son choix par le précédent Gignac, le Vitriot sera également confronté à l'histoire qu'est parvenu à écrire l'ancien Marseillais en Liga MX. Un beau défi, pas une mince affaire. S'il affiche un niveau similaire à ses débuts parisiens ou milanais, difficile de croire qu'il ne séduira pas. Même si la bascule se fera sûrement sur ce qui lui a toujours coûté l'amour : son langage corporel, ces mains qui traînent sans cesse sur ses hanches dès qu'il perd un ballon, cette façon de souffler à la moindre contrariété, ce refus de dépasser l'injustice quand il le faut, aussi, parce qu'il en a subi. Il essaiera de dissimuler tous ces petits défauts sous la houlette de l'entraîneur argentin Ricardo La Volpe, penseur du football et ancien sélectionneur du Mexique, qui aura certainement deux ou trois consignes à lui donner et bien plus à lui apprendre. Troisième du tournoi d'ouverture et balayé ensuite par les Tigres de Gignac aux portes de la finale des playoffs, le club de la capitale jouera ce dimanche soir sa première rencontre du tournoi de clôture. Clore son chemin avec le panache de son premier triplé, c'est tout ce qu'il reste au lionceau.

Aide-toi et le stade t'aimera


De ses compères de la génération 1987, Jérémy Ménez n'aura jamais la carrière exemplaire de Karim Benzema, la passion clivante qu'a pu engendrer Samir Nasri ou même la bienveillance qu'a su susciter l'innocence d'Hatem Ben Arfa. Il avait juste le talent. C'était trop et trop peu pour ne pas végéter dans un entre-deux qui doit le frustrer lui bien plus que nous. À bientôt trente et un ans, il s'offre malgré tout son meilleur dribble, l'occasion qu'il ne faudra pas croquer, celle de devenir une légende de l'ailleurs, l'un des pionniers d'un football qui soulève notre curiosité, mais semble trop éloigné pour réellement nous passionner. Loin des yeux, loin du cœur. Personne n'a jamais vraiment essayé de t'aimer ici de toute façon, JM7. Alors, à défaut de fermer des bouches en France, puisses-tu faire crier ton nom sur un autre continent. Fais-le pour toi, pour ceux qui n'ont jamais cessé de croire en tes accélérations hors du temps. Pour écrire un petit bout d'histoire quelque part, enfin.



Par Christophe Depincé
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure La Premier League aux couleurs de l'arc-en-ciel 4

Le Kiosque SO PRESS

À lire ensuite
Zdziech vitrine