Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Lyon-Barcelone

Mendy-Messi, sacrée défense

Souvent considéré comme un excellent contre-attaquant, Ferland Mendy va devoir montrer mardi soir qu'il est aussi capable d'être un très bon défenseur. Car, au Groupama Stadium, le latéral gauche lyonnais va croiser la route de Lionel Messi, qui devrait être aligné côté droit par Valverde. Voilà ce qu'on appelle un test grandeur nature pour le joueur de vingt-trois piges.

Modififié

Mais comment arrêter Lionel Messi ? Ils sont nombreux, joueurs comme entraîneurs, à s’être posé la question ces quinze dernières années, sans quasiment jamais parvenir à trouver la formule magique pour stopper le joyau argentin. Mardi soir, ce sera au tour de Ferland Mendy de faire la connaissance de La Pulga, qui devrait être alignée sur le côté droit du 4-3-3 d'Ernesto Valverde. En conférence de presse, Bruno Génésio a annoncé la couleur : « La réponse du marquage individuel face à Messi est obsolète, car, à un moment donné, il trouvera une solution. Le fait d’avoir de la densité autour de lui peut être une solution, mais même avec de la densité, il est capable de voir des choses que personne ne voit. » L’arrière gauche est prévenu : la tâche s’annonce immense. Mais, à vingt-trois ans, c’est aussi la possibilité pour Mendy de tester ses aptitudes défensives et de prouver qu’il n’est pas seulement un excellent contre-attaquant.

La parole à la défense


Cela ne fait aucun doute, Mendy a le profil de l’arrière latéral très recherché par les entraîneurs modernes : rapide, puissant et capable d’apporter le danger offensivement, quitte à se mettre en danger défensivement. Mais il ne faut pas se tromper, le bonhomme a aussi les qualités pour bien défendre, même devant un gros client comme Lionel Messi. « Au PSG, quand j’avais la génération 1996, je mettais Léa-Siliki défenseur gauche et Mendy jouait un cran plus haut, se souvient Yves Gergaud, son coach au PSG entre dix et treize ans. Mais quand je n’avais pas les 1996, il était souvent amené à jouer latéral, tout simplement parce qu’il était capable de tout faire. » Ainsi, l’ancien Havrais connaît la chanson depuis l’âge de treize ans : un latéral doit aussi et surtout savoir défendre. « Il a fallu faire quelques corrections dans son jeu, mais tout ça se travaille avec des exercices en école de foot, affirme Yves Gergaud. Les dribbles, ça peut s’apprendre dans la rue, mais les qualités défensives, ça vient souvent avec les entraînements et pendant la formation. »


Alors, Mendy peut-il vraiment bouffer Léo Messi ? Déjà, il faudra voir dans quel système l’OL va se présenter au Groupama Stadium. Le natif de Meulan pourrait être plus à l’aise dans une défense à cinq (ou à trois), ce qui lui permettrait d’avoir plus de libertés dans son couloir, tout en pouvant compter sur ses trois compères dans l’axe pour le couvrir. Dans tous les cas, Mendy a également montré qu’il pouvait faire le job dans un système à quatre défenseurs ou quand Lyon touchait moins le ballon (contre Manchester City), comme ça risque d’être le cas face à Barcelone. « Pour moi, c’est un garçon qui peut s’adapter à n’importe quel système de jeu. Il a une facilité d’adaptation épatante, il avait déjà un temps d’avance sur les joueurs chez les U19, explique Cyril Cabrera, son entraîneur au FC Mantois. J’ai hâte de voir comment il va se comporter face à des joueurs de ce niveau et de me dire que je ne me suis pas trompé sur lui. »

Même pas peur


Outre ses anciens éducateurs, Mendy pourrait être observé par plusieurs recruteurs, mais également par l’œil avisé de Didier Deschamps devant sa télévision et celui de son adjoint Guy Stéphan, qui sera présent dans les tribunes de l'enceinte rhodanienne. Le défenseur lyonnais a connu sa première sélection en novembre dernier et pourrait de nouveau postuler lors du prochain rassemblement, vu les pépins physiques de son homonyme de Manchester City. Alors, la double confrontation contre Barcelone est-elle le premier grand test défensif de sa jeune carrière ? « Il en a déjà connu des tests, estime Yves Gergaud. En Ligue 2, il n’avait pas ses partenaires de Lyon et il a fallu beaucoup défendre. Il a croisé le PSG, Monaco la saison dernière... Mais heureusement qu’il sait défendre, il a un concurrent sérieux à l’OL (Marçal). Si Génésio estimait que Ferland ne savait pas défendre, ça fait bien longtemps qu’il aurait perdu sa place. Maintenant oui, je pense que Deschamps attend aussi de voir ce qu’il est capable de faire contre un club comme Barcelone. »


Une telle attente et un tel défi pourraient faire perdre les pédales à un jeune joueur s’apprêtant à jouer son premier huitième de finale de Ligue des champions. Mais tous ceux qui l’ont connu sont unanimes : le gamin n’a peur de rien, il a connu trop de galères pour se prendre la tête pour un simple match de football. « Il faut encore qu’il prenne en expérience et maturité pour bien suivre à la lettre les consignes défensives de Génésio, analyse Yves Gergaud. Mais l’avantage, c’est qu’il joue sans pression. Ça l’aide beaucoup. Il croque le football à pleines dents, il n’a vraiment aucune pression. Un joueur de district ou Lionel Messi en face, ça ne changera rien pour lui. » Mendy l’avait d’ailleurs confirmé dans un entretien accordé à France Football fin janvier : « Croiser Messi ? Honnêtement, ça ne me fait rien. C’est toujours bien de se frotter à des joueurs comme ça. Mais ça ne me fait rien de spécial. Messi ça reste un humain, même si parfois, il n’est pas loin de l’extra-terrestre. » Après le discours courageux et déroutant, place à la vérité du terrain.



Par Clément Gavard Tous propos recueillis par CG sauf mentions.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:42 Insultes homophobes, menaces envers Rothen : Patrice Évra part en vrille sur Snapchat 236
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible