Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options

Mbappé, pour le mettre où ?

On pensait que le recrutement de Neymar serait un one-shot. C'était sans compter Nasser Al-Khelaïfi, qui a décidé de faire all-in et de défier droit dans les yeux le fair-play financier. Unai Emery n'osait même pas en rêver, mais il a désormais le joueur français le plus cher de l'histoire entre les mains. OK, mais pour le mettre où ?

Modififié

À droite dans le 4-3-3 classique


C'est l'option la plus probable, car elle implique de jouer dans le schéma où le onze parisien a ses petites habitudes. Surtout que, depuis son arrivée, Neymar a semblé trouver ses aises sur le flanc gauche de l'attaque. La place de Kylian Mbappé dans tout ça ? À droite, en alter ego du Brésilien. Quand celui-ci régalera par son sens du jeu, ses dribbles, ses passes – courtes ou longues –, le natif de Bondy se goinfrera en prenant la profondeur sur les cafés crèmes du Ney. Dans le 4-3-3, cela donne donc une attaque de folie Neymar-Cavani-Mbappé, trois profils complémentaires entre le talent et l'intelligence inimitables du Brésilien, la générosité et le sens du but de l'Uruguayen, et l'explosivité du Français. Alors certes, Ángel Di María va faire la gueule, car si Mbappé n'a pas été recruté pour seulement décorer, c'est lui qui en fera les frais avec un abonnement à l'année sur le banc. À moins que pour financer l'arrivée du Français, il ne soit l'un des sacrifiés. Ce qui serait logique au vu des performances ternes de l'Argentin depuis le début de saison.

Mbappé, retour au laboratoire


À droite dans un 4-2-3-1


Avec un récupérateur de moins, cela veut dire pour Unai Emery la possibilité d'aligner son joyau Javier Pastore juste derrière Cavani. Ou alors Neymar, afin de faire plutôt de la place pour Julian Draxler à gauche de l'attaque parisienne. Pour Mbappé, la logique serait donc identique à celle du 4-3-3 : évoluer à droite au coup d'envoi, mais avec la possibilité de se balader à sa guise sur tout le front de l'attaque. Car avec Neymar, Cavani, voire Draxler, on peut imaginer que le trio ou quatuor d'attaque soit dans une logique de football de mouvement total pour dynamiter les défenses adverses. Ce qui offrirait de nombreuses situations axiales pour Mbappé.


En second attaquant dans un 4-4-2


C'est la grosse opportunité que va offrir à Emery l'arrivée de Mbappé : singer le 4-4-2 qui a tant fait briller l'AS Monaco l'an dernier. Avec Cavani dans le rôle du point de fixation qu'occupe Radamel Falcao sur le Rocher. Ce serait un bon moyen de favoriser l'adaptation du gamin de Bondy, mais poserait la question du positionnement de Neymar, pas forcément à l'aise en attaquant excentré à gauche. À moins que la présence de Yuri Berchiche, un latéral gauche a priori plus laborieux que Layvin Kurzawa, et celle d'un gros récupérateur au milieu, ne permettent de compenser les rentrées dans l'axe du Ney. Le 4-4-2, sans être un schéma parfaitement adapté à l'effectif parisien, peut néanmoins être une arme efficace dans certains cas, notamment pour modifier le cours d'un match mal embarqué.



En super sub de Cavani


Avec Kylian Mbappé, Paris s'offre un second pur numéro 9 de classe internationale, même si ce qualificatif pour le jeune Français nécessite confirmation rapide. Alors que le club de la capitale compte pléthore de joueurs offensifs de côté, à tel point que la moitié sont poussés dehors (Ben Arfa, Guedes, Lucas...), il a souffert ces deux dernières années de ne compter que le Matador en solution unique comme attaquant axial. Certes, Neymar peut aussi le faire, mais ce serait gâcher son talent de créateur et d'accélérateur de jeu. Mbappé en revanche, peut particulièrement s'épanouir dans l'axe quand il s'agit de faire souffler l'Uruguayen. Au vu des ambitions parisiennes, de la volonté de jouer, comme d'habitude, sur les quatre tableaux, car une Coupe de la Ligue, cela compte dans une carrière, il n'est donc pas impossible de voir l'international français aligné à un rythme conséquent dans l'axe.


Sur le banc, pour lustrer


Il a beau coûter 180 millions d'euros – même dans un an –, Kylian Mbappé n'est pas à l'abri d'un fiasco. La France du football l'a connu avec Nicolas Anelka au Real Madrid en 2000, semi-placardisé malgré un transfert à 200 millions de francs (autour de 30 millions d'euros). Quand un gros club pète un record de transfert, il n'en a pas pour autant de remords à laisser son nouveau jouet prendre la poussière à la première ou deuxième contre-performance. Avec Cavani quasiment intouchable dans l'axe, Neymar qui a réservé sa place à gauche, et une grosse concurrence pour le poste à droite, le natif de Bondy n'a clairement pas intérêt à traîner pour s'adapter. Sinon, il pourrait vivre une longue saison dans un rôle de doublure/bouche-trou aux trois postes offensifs possibles qu'il peut occuper. L'occasion de mieux connaître Hatem Ben Arfa, et qui sait, d'inaugurer l'une des plus belles et prometteuses amitiés dans l'histoire du foot français.






Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE