Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es- Manchester United-PSG (0-2)

Pogba, mauvaise pioche !

Que retiendra-t-on de la prestation de Paul Pogba contre le Paris Saint-Germain ? Un carton rouge, et une impuissance crasse à créer du jeu. Le milieu de terrain parisien avait pour mission de museler le plus dangereux chien mancunien, et ce soir, la laisse a serré à merveille. Chronique d'un homme que Paris n'a pas vu, et qui ne verra pas Paris.

Modififié
Par quoi commencer ? Peut-être par dire que non, Paul Pogba n’a pas été abyssalement nul. Que non, le grand public n’a pas vu son « vrai » niveau – celui qui n’est pas terrible – ou n’importe quel autre poncif erroné, répandu sur les réseaux par des supporters parisiens certes heureux, mais pas toujours lucides. Dire que Paul Pogba n’a pas été au niveau aperçu ces derniers jours, en revanche, c’est un fait, et encore que. Dire que Verratti et surtout Marquinhos ont été énormes, là, c’est toucher à la vérité. L’ironie se pose là : au moment de son expulsion pour une semelle qui traînait un peu trop haut sur la jambe de Daniel Alves, le Français réclamait une faute de ce dernier.


« M. Orsato a décidé de vous éliminer, et sa sentence est irrévocable. » Voilà la maxime d'un type qui, avant ce match, avait délivré 94 cartons jaunes en 19 matchs cette saison, total auquel on peut désormais rajouter neuf unités (5 pour ManU, 4 pour Paris). Mais de carton rouge, jamais. Une anomalie réparée à la 89e minute, moment choisi par l'Italie pour mettre la main à la poche, durcir son regard, tendre son bras, contracter ses muscles et renvoyer Pogba aux vestiaires. Flambeau éteint, donc, à un moment où Manchester ne maîtrisait plus depuis trop longtemps. Paris n’a pas vu Pogba, et Pogba ne verra pas Paris le mercredi 6 mars prochain.

Kimpembe dans la poche, puis ça pioche

L’aventure avait pourtant commencé par un coup d’éclat, un coup de pioche lancé autour des reins d’un Presnel Kimpembe bien en peine pour arrêter qui que ce soit, petit voilier face au gros tanker. Un débordement sur l’aile droite, un centre un peu trop dirigé vers Buffon, et cette certitude : ce soir, Pogba sera grand. Grand comme depuis un mois, grand comme depuis onze matchs, chiffre qui représente également son nombre de buts cette saison, un record pour lui. Il est d’ailleurs intéressant à ce titre de revenir sur les mots de Gianluigi Buffon en milieu de semaine à La Stampa, un quotidien turinois, qui qualifiait le milieu de terrain de « pilier de Manchester United » . Or, lorsque le pilier tremble, c’est la maison qui s’effondre. Impérial, mais inoffensif en première période, le bonhomme a été empêché de s’imposer au milieu de terrain en seconde, lorsque Thomas Tuchel a décidé de confier à Marquinhos la seule tâche de son marquage exclusif. Introuvable, intouchable, et donc injouable.



À ce titre, il convient de s’arrêter sur un point : lorsque ces derniers jours, la quasi-intégralité de la presse s’inquiétait des absences humaines côté Paris, Thomas Tuchel, lui, bossait. Le match tactique face à Ole Gunnar Solskjær a ainsi été remporté haut la main et, comme face à Liverpool, en deuxième mi-temps. On s’inquiétait du milieu de terrain parisien, de l’absence de 6, d’un Verratti trop juste et d’un Paredes trop tendre, mais la sauce a pris. Avec, en plus, une prestation dantesque de Daniel Alves. Pogba était le point de bascule tactique : s’il jouait, Manchester jouait. Et Tuchel a parfaitement géré le culbuto.

Dos au jeu

Une histoire de dos. Tout était une histoire de dos. Prendre la défense dans le dos, de vitesse, ainsi qu'a échoué à le faire le trio offensif mancunien, entièrement modifié à la fin du match. Pour Paris, en y revenant, l’objectif était de faire jouer Pogba dos au jeu. Un sale boulot pour Marquinhos, celui de tenter de faire jouer son opposant à l’envers, comme un Fabio Fognini nonchalant sortirait son adversaire du match avant même qu’il n’ait balancé sa première balle.


Le rôle du Brésilien ? Se placer dans le dos de « Pogboom » (on y revient), et effectuer les transitions vers Mbappé devant, en profitant des failles de replacement du milieu mancunien. Le centre de Daniel Alves qui apporte le corner vainqueur de Kimpembe vient ainsi de là, d’une déviation de l’Allemand pour Mbappé, tout comme l’occasion loupée de ce dernier en première période, ultérieurement sifflée hors jeu. Et ainsi, au bout du travail de sape, au bout de la nuit, au bout de l'impuissance, Pogba est sorti la tête basse. Le premier joueur de Manchester United à être exclu en phase à élimination directe de la Ligue des champions depuis Nani contre le Real Madrid, en huitième de finale retour en mars 2013. Attention, il ne faut pas s’y tromper : dire que Pogba a fait un mauvais match est une hérésie. Il a simplement trouvé plus fort que lui.

Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C1 - 8es - Manchester United-PSG (0-2) - On refait le match




Dans cet article


Hier à 17:58 Leeds reste dans la course à la montée 8 Hier à 17:30 Messi inscrit le but du week-end 41
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible