Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Accroche-toi Mauricio, ça va secouer !

Intronisé ce samedi comme nouveau coach du Paris Saint-Germain, Mauricio Pochettino revient « chez lui » presque dix-huit ans après la fin de son aventure parisienne comme joueur. Avec, cette fois, un nouveau défi aussi excitant que périlleux à relever : imposer sa patte sur une équipe jugée indomptable sur la durée. Sans oublier de gagner.

Modififié
L’histoire retiendra donc que c’est sur les coups de 14h, un samedi 2 janvier, que Mauricio Pochettino est revenu parcourir le mythique Camp des Loges près de dix-huit ans après la dernière fois dans la peau d'un salarié du Paris Saint-Germain. C'est avec un visage un peu plus rond, une barbe poivre et sel, des cheveux courts et 48 ans au compteur que l’ancien patron de l’arrière-garde parisienne, passé par le club de 2001 à 2003, a donc paraphé son contrat d'entraîneur principal qui court jusqu’au 30 juin 2022 assorti d'une année en option. De quoi réaliser un vieux rêve de l’actuelle direction parisienne : avec Leonardo à la direction sportive et Mauricio Pochettino à la tête de l’équipe première, sans oublier Zoumana Camara qui devrait rester adjoint de l’Argentin ou encore Maxwell comme ambassadeur du club au Brésil, le club de la capitale poursuit la structuration de son ossature autour d’anciens joueurs passés dans ses rangs. Reste maintenant à voir quels effets la nomination de l’Argentin aura sur une équipe actuelle qui est apparue épuisée et sans consistance sur cette fin d'année 2020 après avoir touché des yeux, mais des yeux seulement, le sacre en C1 à l’issue du Final 8 en août dernier.

La crainte de l'épée de Damoclès


Car à Paris plus qu’ailleurs, on commence à connaître la musique : chaque nouveau coach qui débarque est présenté comme celui « qui va pouvoir faire passer un cap » à cette équipe, qui va réussir à mettre au pas un effectif plein de « stars » qui méritent à juste titre ou non ce qualitatif. Cela n’a pas loupé lorsque Carlo Ancelotti, Unai Emery ou encore Thomas Tuchel ont posé leurs fesses sur le banc des Rouge et Bleu et, pour les trois, il reste certainement un goût amer en travers de la gorge lorsqu'on évoque le mot PSG avec eux. Le prédécesseur allemand de Pochettino, débarqué la veille de Noël, résumait finalement assez bien la situation pour le média Sport TV1 dans des propos retranscrits par le site spécialisé CulturePSG : « Nous avons gagné les quatre titres nationaux qu’il était possible de gagner, il manquait un match pour gagner la Ligue des champions, et nous n'avons jamais eu le sentiment que les gens se disaient "Wow", nous n’avons jamais eu le sentiment que nous avions convaincu les gens et qu'ils reconnaissaient notre performance. Ça te rend parfois un peu triste ou en colère. »


C’est peut-être là, d’ailleurs, que réside la principale interrogation qui flotte au-dessus de la tête de l’ancienne tête pensante des Spurs : s’il connaît déjà la maison et qu’il jouit d’une certaine légitimité à la suite de ses travaux à Tottenham, est-il en mesure de réussir là où ses prédécesseurs ont échoué ? Sportivement, réussir à faire aussi bien que Thomas Tuchel (2,37 points par match en moyenne en Ligue 1 et une finale inédite de C1 pour le PSG au compteur et six titres en deux ans et demi) apparaît compliqué et pourtant inévitable. Mais comme l’expliquait Tuchel, entraîner Paris ne consiste pas seulement à poser quelques plots ou à mettre dans les meilleures conditions Neymar ou Kylian Mbappé sur le terrain. Non, il faut également composer avec cet environnement extérieur qui en a bouffé plus d’un, et où gagner la C1 est la seule chose qui importe vraiment : « Parfois c'est très facile, parfois c’est un gros défi, car autour d’un club comme le PSG, il y a beaucoup, beaucoup d’influences, beaucoup beaucoup d’intérêts qui dépassent ceux de l’équipe, explique Tuchel. C'est pourquoi il est très difficile de garder les gars heureux, car il est également important d'exiger d’eux des choses supplémentaires. » Message reçu, Mauricio ?

D'entrée dans le feu de l'action


Pochettino arrive donc à Paris en plein hiver et avec très peu de temps devant lui pour travailler. Le 6 janvier, son PSG se déplacera à Geoffroy-Guichard pour y défier l’AS Saint-Étienne avant de recevoir trois jours plus tard Brest au Parc des Princes. Il y aura encore par la suite un Trophée des champions à glaner face à l’OM, à Lens le 13, puis un déplacement à Angers le 16 pour boucler une boucle de quatre matchs en douze jours. Un calendrier soutenu conjugué à une obligation de résultats immédiate puisque Paris pointe à une unité du leader, l’OL, mais qui va également permettre au technicien argentin de mettre en place ses pions. Pour ses premiers mots au site du club, au-delà de sa satisfaction d’être de retour à Paris, Pochettino insistait déjà sur sa volonté de vouloir faire « le maximum pour donner à notre équipe cette identité de jeu combative et offensive qu’ont toujours aimée les supporters parisiens. » Celui qui a refusé Benfica et Monaco il y a quelques mois selon RMC veut également « optimiser les résultats du Paris Saint-Germain dans toutes les compétitions » et prouver qu’il peut, comme à Tottenham, basculer dans une nouvelle dimension en tant que coach. Car malgré tout le bien qu’on dit de lui, le palmarès de Pochettino est encore vierge. S’offrent alors à lui deux chemins : gagner, mais avec le risque de finir broyé au bout de deux-trois ans ou bien trouver la clef du paradis et entrer dans l'histoire tout en écrivant la sienne.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 22:30 Viens nous défier jeudi soir 20h sur un quiz spécial tactique !
Hier à 15:21 Tony Chapron : « Il est rarement choisi, ce crâne chauve » 40 Hier à 15:15 Un gardien belge de 23 ans met un terme à sa carrière pour devenir entrepreneur 6
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 14:00 D1 Haïti : Le titre attribué malgré les deux morts lors de la finale 3 Hier à 13:53 OL-Metz : Anthony Lopes est-il un danger public ?
Hier à 12:33 OM 93, Socrates... Offrez vous un tirage photo So Foot exclusif ! 1 Hier à 12:30 L’entraîneur de Shrewsbury, positif au coronavirus, a passé du temps en soins intensifs 6 Hier à 11:52 Mediapro propose de continuer à diffuser la Ligue 1 après le 31 janvier 58