Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Mayence

Mateta claque

Dans la liste des attaquants français qui éclairent la Bundesliga, il n’y a pas que Sébastien Haller, Alassane Pléa ou Jean-Kévin Augustin. Après un début de saison poussif, Jean-Philippe Mateta commence enfin à faire son trou avec Mayence. À 21 ans, l'ancien Havrais semble promis à un bel avenir de l’autre côté du Rhin.

Modififié
Cinq buts en dix-sept apparitions lors de la phase aller de Bundesliga, cela représente un pion inscrit toutes les 264 minutes. Pour un attaquant, on a déjà vu mieux. Mais pour un attaquant qui jouait au Havre la saison dernière et qui découvre l’Allemagne dans la peau d’un titulaire indiscutable, il y a de quoi être optimiste. Cela tombe bien pour Jean-Philippe Mateta : le natif de Sevran a toute la confiance de son entraîneur Sandro Schwarz et il a déjà tapé dans l’œil de quelques observateurs outre-Rhin.

Un délicieux inconnu vendu 8 millions d'euros par l'OL

C’est notamment le cas de Julia Sloboda. Journaliste pour le quotidien régional Allgemeine Zeitung, elle couvre le club de Mayence où, soyons honnête, ils étaient peu nombreux à connaître « JP » lors de son arrivée. Un peu comme en France, si l’on fait exception des suiveurs de la Ligue 2 en général et du Havre – où Mateta était prêté par Lyon la saison dernière – en particulier. Pas de quoi effrayer son nouveau public. « À Mayence, les supporters savent que le directeur sportif Rouven Schröder connaît bien votre pays. On avait donc l’espoir que ce soit déjà un bon joueur qui se développerait encore davantage ici. » Son confrère de l'hebdomadaire Kicker Michael Ebert confirme : « Depuis le passage d'Abdou Diallo (la saison dernière, N.D.L.R.), les joueurs français ont généralement bonne presse à Mayence. » À l’échelle nationale en revanche, l'international français U21 reste encore dans l’ombre de ses compatriotes attaquants. « Cela vient du fait que Mayence n’est pas un club qui bénéficie d’une très forte exposition, explique Max Dinkelaker, journaliste au magazine 11 Freunde. Mais à leur niveau, c’est tout de même un gros transfert. Il a coûté huit millions d’euros, c’est la recrue la plus chère de leur dernier mercato ! »


Selon ces observateurs, ce n’est qu’une question de temps avant que tout le pays entende parler de l’ancien Havrais. Après un logique temps d'adaptation, Mateta est en effet pleinement mis en valeur au sein de l’effectif rouge et blanc. « La principale différence entre le HAC et Mayence, c'est qu'ici, il doit davantage jouer défensivement, car le pressing pratiqué par l'équipe est assez élevé. Ses partenaires ont également dû s'adapter à ses courses parfois peu orthodoxes » , glisse Michael Ebert. Julia Sloboda se montre également optimiste : « Depuis le milieu de la phase aller, Mayence joue en 4-4-2 losange et Mateta évolue principalement en compagnie de Robin Quaison. Les deux se comprennent de mieux en mieux, et leur complicité s'améliore en permanence. Il était titulaire dès le début de la saison et à mon avis, il le restera jusqu’à la fin. Il est encore jeune et à Mayence, il a l’opportunité de progresser à son rythme. Ici, on lui donne le temps dont il a besoin. » Max Dinkelaker va même plus loin : « J’ai pu l’observer lors d’un amical de préparation cet hiver face au Standard de Liège (défaite 2-3, N.D.L.R.) et il m’a laissé l’image d’un joueur rapide et très technique. En continuant sur sa lancée, il pourrait même terminer la saison à vingt buts ! »

Aya Nakamura dans le vestiaire de Mayence

Bien qu’il continue de nécessiter l’aide d’un traducteur pour communiquer avec le staff, Mateta s’est déjà fait une belle place au sein du groupe. Et pas n’importe laquelle : « Il a l’image de quelqu’un qui rit souvent. Mais en fait, c’est vrai : il rigole vraiment tout le temps ! » sourit Julia Sloboda. En plus d’être le comique de service, Jean-Philippe s’est imposé comme le DJ du vestiaire. « De par mes origines congolaises, j’ai la musique dans le sang » , confie-t-il à Kicker. Sa playlist du moment ? « Petit à petit, de 4Keus et Aya Nakamura. » Qui aurait pu croire que l'interprète de Djadja puisse percer jusque sur la rive gauche du Rhin ? Avec lui, rien ne semble impossible.




Comme beaucoup d’autres avant lui, Jean-Philippe Mateta semble avoir trouvé ce que Michel Tournier appelait « le bonheur en Allemagne » . Le tout grâce à un projet sportif adéquat et à un soutien familial indéfectible. « Lors de mon premier match pour Mayence, il y avait 40 personnes qui étaient là pour moi en tribune. Cela signifie beaucoup et je dois énormément à ma famille » , raconte-t-il dans les colonnes de l’Allgemeine Zeitung. De quoi oublier un passage raté à Lyon et poursuivre sur la lancée de sa saison de feu au Havre (37 matchs, 19 buts). Et qui sait, les rappeurs de Sevran finiront-ils peut-être par troquer leurs survêtements du Barça ou du PSG pour ceux de Mayence ? À cette question posée par 11Freunde, l'ancien Castelroussin répond : « Si on continue à aller de l’avant en tant qu’équipe, pourquoi pas ? Quand la réussite est avec toi, les gars finissent par porter tes fringues. » On prend le pari.

Par Julien Duez Tous propos recueillis par JD, sauf ceux de JPM, par l’Allgemeine Zeitung, Kicker et 11Freunde.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

il y a 6 heures EuroMillions : 188 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce vendredi
il y a 5 heures Maxwel Cornet prolonge jusqu'en 2023 18 il y a 8 heures Dani Alves : « Je suis là pour construire » 8 il y a 8 heures Une employée du McDonald’s sort du bois après l'interview de CR7 63
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 9 heures David Silva première recrue de Beckham en MLS ? 16 il y a 10 heures Un club anglais invite un jeune fan daltonien à l'entraînement 24
À lire ensuite
Charme et Čech