Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16e journée
  3. // Lille/Marseille

Marvin Martin a-t-il raté le train ?

Absent depuis six rencontres avec le LOSC, Marvin Martin réintègrera ce soir le groupe qui affronte l'OM en championnat (19h). Un retour qui laisse planer des interrogations, tant l'équipe nordiste enchaîne les bons résultats sans son meneur star. Au point de se demander si le petit Marvin peut redevenir un pion essentiel du système mis en place par René Girard.

Modififié
10 matchs, 8 victoires, 2 nuls. Voici le bilan lillois depuis la victoire à Sochaux le 21 septembre dernier (6e journée de championnat). Porté par un Vincent Enyeama en état de grâce et une défense infranchissable (13 matchs consécutifs sans encaisser le moindre but), c'est un LOSC sûr de sa force qui s'avance ce soir sur la pelouse du Stade Pierre Mauroy pour y faire tomber l'OM. Si le retour chaotique de Florian Thauvin occupera sans aucun doute l'attention des caméras, celui de Marvin Martin sur le banc des locaux ne devrait pas passer inaperçu. Car le numéro 10 maison, opéré du genou après sa blessure à Ajaccio le 5 octobre dernier, n'a que peu contribué à la série impressionnante des hommes de René Girard. D'une façon plus globale, il présente des statistiques faméliques avec le LOSC en Ligue 1 : 0 but, 2 passes décisives. Bien loin de ses 17 caviars distribués lors de sa saison sochalienne 2010/2011, Martin peine à retrouver son niveau d'antan. Et dans une équipe qui tourne bien sans lui, cela pourrait bien être problématique

Martin, numéro 10 dans sa team

À peine arrivé, René Girard indique déjà qu'il compte sur son milieu de terrain et tient à le mettre en garde pour éviter le trou d'air de la première saison : «  Le talent, il l'a, et chacun joue avec sa personnalité. Mais il y a un moment où c'est aussi une question de prise de responsabilités. Quand vous brillez dans votre club formateur et que vous arrivez au LOSC, un club qui joue le top 5 et où il faut prendre ses responsabilités, car l'équipe a bien tourné les années précédentes, c'est compliqué…  » Alors pour le mettre en confiance et exploiter son potentiel, le coach adapte son système : « En passant du 4-3-3 mis en place par Garcia au 4-4-2 en losange, René il a tout fait pour donner les clés à Martin et lui redonner son poste de prédilection : numéro 10. C'est un rôle qui lui sied mieux que sur le côté » , analyse François Launay, correspondant de 20 Minutes en charge du LOSC. Certes, il est encore un peu tôt pour juger de l'efficacité des changements opérés par l'entraîneur, à la vue des 595 minutes disputées par le joueur depuis le début de la saison. Mais peu en réussite sur ses premières sorties de 2013, Marvin a assisté des tribunes à l'éclosion de Ronny Rodelin (2 buts). Une concurrence certaine qui ne devrait toutefois pas être un obstacle si Marvin retrouve rapidement ses qualités : «  C'est clairement le numéro 1 dans la hiérarchie des 10. Rodelin ou Meité ne sont pas destinés à lui passer devant. D'autant que Lille, s'il impressionne défensivement, pèche encore dans le jeu offensif.  » poursuit Launay. Martin a donc un strapontin tout chaud qui l'attend au cœur du jeu. Un siège pour l'instant trop grand pour lui.

Marvin gai ?


En janvier 2013, Rudi Garcia s'en prenait même à son joueur à la mi-temps du match de Coupe face à Plabennec : «  Bon sang, Marvin, tu es international ! Il faut augmenter ton niveau de jeu. Tu vas te réveiller, oui ou non ?'  » . Tancé par celui qui n'était pas encore le maître de Rome, Martin ne trouve pas sa place. Pour Mécha Baždarević, qui l'a eu sous ses ordres lors de son bail d'un an sur le banc sochalien en 2011, le problème de Martin n'est pas intrinsèque mais relève plutôt de son manque de prise de risque : «  C'est un joueur qui travaille énormément à l'entraînement et qui surtout aime le foot. Je n'ai pas trop suivi le championnat depuis le début de la saison (il vient de rentrer du club d'Al Wakrah au Qatar : ndlr) mais je sais que Marvin doit plus tenter sa chance. Il a par exemple une bonne frappe dont il ne se sert que trop peu.  » . Discret sur le terrain autant que par ses interventions publiques, il pourrait tout simplement souffrir d'une intégration ratée. Un joueur malheureux étant souvent un footballeur moins prolifique, le comportement et les performances de Marvin Martin soulèvent en tout cas le débat. Une idée que rejettent unanimement ceux qui l'ont côtoyé : «  C'était un gamin timide mais pas fermé. S'il était encore un peu jeune pour s'imposer dans le vestiaire, sur le terrain, c'était un meneur qui replaçait même ses coéquipiers  » se souvient Baždarević. Rabah Meriem, père de Camel et éducateur au centre de formation de Sochaux, confirme : «  Au niveau de la personnalité, il n'y a rien à dire. Avec le personnel du centre, il a toujours été gentil. Techniquement, il était au-dessus du lot. Je pense qu'il a le mental. Il est fort dans sa tête. Il est armé. Il peut rebondir.  »

Bref, il ne semble faire aucun doute de la capacité de Marvin à revenir à son plus haut niveau et a ainsi réintégrer le 11 de base de lillois. Celui que René Girard se plaît à appeler « Marvelous » bénéficie en outre de la patience de ses dirigeants qui, pour le moment, se satisfont amplement des bons résultats enregistrés par le LOSC. À Martin de prendre le wagon en marche.

Raphael Gaftarnik et Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 62 Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 94
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi