Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Marseille : Que deviennent les Yankee Nord ?

Alors que tous les ultras français boycottent la reprise de la Ligue 1 et découvrent la vie loin de leurs tribunes, à Marseille les Yankee Nord entament leur deuxième saison à l’écart du Vélodrome. Exclus par la direction de l’OM à l’été 2018, ce groupe ultras de 5 000 membres n’a plus le droit de siéger en bas du virage nord. Mais alors, où sont passés les Yankee ?

Modififié
« Jacques-Henri Eyraud s’est débarrassé des Yankee, mais c’est provisoire. Tant que je suis vivant, je resterai supporter de l’OM, et les Yankee peuvent vivre pendant encore 2000 ans. » À 54 ans, Michel Tonini n’est pas du genre à baisser pavillon. Deux ans après avoir été chassé du Vélodrome, pour avoir notamment revendu des places au marché noir avant un OM-Lyon, le président des Yankee Nord Marseille refuse de rendre les armes : « Avec Eyraud à la tête du club, tout le monde a compris que ça allait dans le mur. Il y a ceux qui ont fermé leur gueule et ceux qui l’ont ouverte. Moi, j'ai dit ce que je pensais. Je le dis toujours. » Résultat : depuis deux ans, son association n’a plus le droit de siéger dans sa tribune.

Sécession avec les Yankee


Créés en 1987, les Yankee représentaient pourtant la troisième force du Vélodrome et étaient le principal groupe du virage Nord avec 5000 membres. Un vrai contre-pouvoir, attaqué en justice par l’OM, et non soutenu par les autres groupes marseillais. Aujourd’hui encore, Michel Tonini a du mal à le comprendre : « J’ai failli en vomir. J’ai vu les ultras mettre des banderoles en soutien aux Boulogne Boys pendant le plan Leproux, j’ai vu les supporters de l’OM défendre plein de causes ailleurs dans le monde. Mais pas nous... » Deux ans plus tard, les autres groupes refusent toujours d’aborder le sujet. C’est donc seuls que les YNM se sont engagés dans cette bataille judiciaire contre l’OM. Et c’est en partie pour cela qu’ils l’ont abandonnée. « Le jugement de l’été 2019 autorisait le club à se libérer de la convention qui nous liait, mais il condamnait l’OM à nous payer une certaine somme qu’ils ne nous ont jamais payée et nous donnait raison sur plusieurs points. Si on faisait appel, on partait sur une procédure de quatre ou cinq ans. Ça allait nous coûter des tonnes d’avocats » , justifie Tonini, qui préfère miser sur un changement de direction.


Sur le terrain judiciaire, la partie est donc terminée. Mais dans les tribunes, le match bat son plein entre ceux qui sont restés et ceux qui boycottent. De son côté, Michel Tonini ne se rend plus au stade : « Sur les 5000 membres de Yankees, beaucoup sont dégoûtés et ne vont plus au Vélodrome. Eyraud a détruit une image, il a détruit des gens qui venaient de toute la France » , explique le leader, en référence aux nombreuses sections du groupe à travers la France. Parmi elles, celle de Champagne, à laquelle appartient Aurélien : « Nous, on continue d’aller au stade parce que c’est l’OM avant tout. Mais plein de membres ne viennent plus, comme les Bretons et les Belges. Quelque chose s’est cassé. On était chez les Yankees jusque la dissolution. On avait beaucoup d’adhérents, c’était compliqué de tout arrêter comme ça. » À l’image d’Aurélien, difficile d’imaginer les 5000 ex-Yankee abandonner leur tribune. En vérité, beaucoup sont toujours là.

« Le bas du virage est mort, il n’y a plus rien. Ce sont juste des gens fantômes : soit ils sont assis soit ils ne viennent pas. »

Sur le papier, un autre groupe de supporters a investi la place des Yankee en bas du virage nord : le Club des Amis de l’OM (CAOM). Une association autrefois dispersée dans le Vélodrome, pas ultras, et qui n’anime donc pas la tribune. « Le bas du virage est mort, il n’y a plus rien. Ce sont juste des gens fantômes : soit ils sont assis soit ils ne viennent pas » , peste Aurélien. D’ailleurs, à leur éviction, les Yankees avaient approché le CAOM, comme le raconte Tonini : « Comme ils étaient censés prendre notre place, on est allés les voir pour qu’ils reçoivent dignement nos membres qui voulaient rester là en bas du virage nord. Le CAOM a eu des bâtons dans les roues, des menaces de la part de l’OM. Eyraud a joué la division. » Dans les faits, beaucoup d’ex-Yankee sont toujours abonnés via le CAOM, malgré quelques tensions autour des matchs à l’extérieur. Mais dans la pratique, beaucoup passent le match plus haut dans le virage.

Les Fanatics, nouvelle place forte


Aucun ne l’avoue à découvert, et peu abordent ce sujet tabou, mais la majorité des ex-Yankee s’est dispersée entre les autres groupes du virage Nord. « Les minots se sont raccrochés aux branches et sont montés en haut du virage, quoi. Je n’ai pas fait une étude sociologique, mais je peux dire que deux tiers sont partis aux Fanatics, les autres sont montés au MTP ou Dodgers et peut-être quelques-uns en virage sud. Mais les anciens ont dit stop » , reconnaît Tonini, qui refuse de taper sur le CAOM : « Ils n’ont rien demandé. On les a placés là, ce sont des gens qui ont envie d’être en virage pour des raisons budgétaires, pas pour mettre l’ambiance. » Groupe ultra discret qui refuse la médiatisation, les Fanatics sortent comme les grands gagnants de cette éviction. Pour beaucoup d’observateurs, ils auraient de toute façon pris l’ascendant sur les Yankee quoi qu’il arrive, étant donné la pente glissante sur laquelle était engagé le groupe. Discrets, les « Fana » avaient d’ailleurs habilement refusé de prendre le bas du virage au départ des YNM. À défaut, ils en ont pris le relais dans l’animation du virage.



À l’entame de leur deuxième saison loin du vélodrome, les YNM ne sont donc pas morts officiellement, mais n’ont plus de raison d’être. Légalement, l’association perdure. « On ne l’a fait pas vivre, elle est vidée de sa substance : on ne va pas en faire un club de taekwondo ou de randonnée » , souffle Tonini, qui évoque quelques réunions « tous les 6 mois environ, plus pour faire des barbecues et boire l’apéro qu’autre chose » , là où les réunions étaient hebdomadaires il y a deux ans. « Une association peut vivre avec zéro euro et zéro recette, il suffit qu’il y ait deux membres. Après, on peut la fermer, se mettre en sommeil. On ne l’a pas encore fait parce que ça se fait tout seul. De fait, aujourd’hui, on est en quasi sommeil » , conclut Tonini.

« L'association est vidée de sa substance : on ne va pas en faire un club de taekwondo ou de randonnée » Michel Tonini

Si les Yankee Nord Marseille ne se sont pas officiellement dissous, c’est qu’ils croient toujours à un retour. « Le jour où la situation s’apaise, où les mal intentionnés dégagent, j’espère avec les menottes au poignet, ce jour-là on discutera avec les nouveaux propriétaires, la nouvelle direction. Si leurs intentions sont louables, on reviendra » , promet Tonini, qui se mettra ensuite vite en retrait : « Les emmerdes, j’ai donné. » Aurélien et la section Champagne en sont moins convaincus : « Je n’y crois pas. Je voudrais, je n'attends que ça, mais j’y crois peu. À moins qu’Eyraud se casse, ça pourrait tout changer. » Ce jour-là, les Yankee se remettront en ordre de bataille vers le bas du virage Nord. En attendant, ils restent dispersés dans ce virage, dans Marseille, et aux quatre coins de l’Hexagone.

Par Adrien Hémard Tous propos recueillis par AH.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 16:00 Daniel Sturridge s'entraîne avec une D8 anglaise 4 Hier à 15:38 La leucémie de Van Damme une nouvelle fois de retour 10 Hier à 15:07 Ronnie, Pogba, PSG... Offrez vous un tirage photo So Foot exclusif !
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Hier à 10:59 Après 1500 kms, une équipe chilienne voit son match annulé pour un cas de Covid-19 4 Hier à 10:18 Le LA Galaxy vire l'un de ses joueurs après des insultes racistes 31