Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // OM-Nantes

Marseille, place au coup de balai

Si l'OM n'a pas encore perdu l'espoir d'accrocher une place sur le podium d'ici la fin de saison, la mission s'annonce très compliquée. La conséquence d'un exercice globalement raté, en championnat comme dans les coupes, qui doit pousser le club à réfléchir à la suite à donner au projet de Frank McCourt. Et si le temps était venu de se séparer du duo Jacques-Henri Eyraud-Rudi Garcia pour donner un nouveau souffle à cette histoire ?


La scène se déroule dans les coulisses du centre d’entraînement Robert Louis-Dreyfus, et elle peut prêter à sourire. Ce lundi 17 octobre 2016, Jacques-Henri Eyraud, le nouveau président de l’OM, veut certainement faire bonne impression à l’occasion de son premier discours devant les joueurs marseillais. L’homme d’affaires décide donc de se présenter devant ses troupes muni du trophée de la Ligue des champions, remporté par le club en 1993, afin de planter clairement le décor de l’ère McCourt et du fameux OM Champions Project. « Voilà notre objectif, vous l’avez sous les yeux » , lance-t-il au cours d’une entrevue d’environ trente minutes racontée dans la foulée par plusieurs médias nationaux, trois jours avant d’annoncer la nomination de Rudi Garcia.


Le technicien, lui, est déjà biberonné au discours ambitieux de la nouvelle direction du club phocéen. « Gagner la C1 ? L’ambition compte pour moi, affirme l’ancien entraîneur de la Roma lors de sa première conférence de presse. Dans le bureau de Jacques-Henri, j’ai croisé la coupe aux grandes oreilles. » Une communication plutôt étrange, l’OM étant scotché à la douzième place après un début de saison compliqué. Près de mille jours et une finale de Ligue Europa – qu’il faut aussi mettre au crédit des deux hommes – plus tard, le duo n’a toujours pas réussi à ramener le club en Ligue des champions (dernière participation en 2013-2014) et la mission ne devrait toujours pas être accomplie cette année. Et s’il était déjà l’heure de partir ?

Eyraud à contre-courant


À moins d’un mois de la fin d’une saison longue et difficile pour Marseille, le décalage n’a jamais semblé aussi important entre les habitués du Vélodrome et les dirigeants. À commencer par Jacques-Henri Eyraud. Mais est-ce vraiment une surprise ? Le frisson du printemps dernier est vite retombé, et les résultats sont globalement décevants cette année. Surtout, la communication du boss de l’OM laisse parfois à désirer. Dernier exemple en date cette semaine, lors du Sommet des start-up d’Aix-en-Provence organisé par le magazine Challenges lors duquel l’homme de 51 ans s’est interrogé sur d’éventuelles innovations pour le football actuel. Visionnaire pour certains, à côté de la plaque pour beaucoup, Eyraud aura encore réussi à faire parler de lui et à rendre un peu plus légitime une interrogation toute simple : est-il vraiment l’homme de la situation pour l’Olympique de Marseille ? A-t-il vraiment la carrure, la connaissance et le tempérament pour diriger ce club à part ?


Outre le bilan sportif mitigé, il y a une relation fluctuante avec les groupes de supporters, les multiples erreurs de communication et des couacs comme les nouveaux slogans grotesques ornant désormais le tunnel du Vélodrome. Mais au-delà de l’image renvoyée, il y a la gestion des derniers mercatos qui pose question. La masse salariale a littéralement explosé (elle représente plus de 66% du budget, selon les chiffres de la LFP), Andoni Zubizarreta ressemble plus à un fantôme qu’à un directeur sportif et le dossier Balotelli illustre certainement le manque de clarté d’un projet qui semble déjà à bout de souffle. Pas sûr que l’amour dure trois ans, donc.

Tourner la page


Le constat est le même pour Rudi Garcia. Le technicien marseillais a, lui aussi, eu droit à son quota de banderoles contestataires et de « Garcia démission » depuis plusieurs mois. Notamment lors de la période de turbulences au Vélodrome, au début de l'année civile. La conséquence de certains choix sportifs douteux, d'un jeu stéréotypé sans progression et d'une communication lassante pour des supporters souvent nostalgiques de la folie Bielsa. Chaque défaite est une occasion pour l'ancien coach lillois de taper sur l'arbitrage et la VAR – qu'il réclamait haut et fort la saison dernière –, ou de blâmer le manque de chance de son équipe. Et quand un de ses joueurs, Thauvin en l'occurrence, met des mots sur la frustration d'une saison ratée, il « manque de lucidité » et raconte « des bêtises » . Les amoureux de l'OM ont clairement besoin d'autre chose : ils ont besoin de nouveauté, pour le bien du club.


Alors, avant de parler du mercato à venir, avant de se lancer dans un nouveau feuilleton Balotelli, avant de chercher à expliquer pourquoi l’OM a encore échoué à se qualifier pour la prochaine Ligue des champions, le club ne devrait-il pas tourner la page ? Mettre fin au premier cycle de l’ère McCourt ? Les probabilités d’un tel coup de balai sont minces, le propriétaire américain ayant été convaincu par Eyraud de racheter Marseille à l’époque. Et si Garcia est probablement le fusible le plus simple à faire sauter – même si un licenciement aurait un coût important –, rien ne devrait changer dans les hautes sphères du club phocéen cet été. C'est bien ça le problème.



Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


il y a 9 heures Nouveau Bonus ParionsSport : 100€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 10 juin seulement !
il y a 4 heures La sélection féminine chinoise a pris des cours de patriotisme 11
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 5 heures Patrice Neveu bientôt sélectionneur du Gabon ? 14 il y a 7 heures Barbosa prend sa retraite 15 il y a 8 heures Brocante "So Foot Nostalgie" le 1er juin à Paris 7