Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Marseille-Angers (2-2)

Marseille gâche tout contre Angers

Deux. Comme le nombre de buts marqués par Mario Balotelli, de penaltys concédés par Marseille et de sentences transformées par Thomas Mangani ce samedi soir. Un savoureux mélange, qui aboutit à un OM frustré à domicile par Angers (2-2) et contemplant désormais la troisième place de Lyon de très loin.

Modififié

Marseille 2-2 Angers

Buts : Balotelli (4e, 16e) pour Marseille // Mangani (36e sp, 77e sp) pour Angers

Il était attendu, il n'a (une nouvelle fois) pas déçu... mais ça n'a finalement servi à rien. Contre Angers ce samedi, Mario Balotelli a enfilé son septième pion en huit rencontres de Ligue 1 et rappelé pourquoi tout le monde ne parle que de lui à l'OM en ce moment. Dommage pour l'Italien que ses partenaires soient incapables de gérer deux buts d'avance contre la quatorzième équipe du championnat à l'extérieur. D'ailleurs, ce sont eux que tout Marseille ne manquera pas de fustiger ce week-end. Bravo, tout de même, aux Angevins capables de se révolter contre des adversaires censés être plus forts qu'eux.


Il ne fallait pas être grand prophète pour deviner que « Super Mario » , en pleine bourre, allait dégainer à un moment ou à un autre ce samedi. Mais l'Italien trouve toujours le moyen de surprendre, notamment les supporters olympiens un peu en retard ce samedi. Dès la quatrième minute de jeu, l'ancien Niçois a tout le temps du monde pour contrôler de la poitrine un centre d'Ocampos et ajuster Butelle de près. Célébration old school les poings serrés, ascenseur émotionnel quand l'arbitre assistant lève son drapeau, deux à trois minutes d'attente puisque l'arbitre central fait appel à la VAR, puis deuxième ascenseur émotionnel quand le but est finalement validé. Et tant pis pour les Angevins, qui réclamaient une faute au départ de l'action pour un croche-patte de Balotelli sur Thomas.

That's why always him


Pas le temps de flâner que « Super Mario » récidive, un quart d'heure plus tard : décalé à droite par Balotelli, Ocampos remet pour son buteur en retrait et tente la frappe croisée qu'un Butelle masqué ne peut qu'effleurer (16e). Déjà 2-0 pour l'OM, le signal que l'heure de la sieste peut commencer. Lopez doit rattraper les grosses négligences de Ćaleta-Car et Germain (carton jaune, 22e), Rami remet inexplicablement un dégagement dans l'axe que la fusée Reine-Adelaïde ne fait pas fructifier, Traoré place une tête que Pelé capte bien (32e)... Seul l'attentat d'Ocampos sur Bamba (26e) vient détonner dans l'apathie olympienne. Un geste dangereux qui aurait très bien pu valoir un rouge à l'Argentin.


Et ce qui devait arriver arriva, mais sans trop qu'on sache comment : à la 35e minute, Jérôme Miguelgorry est appelé à visionner les images de la VAR après un coup franc du SCO où l'on voit Traoré lancé comme un frelon tenter de placer une mine et se faire retourner comme une crêpe par Amavi, qui pensait avant tout à contrer le cuir. Sévère ? Sans doute. Mais l'homme en noir a pris sa décision, et Mangani transforme la sentence sans trembler (36e). Une petite récompense pour les Angevins qui terminent la première période sans relâcher leur étreinte, et qui auraient même pu égaliser sans deux ratés de Fulgini. À l'OM les vingt premières minutes, à Angers les 25 suivantes.

Le calvaire d'Amavi


Sentant que sa soufflante à la pause n'a pas totalement secoué son équipe, Rudi Garcia décide de muscler son entrejeu en sortant Sanson pour Luiz Gustavo (54e). Puis Lopez pour Strootman (72e). Entre-temps ? Rien ou presque, si ce n'est un OM qui se repose sur son pion d'avance et Bouna Sarr qui a des fourmis dans les jambes. Mais ce qui devait arriver arriva encore : les hommes de Stéphane Moulin n'ont cette fois pas besoin de la VAR pour obtenir un penalty, seulement d'une relance incroyablement désinvolte d'Amavi, et de Reine-Adelaïde qui n'a plus qu'à lancer l'entrant Cristian Lopez, découpé par Rami dans la surface. Mangani transforme à nouveau (77e).


Et les ennuis ne sont pas terminés pour l'OM, réduit à dix une petite minute plus tard à la suite d'un pied très haut de Bouna Sarr (78e). Malmené, Marseille s'accroche et tente même de forcer la décision sur un rush de Strootman (85e) frustré par Butelle. Rien n'y fait, c'est Angers qui passera le plus proche de braquer le Vélodrome à la suite d'un coup de casque de Thomas qui fracasse la barre transversale (90e+1). L'OM quitte son stade sous les sifflets, et avec un mal de crâne qui ne fait que commencer : Saint-Étienne et Reims peuvent doubler les hommes de Rudi Garcia en cas de victoire ce week-end, alors que la troisième place de Lyon est désormais distante de huit points. Mario, dis merci à Jordan.



Marseille (4-4-2) : Pelé - Sarr, Ćaleta-Car, Rami, Amavi - Thauvin (82e, Payet), Sanson (54e, L. Gustavo), M. Lopez (72e, Strootman), Ocampos - Germain, Balotelli. Entraîneur : Rudi Garcia.

Angers (4-3-3) : Butelle - Bamba, Traoré, Thomas, Capelle - Santamaria, Mangani, Pajot (61e, C. López) - Fulgini (73e, El Melali), Tait, Reine-Adelaïde. Entraîneur : Stéphane Moulin.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Douglas De Graaf
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 48 minutes Une série documentaire sur la première saison de Barton 18

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 15:14 Brouard réclame ses sous au Red Star 10 Hier à 14:17 GoalControl en bataille judiciaire contre une ex-employée 22