Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il fallait retenir de la 22e journée

Marseille coule en silence

On attendait une réaction d’orgueil de l’OM, elle n’est pas venue. Au contraire, Marseille a coulé au Louis-II (0-2), laissant l’ASM revenir dans le sillage du PSG tenu en échec à Guingamp (1-1), samedi. L’effet José Anigo sans doute.

Modififié
Un OM à la mer

Falcao occupé à faire un live-tweet de H, James au petit trot, cela était pourtant suffisant pour voir Monaco s’amuser de l’OM au Louis-II (2-0) sans même transpirer. Avec son duo d’attaque champion de Ligue 2 (Rivière-Germain), Monaco a dérouillé tranquillement une défense olympienne complètement à la ramasse. De Mendy à Diawara en passant par Abdallah, les défenseurs marseillais se sont complètement égarés en principauté. José Anigo attendait de ses hommes un minimum d’orgueil après le séisme de la Coupe de France contre Nice, il n’y a rien eu. Pas de révolte. Rien. Nada. L’effet José Anigo ? Non merci. Monaco n’a même pas eu à forcer son talent pour prendre ses trois petits points et revenir à une victoire du Paris Saint-Germain. On s’inquièterait presque pour Marseille si la folie comptable de la Ligue 1 ne s’en mêlait pas. Si l’OM gagne son match en retard contre Valenciennes, mercredi, il reviendra à la cinquième place, dépassant Lyon qui ne présente pas la même dynamique que les Olympiens. Comme quoi, il y a le classement pur et dur et ce que dégage une équipe. Pour Monaco, pas de problème, entre le classement et l’état d’esprit, tout va bien. On attend Paris avec ambition et sans stress.

Vous avez raté Montpellier - Nice et vous n’auriez pas dû

Rolland Courbis est arrivé à la Mosson avec ses phrases à rallonge, mais surtout avec ses idées. Si la mise en route a été difficile avant les fêtes de Noël, depuis que 2014 a pointé son nez, la bande à Rolland commence à être agréable à voir jouer. Quatre jours après le braquage du Parc des Princes en Coupe de France (2-1), les Héraultais se sont amusés de l’OGC Nice (3-1) avec des anciens Aiglons à la fête. Que ce soit Anthony Mounier, passeur sur l’ouverture du score, ou Souleymane Camara, auteur du troisième but – somptueux -, les mecs n’ont pas oublié de saluer Nice à leur façon. Dans l’ensemble, le collectif de Montpellier commence à ressembler à quelque chose. La patte Courbis se fait sentir et sans un grand David Ospina dans la cage azuréenne, l’addition aurait pu être beaucoup plus lourde. Petit à petit, le MHSC s’éloigne de la zone rouge et commence à regarder devant. Ça change. C’est Jean Fernandez qui doit être content.

L’analyse définitive du week-end

Alexandre Lacazette vers le Brésil. Avec un doublé, qui porte son total à 12 buts, l’attaquant lyonnais est en train de valider son billet pour le Brésil. Bah oui, derrière Benzema et Giroud, qui d’autre ? Aligné en pointe de l’attaque et non plus sur un côté, le jeune Lyonnais confirme son potentiel et, surtout, son instinct de buteur. L’homme pointe juste derrière Cavani au classement des buteurs alors qu’il n’a tiré aucun penalty de son équipe. C’est simple, dans le jeu, personne n’a mis plus de but que lui cette saison. À mi-saison, il a d’ores et déjà réalisé sa meilleure production personnelle et permet à l’OL de revenir dans le top 5. Une folie quand on se souvient où se situait l’équipe au soir de la gifle parisienne (0-4). Avec seulement – mais quand même – sept points de retard sur la troisième place, Lyon se verrait bien terminer la saison sur le podium. Ensuite, il sera sûrement temps pour Lacazette de filer au Brésil. Avant, pourquoi pas, d’aller voir ailleurs.

La polémique de la machine à café

Marquinhos, une pipe à 30 millions ? Mamadou Sakho a été gentiment invité à traverser la Manche parce que le PSG pensait tenir une pépite avec le Brésilien Marquinhos, présenté par certains comme le futur Thiago Silva. Pour le moment, malgré un talent de buteur certain (3 buts), le minot laisse terriblement sur sa faim. À Guingamp, le numéro 5 s’est raté deux fois : une faute scandaleuse sur Yatabaré dans la surface non sanctionnée et un oubli de marquage sur le but breton. Deux fautes grossières. Ça fait beaucoup pour un seul homme. Globalement, les interrogations autour de la défense parisienne sont nombreuses actuellement. Jallet blessé, Thiago Silva en mode diesel, Maxwell moyen depuis sa blessure aux côtes, Marquinhos pas au top, il n’y a qu’Alex, buteur au Roudourou, qui tient son rang. Même s’il n’y a pas péril en la demeure (deuxième défense de Ligue 1, malgré tout), le scepticisme autour du niveau de Marquinhos montre que le PSG n’a finalement pas deux défenses All Star.

Le top 5

Abdou Traoré (Bordeaux). Deux ans et demi après son dernier but en Ligue 1, le Bordelais s’est rappelé aux bons souvenirs de jeunesse en déchirant les ficelles humides de Stéphane Ruffier.

David Ospina (Nice). Même s’il en a pris trois à la Mosson, le Colombien a surnagé derrière une défense en mode gruyère.

Romain Alessandrini (Rennes). Avant, il boudait. Aujourd’hui, il boude toujours, mais délivre des passes décisives qui permettent à ses potes de ramener un point de Lille.

Valère Germain (Monaco). Poussé officiellement vers la sortie en début de mois par Claudio Ranieri, le chuintement le plus classe du championnat a marqué son premier but en Ligue 1 avec son club formateur. Mental.

Jocelyn Gourvennec (Guingamp). Le coach guingampais parle bien. À trois minutes près, il repartait chez maman avec le scalp du PSG avec une équipe de Ligue 2.

Le geste

Jonathan Mensah, le joueur d’Évian Thonon Gaillard, a laissé les siens dans la merde au bout de 35 minutes. Le Ghanéen, nerveux, s’en prend à Tony Chapron avec des insultes dans la bouche. La suite est classique : carton rouge, deuxième but lyonnais dans la musette, naufrage collectif et puis c’est tout. La prochaine fois, le défenseur gardera sa langue dans sa bouche.

Ils ont dit


« On a fait une "clean sheet" ce soir, c'est une bonne chose. Il y avait encore des petits débris du match de Paris. Quand tu as pris des petites bosses, c'est dur. » Michel Der Zakarian, en analyse.

« On n'est pas capable d’aligner trois passes de suite… » Pascal Dupraz. Le meilleur tube de l’année pour l’instant.

« C'est la nuit et le jour. Le principal, c'est qu'ils ont pris conscience qu'ils étaient en train de lâcher quelque chose d'intéressant et qu'il fallait jouer tous les matchs officiels avec le même investissement. S'ils m'ont rassuré ? Non. Ça, ce sera quand ils auront enchaîné plusieurs matchs, pas forcément en gagnant, mais en ayant disputé leur chance à fond. » Jean-Louis Triaud, papa protecteur.

Le tweet

Alexy Bosetti à Jacques Médecin, Spaggiari et l’aigle de la Brigade Sud Nice tatoués sur le corps. Alors quand ses anciens potes de tribunes se déplacent en masse à Montpellier, l’attaquant du Gym paye sa « cace-dédi » .



La stat

C’est seulement la sixième fois depuis son arrivée en Ligue 1 que Zlatan Ibrahimović termine un match avec un zéro sur sa feuille de stats (passe et/ou but). Collector.

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 20 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
Hier à 08:00 Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 14