Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 25e journée
  3. // Manchester/Fulham

Marouane Fellaini, le couac chevelu

Recruté pour 32 millions d’euros dans les dernières heures du mercato par Manchester United, le Belge Marouane Fellaini ne s’en sort pas au sein des Red Devils. Entre blessures à répétition et matchs ratés, le numéro 31 de United galère. Et ça fait parler.

Modififié
« J’ai un problème avec l’intensité des entraînements. Il est plus rapide et de meilleure qualité qu’à Everton, mais je suis heureux. J’aime le jeu et j’adore jouer au football. » La phrase est lourde de sens pour Marouane Fellaini. Après une semaine d’entraînement à Carrington, le Belge était déjà à la rue. Physiquement et tactiquement, ça va beaucoup trop vite pour lui. Alors que les champions d’Angleterre ont passé leur été à rêver à Fàbregas, Thiago Alcántara, Khedira ou encore De Rossi, c’est finalement le grand échalas touffu qui débarque en toute fin de mercato. Et pour ce faire, il a fallu sortir 32 millions d’euros de la banque. Dans les rangs d’Everton, ancien club de David Moyes, on se frotte les mains. 12 millions de plus-value sur un joueur pourtant acheté 20 millions à 20 ans, c’est inespéré. Il faut dire que United est passé à l’acte dans les dernières heures du mercato et s’est fait salement braquer. Depuis, c’est le vide. 8 petits matchs de championnat, huit prestations insipides, et des blessures. Beaucoup de blessures. Vendredi, le Belge a encore pris son ticket pour l’infirmerie du club. Son retour est encore reporté d’une semaine. Ça commence à faire beaucoup pour un même joueur. À Manchester, ça fait jaser.

Passer de Paul Scholes à Marouane Fellaini, ça vous coupe le sifflet. Pourtant, Moyes y croit dur comme fer, lui qui a façonné le joueur pendant cinq saisons à Everton. Rien n’est jamais vraiment perdu avec Fellaini. On parle du mec le moins talentueux de sa génération. À 16 ans, Fellaini ne sait rien faire avec ses grandes jambes. Pas un dribble, pas une transversale, tactiquement à la rue, plus maladroit, tu meurs. Mais le môme bosse. Avec le travail, il devient même titulaire au Standard de Liège qui réussit à le faire briller contre Liverpool en barrages de la Ligue des champions. Suffisant pour convaincre l’autre club de la ville de lâcher 20 plaques sur le môme. Dans une ville ouvrière, où le labeur n’est pas un gros mot, Fellaini est comme chez lui. Numéro 6, 8, deuxième attaquant, il s’amuse avec les Toffees. Pourtant, Marouane ne sait toujours pas jouer au football. Aucune finesse, pas une frappe de loin et une chiée de cartons jaunes. Pas grave, tout le monde le kiffe. Sa coupe afro y est pour beaucoup, sans doute. David Moyes est immédiatement sous le charme. Mais également son gardien, l’Américain Tim Howard qui voit en lui « l’un des meilleurs milieux de terrain dans le championnat anglais. » Et d'ajouter : « Il est inestimable. » Alors pourquoi ça coince ?

Kompany à la rescousse

Parce qu’à Manchester United, les deux mecs du milieu de terrain ont un rôle particulier. Plus que dans n’importe quel club. Un aboyeur qui ratisse et qui intimide, un box-to-box qui fend les lignes et qui plante des buts. Roy Keane et Paul Scholes, en résumé. Fellaini ne ressemble à aucun des deux. Il ne ressemble même pas, de près ou de loin, à Michael Carrick ou Darren Fletcher. Et puis le Belge ne sait pas encore jouer dans une équipe qui garde le ballon. Pour lui, le cuir est un objet inconnu. Pour certains employés de MUFC, Fellaini serait un très bon « 15e ou 16e homme du collectif » . Autrement dit, un joueur de complément. Utile en sortie de banc ou contre des petites équipes. Définitivement pas le poumon qui manque tant à cet entrejeu. Au final, Fellaini paye sans doute l'énorme pression liée à son transfert. En se trompant sur son registre - ou en attendant trop de lui - les fans de United ont peut-être vu en lui, à tort, le sauveur d'un collectif cramé. La récente arrivée - onéreuse - de Mata devrait également lui permettre de bosser plus sereinement. Et, surtout, lui enlever un peu de pression.


Dans cette demi-saison complètement ratée pour le moment d’un point de vue personnel, Fellaini a cette chance, il s’en sort miraculeusement indemne. D’une, parce que la situation actuelle du club le plus titré d’Angleterre est encore plus dramatique que son cas personnel. De deux, parce qu’il compte sur des soutiens de poids en dehors de United, et notamment son capitaine au sein de l’équipe de Belgique, Vincent Kompany : « Les gens semblent oublier que c’est la première saison de Fellaini à Manchester United. C’est un gros transfert et il mérite du temps. Cela va sembler bizarre parce qu’il joue pour la partie rouge de la ville, mais je veux qu’il revienne à son meilleur niveau. Il est un joueur important pour la Belgique. Il est un de ces joueurs spéciaux. Tu sens juste qu’il peut avoir un énorme impact sur l’équipe. Ils vont beaucoup avoir besoin de lui Manchester United, ndlr). C’est juste une question de temps car il a beaucoup (de talent, ndlr). » Finalement, le Belge a peut-être besoin de temps. Le temps que n’avait pas eu Juan Sebastián Verón, par exemple, l’autre gros raté de Manchester au milieu de terrain. Pourtant, l’Argentin n’avait pas les cheveux du Belge, mais il avait naturellement du talent, lui.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 36 Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 57

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:33 Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 15
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:52 Mediapro ne revendra pas ses droits 40