Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des champions – 1/4 de finale retour – Bayern Munich/Man. United

Manchester aurait presque 5 raisons d'y croire

Alors qu’il ne semble pas vraiment y avoir photo entre une équipe déjà sacrée en Bundesliga et tenante du titre en Ligue des champions et le 7e de Premier League, pourtant, dans les faits, c’est une tout autre histoire.

Modififié

Parce que le Bayern vit la pire série de sa saison

Deux nuls, une défaite, toutes compétitions confondues. Dans beaucoup de clubs, on parle de coup de mou. À Munich, depuis que Guardiola a instauré une rotation extrême, on n'est pas loin de la crise. Tout commence par un match à domicile contre Hoffenheim, équipe de milieu de tableau. Après avoir mené 3-1, les Bavarois concèdent finalement le nul 3-3, avec une défense remaniée aux abois et un Stark dans les bois indigne de son nom. La fin d’une série de 19 victoires consécutives en Buli. En même temps, Guardiola avait préservé ses titulaires en vue du quart aller contre United. Sauf que les Red Devils ont livré une prestation solide. Le Bayern n’a pas su convertir son siège des cages de De Gea en avantage numérique conséquent, le seul Schweinsteiger trompant sa vigilance, répliquant au coup de casque de Vidić. Il faut aussi penser aux deux actions de Welbeck, son but refusé pour un pied haut bien sévère et son duel perdu face à Manuel Neuer. Et puis il y a cette défaite 1-0 ce week-end contre Augsburg. Une première dans l’histoire du club souabe, le premier match sans but inscrit pour le Bayern depuis 65 matchs, la première défaite de Guardiola en championnat, la fin d’une invincibilité. La fin de beaucoup choses. Ou le début de la fin ?

Parce que le Bayern est décimé

Bastian Schweinsteiger et Javi Martínez suspendus. Thiago Alcántara et Xerdan Shaqiri blessés. Le milieu de terrain, normalement point fort de l’effectif bavarois, n’est qu’un champ de ruines. Logiquement, Lahm devrait continuer son intérim longue durée dans l’axe. Toni Kroos, déjà titulaire à l’aller, sera aussi de la partie, et Mario Götze, intenable avant son entrée la semaine dernière, devrait compléter ce trio Deutsche Qualität. À moins que Thomas Müller ne recule d’un cran, ce qui laisserait la pointe à Mandžukić, décisif et précieux après son entrée. Sur le papier, si ce XI du Bayern ressemble étrangement ce soir à une équipe type, derrière, c’est le néant, ou presque. Guardiola a d’ailleurs déclaré n’avoir que 14 joueurs disponibles pour sa feuille de match. Si jamais Neuer venait à se blesser, c’est Leopold Zingerle, le quatrième gardien, qui ferait son baptême du feu. En défense, Van Buyten a été catastrophique lors de ses dernières sorties. Si Müller est aligné en pointe, il n’y aura guère que le jeune Franco-Danois Höjbjerg pour tourner au milieu. Le banc devrait être complété par Mandžukić (?), le vieux Pizarro et des jeunes du centre de formation. Et comme l’a prouvé l’histoire du Zaman Café, ce n’est pas un mélange qui marche.

Parce que Shinji Kawaga et Chicharito

C’est bien simple, en cinq rencontres sous les couleurs du BVB, le Japonais n’a jamais perdu contre le Bayern. Surtout, au-delà des stats qui ne veulent rien dire, Shinji est en forme. Peu ou pas utilisé en début de saison, il a su profiter de la blessure de van Persie pour s’installer dans les compositions de David Moyes. Le coach écossais n’a d’ailleurs pas manqué de saluer sa bonne passe : « Je suis content de Shinji. Je veux voir plus de lui parce que c’est un très bon footballeur. Il est techniquement très doué et peut créer de bonnes situations. » Et contrairement au championnat, où il est cantonné à l’aile gauche à cause de Juan Mata, il pourrait être aligné dans l’axe ce soir, en soutien de Wayne Rooney. Ce qui ne peut que réjouir Jürgen Klopp, qui s’y connaît en matage de Bavarois : « Milieu central est le meilleur rôle pour Shinji. C’est un milieu offensif avec l’un des plus beaux sens du but que j’aie jamais vu. » Autre joueur autrefois damné et de retour en grâce, Javier Hernández. Depuis qu’il a retrouvé le chemin de la pelouse, Chicharito a retrouvé celui des filets. Et si Rooney devrait être titulaire grâce à des infiltrations, il ne faut jamais sous-estimer l’importance des supersubs à Manchester. Surtout contre le Bayern.

Parce que l'histoire

Depuis l’instauration de la Ligue des champions en 1992, aucun club n’a réussi à conserver son titre. L’Ajax en 1995 et Manchester United en 2009 ont bien réussi à atteindre la finale la saison suivante, seulement pour voir leurs rêves encore plus brisés. Le Bayern souffre aussi face aux clubs anglais, avec zéro victoire lors des quatre derniers matchs à l’Allianz Arena, même si les Bavarois se sont imposés lors de la dernière visite de Manchester, en 2010. Guardiola est aussi parfois en difficulté dans la compétition reine face à des équipes au pied du mur. On se rappelle notamment de l’Inter de Mourinho en 2010 ou du Chelsea de Di Matteo en 2012, bien que réduit à 10 et avec 27% de possession de balle. Des performances dont pourrait bien s’inspirer United, qui s’en est tiré avec 22% de possession lors de l’aller.

Parce qu’Aston Villa

En 1982, les Villans remportent la Coupe d’Europe, bien que 11e du championnat. Et qui battent-ils en finale ? Le Bayern Munich.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:08 La « main » bientôt réformée ? 62 Hier à 17:56 Évra présente sa dinde à sa manière avant Thanksgiving 49
Hier à 15:13 Gasset tire son chapeau à Génésio 20 Hier à 14:40 Golden Boy 2018 : pas de Mbappé dans les cinq finalistes 98

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 13:12 Plus d’un fan sur deux a déjà été témoin d’un comportement raciste au stade 81 Hier à 12:41 Les Dorados de Sinaola de Maradona intéressés par Bolt ? 25
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:37 Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 27