Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. C
  3. // France-Australie

Mais qui es-tu, Aaron Mooy ?

L'Australie est clairement l'outsider du groupe C, mais l'équipe de France ferait bien de surveiller son meneur de jeu, Aaron Mooy, 27 ans, sa frappe enroulée et ses talents de cuisinier.

Modififié

Il a déjà les yeux plissés, mais ce qui frappe, c’est sa crinière blonde. Sur cette photo, Aaron Mooy, 15 ans, s’apprête à quitter son Australie natale pour rejoindre l’académie des Bolton Wanderers. Direction l’Angleterre. Il rêve de jouer en Premier League, sur les traces d’Harry Kewell – passé comme lui par la Westfields Sports High School de Sydney – et des autres Australiens qu’il a l’habitude de regarder à la télé, en fin de soirée avec le décalage horaire. Douze ans plus tard, cela fait longtemps qu’il ne lui reste plus un poil sur le caillou, mais Aaron Mooy n’a jamais été du genre à se gratter la tête. Après avoir découvert la Premier League avec Huddersfield Town, le meilleur joueur australien du moment a un pays à porter sur ses épaules à la Coupe du monde.


Back to back Australie-Angleterre


Né à Sydney sous le nom Kuhlman, Aaron n’était qu’un bambin lorsque sa mère, néerlandaise, a changé son nom au moment où elle s’est séparée du paternel, d’origine allemande. « Mon père, je l’ai vu une fois, pour signer les papiers de mon passeport néerlandais, c’était la seule fois (...) juste avant que je parte en Angleterre » , racontera Mooy au quotidien The Advertiser. La suite, c’est une formation à Bolton, un départ en Écosse (St. Mirren) pour lancer sa carrière, un retour réussi en Australie (Western Sydney, Melbourne City), qui lui permet de revenir en Angleterre par la grande porte.


Juillet 2016. Pendant qu’Eder devient un héros national au Portugal, un produit de la mondialisation fait son chemin parmi tant d’autres. Acheté par Manchester City dans sa filiale de Melbourne, Mooy débarque dans la foulée en prêt à Huddersfield Town, en D2 anglaise. L’Australien régale entre aisance technique balle au pied, une frappe enroulée létale et une dalle de prisonnier quand il faut récupérer le ballon. Le coach, David Wagner, est tellement sous le charme qu’il prendra le micro devant la foule à la fin de la saison lors des festivités de la montée en Premier League, pour chanter sur l’air de Boney M : « Aaron Mooy, Aaron Mooy, Aaron, Aaron Mooy, He’got no hair, but we don’t care. Aaron, Aaron... » ( « Aaron Mooy, Aaron Mooy, Aaron, Aaron Mooy, Il n’a plus de cheveux, mais on s’en fout. Aaron, Aaron... » )

Des blagues en cachette et des salades de chou


En arrivant à Huddersfield l’été dernier, Steve Mounié a découvert un coéquipier « introverti, mais malgré tout, un peu sournois. Il fait des blagues en cachette. » Mooy est tellement discret qu’il se fait chambrer quand il sourit : « Au début, les gars lui disaient : "Putain, t’as souri Aaron ? T’as eu des émotions aujourd’hui ?" » , se marre l’ancien Montpelliérain. Avant de prévenir : « Il est capable de délivrer des passes décisives quand il veut et il a une de ces frappes de balle... » D’ailleurs, l’Australien adore servir les autres, sur un terrain ou à table : « Ma femme aime mon steak et ma salade de chou, raconte-t-il, toujours dans The Advertiser. Ma salade de chou n'est pas complètement faite maison, le chou est déjà prêt, mais j'y ajoute les garnitures. » Mais les Bleus ne doivent pas oublier que ce qu’il réussit le mieux, c’est servir du caviar.





Par Florian Lefèvre Propos de Steve Mounié recueillis par FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pour les Bleus, ça commence maintenant !




Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall