Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 61 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Montpellier-Lyon

Lyon, trop beau trop tôt ?

Victorieux lors des deux premières journées de Ligue 1, l'Olympique lyonnais version Sylvinho régale ses supporters et les amoureux du ballon rond. Sauf que l'OL a prouvé ces dernières années qu'il n'est jamais très bon de s'enflammer avec cette équipe.

Modififié

C’est bien connu : tout va très vite dans le football. Très très vite même. Et l’Olympique lyonnais en est le parfait exemple. Défaits par Dijon au Groupama Stadium le 6 avril dernier (1-3), les Lyonnais avaient dû essuyer des sifflets et quelques banderoles sympathiques comme « Joueurs vous rêvez d'ailleurs, allez souiller d'autres couleurs » . Le divorce entre les supporters et les joueurs semblait alors acté. Du haut de sa tribune présidentielle, Jean-Michel Aulas n’avait pas aimé le spectacle proposé par ses supporters et l’avait fait savoir au micro de beIN Sports : « J'en veux plus à mes supporters. Il y a eu des réactions pas trop acceptables. Quand en plus cela devient menaçant, je ne peux pas l'accepter. »


Craignant que le divorce ne devienne irréparable et visiblement pas rancunier pour un sou, JMA a alors offert le plus beau des cadeaux à ses supporters quelques semaines plus tard : l’arrivée de Juninho au poste de directeur sportif. Mais aussi le remplacement de Bruno Genesio par Sylvinho. Deux choix qui ont permis au président de l’Olympique lyonnais de se remettre les supporters dans la poche. Sauf que les premiers matchs prouvent que cela a surtout permis à l’OL de rejouer au football et de prétendre à aller chercher un titre en fin de saison.

Tiens, revoilà Aouar


C’est un doux euphémisme de dire que l’Olympique lyonnais 2019-2020 n’a rien à voir avec celui de l'exercice précédent. Et cela ne tient pas uniquement aux arrivées de Thiago Mendes, Joachim Andersen, Youssouf Koné ou encore Jean Lucas, aussi bons soient-ils. Ni même aux départs de Tanguy Ndombele, Nabil Fekir, Ferland Mendy ou Jérémy Morel. Non, le côté sexy de l'OL est en grande partie dû aux performances des « anciens » qui ont visiblement décidé de se remettre à jouer au football. À l’image de Lucas Tousart, impeccable dans son rôle de sentinelle, d'Houssem Aouar qui semble avoir retrouvé sa magie, de Memphis Depay qui a trouvé la régularité et l’envie de jouer et Moussa Dembélé qui est devenu une machine à tuer. Ajoutez à cela une équipe qui défend ensemble et des joueurs qui courent dans tous les sens pendant 90 minutes et vous comprendrez pourquoi l’OL a commencé sa saison par une jolie victoire 3-0 sur la pelouse de Monaco et un violent 6-0 infligé à Angers. La question est la suivante : les joueurs avaient-ils seulement besoin d’un coup de pied au cul ou Sylvinho a su trouver les mots et la tactique pour les réveiller ?


Memphis Depay a avancé un début d’explication dans les colonnes de L’Équipe avant le lancement de la saison : « Ces deux dernières saisons, on faisait surtout des différences individuelles, il y avait toujours un joueur pour nous sauver. Mais si vous formez une vraie équipe, avec des règles, du respect, de la confiance, vous pouvez tout espérer. Le changement était nécessaire, j’ai une impression de fraîcheur, et c’était ce qu’il nous fallait. Quand j’ai signé à Lyon, j’ai pensé qu’il y avait quelque chose de beau à faire avec ce club. Mais, parfois, entre-temps, j’ai aussi pensé qu’il fallait que quelque chose change, pour montrer notre ambition, et ne pas seulement en parler. On peut revenir à l’époque où ce club remportait des trophées. » Et ce n’est pas Stéphane Moulin qui va contredire le rappeur néerlandais : « Ils n’ont changé que trois joueurs, mais ils ont surtout changé d’état d’esprit, et ça, ça change tout, car lorsque vous avez du talent et que vous vous mettez à travailler pour le collectif, alors vous devenez une très belle équipe. Je pense qu’ils vont être une belle concurrence pour les Parisiens cette année. »


Attention à la chute


De là à parier un PEL sur le fait que l’OL va mettre fin à sept ans de disette au niveau des trophées ? Peut-être pas. Déjà parce que même si le PSG ronronne en ce début de saison, les Parisiens comptent bien faire le grand chelem cette année après avoir abandonné les deux coupes la saison dernière. Mais aussi car l’Olympique lyonnais n’a pas rayonné durant les matchs de préparation. Loin de là même, avec des défaites face au Servette FC, le Genoa ou encore Bournemouth. Des matchs déjà oubliés par le début de saison des Lyonnais. Et alors que l’OL peut rester sur le trône de Ligue 1 en cas de succès à Montpellier, Sylvinho a préféré jouer la carte de la modestie après le succès face à Angers : « On a fait un grand match aujourd'hui, mais on est en construction, j'insiste là-dessus. Ça n'est jamais une chose facile de changer l'état d'esprit des joueurs. C'est assez étonnant, autant de changements en peu de temps, mais la route est longue. On a vu que des points importants avaient été perdus la saison passée. Mon message, c'est qu'on ne doit pas choisir ses matchs. »


Le technicien brésilien l’a très vite compris : à Lyon plus qu’ailleurs peut-être des jolies performances peuvent très vite être ternies par des défaites face à Dijon, Reims ou encore Metz. C’est en tout cas le quotidien des supporters lyonnais depuis quelques années maintenant. Des supporters qui savent plus que quiconque qu’il n’est jamais bon de s’enflammer trop rapidement avec leur club. Et que tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Comme s'il semblait inévitable que l’OL allait finir par déchanter. À moins que ce fameux choc psychologique ne dure toute la saison.

Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

Hier à 17:15 Affrontements entre des supporters et la police en Suisse 17
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons