Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe I
  3. // Bétis Séville/Lyon (0-0)

Lyon toujours nul

Lyon a été largement dominé, mais ne s'est pas écroulé ce soir sur la pelouse du Bétis Séville (0-0), grâce à un très bon Anthony Lopes. Après avoir stoppé l'hémorragie en championnat le week-end dernier contre Rennes (0-0), l'ancien septuple champion de France s'est rassuré avec un deuxième match nul vierge de buts. Et tant pis pour le spectacle.

Modififié
Bétis Séville - Lyon : 0-0

Il est bien loin le temps où Lyon faisait trembler l'Espagne, et le Real Madrid en particulier. Mais le match nul de ce soir (0-0), décroché malgré de belles frayeurs, a au moins permis aux Lyonnais de confirmer ce qui leur reste de standing européen. Donnés pour morts après la leçon de football de la Real Sociedad, lamentables contre Reims et Évian, puis soporifiques face à Rennes, les Lyonnais ont connu une semaine difficile et pleine d'humilité. Ils s'avançaient ce soir en terrain hostile avec la peur au ventre et une équipe largement remaniée, marquée par le grand retour de Jimmy Briand. Heureusement, on apprend avec surprise avant le coup d'envoi que nous ne sommes pas les seuls en France à faire tourner en Europa League. Septième de Liga la saison passée, le Bétis commence avec pas moins de dix changements par rapport au dernier match contre Valence, pourtant remporté 3-1, et présente fièrement Damien Perquis pour capitaine.

Lyon résiste

Après quelques minutes de chauffe, la supériorité sévillanne tant attendue n'éclate pas aux yeux, dans une première mi-temps longtemps pauvre en occasions. La pelouse, dans un état exécrable, peut sûrement dédouaner certaines erreurs, mais le niveau technique se révèle rapidement limité. Pour tout dire, Jimmy Briand, parti en débordement à la 18e minute, fait un tout droit en six mètres. Lacazette est le premier à inquiéter le gardien espagnol sur une petite volée (8e). Gomis impose son postérieur, mais est souvent sifflé hors-jeu, comme lors de son but refusé à la 34e minute. Son homologue espagnol Verdu n'est pas vraiment plus brillant, bien muselé par une défense rhodanienne attentive. Lyon tient tête physiquement, grâce à un engagement prononcé dans les duels, mais se révèle assez inoffensif, en dépit de plusieurs coups francs de Grenier. À la 32e minute, Gonalons prend son traditionnel carton, mais sa fourberie a le mérite d'être masquée, ce qui n'est pas le cas de Dabo, qui frôle l'expulsion dans la foulée en découpant le jeune Cedrick. Tandis que la mi-temps approche, les Sévillans, pas impressionnés, haussent le ton et se montrent dangereux par deux fois. Henri Bédimo intercepte joliment et de justesse un centre en retrait à la 42e minute, après un nouveau ballon cafouillé par Bakary Koné sous la pression (42e). Deux minutes après, Anthony Lopes remporte son duel face à Cedrick, qui oublie sur l'action de servir son équipier bien démarqué et forcément mécontent.

Le Bétis croque


Au retour des vestiaires, la domination sévillane ne fait plus de doute. C'est d'abord Chuli qui met au supplice Umtiti et Gonalons sur un petit festival, mais sa frappe est bien captée (54e). Tandis que l'ambiance monte en gamme, les joueurs de Pepe Mel poussent et sont tout près d'ouvrir le score sur un magnifique mouvement collectif, conclu sur le poteau par un Nosa trop imprécis balle au pied (72e). Déstabilisés par la sortie de Gomis, remplacé par Fékir à trente minutes de la fin, les Lyonnais ne parviennent à se montrer dangereux que sur coups de pied arrêtés. Sur un service de Grenier, Umtiti remet dans l'axe, mais le coup de tête de Jimmy Briand passe au-dessus malgré un bon timing (63e). Le temps passe et la domination s'accentue, mais le Bétis ne trouve finalement pas la clef. C'est même Lyon qui se montre dangereux grâce à Lacazette, parti en contre, mais sa frappe est détournée en corner (84e). Irréprochable tout au long de la rencontre, Anthony Lopes détourne une dernière occasion de Cedrick à la 86e minute et permet à Lyon de repartir d'Espagne avec un sixième match d'affilée sans victoire. Et avec ce qui lui reste de fierté.

Tous les résultats et les classements après cette première journée de C3, c'est par ici !

Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Francfort coule Bordeaux