Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe I
  3. // Lyon/Betis Séville (1-0)

Lyon qualifié, Lyon rassuré

Victorieux d’un Betis décidément bien malade grâce à un but de l’inévitable Bafé Gomis, Lyon a assuré l’essentiel ce soir. Premier de son groupe avec 9 points, l’O.L reste ainsi invaincu dans ce groupe I et décroche sa qualification pour les 16es de finale suite au nul de Guimarães en Croatie (0-0).

Modififié
Lyon - Betis Séville : 1-0
But : Gomis (66e)

Ce Lyon-Betis était avant tout l’occasion de voir à l’œuvre deux équipes en manque de confiance. Lanterne rouge de la Liga, le Betis est sorti, ce week-end, du derby andalou avec une belle valise (4-0). Côté lyonnais, le pire semble être, aujourd’hui, de devoir se contenter d’une maigre 7e place en Ligue 1. Mais, Rémy Garde avait prévenu : «  C’est le match le plus important de la semaine. » Et toc pour Canal qui essaie encore de nous vendre les matchs de Lyon contre les nouveaux cadors de la Ligue 1 comme des affiches de premier plan. En alignant Malbranque en 10, et en associant Lacazette et Briand en pointe, c’est Gourcuff et Gomis qui faisaient les frais du nul contre VA de ce week-end.

Briand claqué, Lacazette mal inspiré

Voir Gerland à ce point clairsemé un soir de novembre est d’une tristesse sans nom. Supporters ou non de l’OL des années Juninho, cette équipe-là avait la correction d’attendre que les marmots soient couchés pour débuter. Une courtoisie que n’a plus le Lyon de Garde. Soit. L’important, ce soir, était ailleurs. C’est bien la victoire et uniquement la victoire que réclamaient les supporters des Gones. Le premier quart d’heure, soporifique, n'était pas de nature à les rassurer. Celui-ci était toutefois interrompu par Biševac d’une tête, certes, cadrée, mais trop peu dangereuse pour réellement inquiéter Andersen, le gardien danois des Andalous. Une action qui avait le mérite de réveiller un stade jusque-là assoupi. Peut-être aussi de donner envie aux flèches lyonnaises de prendre les espaces que lui offrait une équipe sévillane, par moment bien triste. Briand, Bedimo, mais surtout Lacazette, les accélérations allaient alors se cadencer. Manifestement trop pour Jimmy Briand qui préférait s’arrêter après seulement 40 minutes de jeu et ainsi laisser sa place à Bafé Gomis. Trop imprécis dans le dernier geste, à l’image d’un Lacazette trop souvent pétrifié au moment d’ajuster ses frappes, l’OL rejoignait tout de même les vestiaires sur un score nul et vierge. Non sans avoir concédé l’un ou l’autre contre qui auraient pu s’avérer fatals sans les interventions appropriées d’un Biševac attentif.

Gourcuff éclaireur, Gomis finisseur

Le retour des vestiaires était l’occasion de découvrir que le danger pouvait aussi venir du côté de Miguel Lopez. Sans surprise, les meilleures occasions continuaient, toutefois, de surgir du flanc gauche de Bédimo et des appels de Lacazette. Malheureusement pour les Gones, ce dernier n’avait pas profité de la mi-temps pour se transformer en tueur. Il faudra donc attendre l’heure de jeu, et l’entrée en jeu de Gourcuff (pour Grenier) pour voir autre chose qu’un festival d’occasions galvaudées. Avant cela, Umtiti préférait s’oublier le temps d’un instant. Sans conséquence. Merci, Vercoutre, merci le poteau. Lyon pouvait donc continuer d’y croire. À raison. De fait, un Gourcuff inspiré s’appuyait sur Lacazette avant de trouver Bafé Gomis dans la surface qui, lui, ne tremblait pas : 1-0 (66e). Cela n’empêchera pas Bafé de profiter des 20 dernières minutes pour améliorer ses statistiques en matière de hors-jeu. Dommage pour Gourcuff qui aurait pu écrire une nouvelle page de son histoire peu commune avec un obus de la moitié de terrain consécutif à un amorti poitrine de Gomis. Il n’en sera rien et Rémy Vercoutre devra même s’employer lors d’une fin de match que Gomis disputera sur une jambe. La faute à un troisième changement effectué suite à la légère blessure d’Umtiti en fin de match. Lyon passera l’hiver au chaud. L’honneur est sauf.

Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 13:30 De la cocaïne dans l'avion de Chapecoense ? 27
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur