Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Monaco (2-0)

Un Paquetá et ça repart

Il y a 24 heures, Lucas Paquetá était de retour chez lui, à Lyon, après avoir joué avec le Brésil sur un autre continent dans la nuit de jeudi à vendredi. Ce samedi soir, le milieu brésilien est sorti du banc rhodanien peu après l'heure de jeu, changeant ainsi le visage de l'OL et la face du match contre Monaco. La confirmation d'une Paquetá dépendance aussi excitante que dangereuse.

Modififié
Ce samedi soir face à Monaco, les 50 585 spectateurs du Groupama Stadium n’attendaient qu’une seule chose : voir leur prodige brésilien entrer dans son jardin. S’ils ont poireauté jusqu’à la 66e minute, ils n’ont pas été déçus par la suite. Comme très souvent avec Lucas Paquetá. Ovationné par les Bad Gones lors de son entrée en jeu à la place de Rayan Cherki, le numéro 10 lyonnais, qui a désormais une chanson à son nom, n’a pas traîné pour éclabousser de tout son talent une rencontre jusque-là trop brouillonne. Dès ses premières prises de balle, le Brésilien en a fait voir de toutes les couleurs à Caio Henrique sur le côté gauche monégasque, et ses caresses ont électrisé les tribunes lyonnaises, mais également ses partenaires, qui ont semblé galvanisé par la seule présence du milieu de terrain sur le pré.


C’est d’ailleurs sur l’une de ses nombreuses inspirations que la lumière est venue du côté de l’OL, puisque le Brésilien était à l’origine du penalty obtenu par Léo Dubois moins de dix minutes après son entrée en jeu. Si Toko Ekambi lui a grillé la priorité pour ouvrir le score, Lucas Paquetá n’en a cure et a continué sa soirée caviar en délivrant un délice d’extérieur du pied pour Emerson sur un corner rapidement joué. L’Italien n’avait plus qu’à servir Jason Denayer pour le pion du K-O., mais le gros du boulot a été effectué par l’ancien Milanais, qui a mis à genoux la défense du Rocher en une transmission. Royal.

48 heures chrono


En 25 minutes sur le pré, Lucas Paquetá a une nouvelle fois démontré qu’il était le facteur X de cet OL version Peter Bosz, même si sa ligne de statistiques n’a pas bougé après sa prestation du soir (quatre buts et deux passes décisives toutes compétitions confondues en club cette saison). « J'ai pris un gros risque, avouait Peter Bosz en conférence de presse après la rencontre. Normalement, ce n'était pas possible qu'il puisse jouer. Il avait joué 42 heures plus tôt, pendant une heure, avec le Brésil, avant de prendre un avion. Je ne devais pas le faire entrer. Lui voulait être titulaire. Cet après-midi, à l'hôtel, on a marché, et on lui a dit de rester dans sa chambre pour dormir. J'ai pris un gros risque, mais ça s'est bien fini. » Un sentiment partagé par ses coéquipiers, à commencer par le taulier Jérôme Boateng, qui s'est exprimé sur OL TV après le succès lyonnais : « Paquetá est un joueur fantastique, il a joué hier pour le Brésil et aujourd'hui il a été énorme pour nous. Il n'est pas seulement un immense joueur en France, mais dans le monde. Il est titulaire avec le Brésil, il apporte énormément à notre équipe, c'est vraiment super pour les supporters de voir un joueur comme lui. »

Le Brésilien a visiblement donné raison à son coach, pourtant réticent à le convoquer pour ce choc de la 10e journée, et il était possible de comprendre que le technicien néerlandais se souciait de la santé de son chef d'orchestre. Mais Paquetá aime jouer, veut jouer et a beaucoup insisté pour faire partie du groupe face à Monaco, alors qu’il était encore au Brésil il y a moins de 48 heures pour disputer un match face à l’Uruguay dans la nuit de jeudi à vendredi. Un défi à la fois fou et inconscient, surtout au vu des conditions (9000 kilomètres, six heures de décalage horaire et dix heures de vol). Arrivé à Lyon vendredi soir sur les coups de 20 heures, le milieu de terrain a tout de suite été pris en charge par un kiné afin d’être prêt pour le lendemain. Alors que le Lyonnais a une nouvelle fois répondu présent ce samedi, il a également confirmé une Paquetá dépendance ces dernières semaines. Si le voir jouer au football est un vrai régal pour les yeux et pour notre Ligue 1, cela représente également un danger pour l'OL et son joueur.



Le calendrier étant dantesque, avec des matchs qui s’enchaînent tous les trois jours en club et en sélection, le risque de blessure reste évidemment élevé. Ce n'est pas Peter Bosz qui dira le contraire. Connaissant la débauche d’énergie du garçon lors de chacune de ses sorties, l'ancien entraîneur de l'Ajax va devoir faire les bons choix aux bons moments, alors que le secteur offensif des Gones grimace, à l'exception peut-être de Karl Toko Ekambi, encore précieux contre Monaco, en attendant l'arrivée du maestro sur la pelouse. Toujours privé de Moussa Dembélé et d’Islam Slimani, le coach lyonnais n’a plus qu’à croiser les doigts pour que son magicien passe entre les mailles du filet. Mais ce soir, il n'est pas question de s'inquiéter, ce serait trop bête de ne pas profiter du maître à jouer brésilien. Ce dernier est dans la forme de sa vie, mais il a gagné le droit de recharger les batteries pour quelques jours, jusqu'à jeudi prochain et un match contre le Sparta Prague pour être très précis. On en salive d'avance.

Par Analie Simon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi
Hier à 09:26 Le but en huit secondes de Solanke (Bournemouth) 10 Hier à 09:13 LOTO du samedi 4 décembre 2021 : 30 millions d'€ à gagner (cagnotte record) !
À lire ensuite
Les notes de Lyon-Monaco