Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Monaco-OL

Des nouveaux cuisinés à feu doux

Loin d'être une grande essoreuse pour ses nouveaux venus, l'Olympique lyonnais préfère laisser le temps à leur adaptation pour qu'ils soient à point dans les moments les plus déterminants, à savoir dans la seconde partie de saison. La preuve par trois, avec Martin Terrier, Léo Dubois et Moussa Dembélé.

Modififié

Les derniers seront les premiers. Derrière ce raccourci biblique, mille interprétations dans le monde des vivants. Et l’Olympique lyonnais en donne actuellement sa propre version. Que ça soit mardi soir face au FC Barcelone (0-0) ou plus globalement ces dernières semaines, ses hommes en forme sont aussi ceux qui ont intégré en dernier l’effectif rhodanien. Jason Denayer, Léo Dubois, Martin Terrier et Moussa Dembélé, soit les quatre recrues du mercato estival (Oumar Solet et Lenny Pintor étant encore gardés au frais). Une montée en puissance qui permet de souligner la manière dont Bruno Genesio et son staff gèrent leur groupe, entre un savant mélange de confiance, de patience et d’exigence.

Martin Terrier, sorti au bon moment


L’exemple le plus parlant reste celui de Martin Terrier. Titulaire surprise face à Barcelone, le Nordiste fut un des rares éléments offensifs à avoir déstabilisé l’arrière-garde catalane — en atteste sa frappe déviée par Ter Stegen sur la transversale. S’il était plus effacé en seconde période, sa prestation pourrait permettre à Florian Maurice, responsable du recrutement, de voir sa prophétie se réaliser : ce dernier verrait bien Terrier être le « nouveau Pirès » . Bruno Genesio a quant à lui déjà dressé son portrait : « Il a tout pour devenir un grand, les qualités techniques, une justesse dans le jeu. Il a de la vitesse, est adroit, capable de travailler. Mais il doit prendre conscience de ses qualités. C’est la seule chose qui lui manque. Mais déjà, ça va de mieux en mieux. »


Après une préparation réussie (4 buts en 5 matchs) et un début de saison prometteur, l’ancien Strasbourgeois a été victime d’une blessure à la cheville et des choix tactiques de son coach. Dans le nouveau 3-4-1-2, il n’avait plus sa place. Mais l’international Espoirs s’est accroché pour regagner du temps de jeu au gré des absences de Nabil Fekir, et de l’inconstance de Maxwel Cornet ou Bertrand Traoré. Les sollicitations des club étrangers cet hiver (Newcastle, Fulham et Wolfsburg) ont été poliment déclinées : l’Olympique lyonnais semble vouloir faire du garçon un de ses paris pour l’avenir, surtout qu’il est déjà bien intégré dans une génération qui arrive déjà à exploiter des automatismes créés en sélection de jeunes.

Moussa Dembélé, finalement évident


Le natif d’Armentières a en effet côtoyé Houssem Aouar et Lucas Tousart en Bleu, mais surtout Moussa Dembélé, son acolyte d’attaque. En 5 matchs communs avec les Bleuets, l’attaquant arrivé du Celtic et Martin Terrier ont marqué respectivement 3 et 4 buts, le second offrant même une passe décisive, et avaient fortement contribué à la qualification des U21 à l’Euro organisé en juin prochain. Des bases sur lesquelles s’est appuyé Bruno Genesio pour modeler son groupe. Car le coach rhodanien est plutôt du genre à laisser le temps lorsqu'il sent qu’un de ses joueurs en a besoin pour s’adapter.


Et puisque les pelouses de Ligue 1 ne sont pas celles d’Écosse sur lesquelles Moussa avait pris ses repères, Genesio n’a pas voulu griller son jeune attaquant. « Je trouve que vous êtes assez sévère avec lui, on oublie que c'est encore un très jeune joueur, qu'il arrive dans un nouveau club, défendait-il. Attaquant, comme gardien de but, c'est un poste qui demande beaucoup de confiance. » Une méthode qui s’est avérée payante puisque c’est Dembélé qui a offert le Derby aux Gones sur un but dans les arrêts de jeu (2-1) et posé la première pierre de la victoire contre Paris (2-1).

Léo Dubois, toujours eu la foi


Un nouveau statut récupéré dans le Chaudron, ce qu’a également réussi Léo Dubois, grâce à un sauvetage sur sa ligne et l’ultime passe décisive pour Dembélé, après son remplacement de Kenny Tete. Une entrée qui a permis de mettre dans le rétroviseur la solide concurrence à ce poste de latéral droit. L’ancien capitaine nantais, dont le transfert était acté depuis l’hiver 2018, est arrivé cet été en sachant qu’il devrait se battre avec Tete et Rafael pour s’imposer. En délicatesse avec sa cuisse et jugé encore trop tendre lors des premiers mois, il a progressivement prouvé qu’il était l’arrière présentant le plus de garanties offensives et défensives, pour finalement gagner ses galons.


Si Jason Denayer est l’exception venant confirmer la règle de la patience appliquées aux recrues — renforcer le poste de central étant alors un besoin urgent et le Belge s’étant acclimaté très rapidement du fait d’une expérience supérieure —, les trois autres profils montrent que l’Olympique lyonnais réfléchit son recrutement sur le moyen terme. Ainsi, entre le moment où le joueur signe son contrat et celui où il devient une pièce maîtresse de l’effectif, il peut se passer entre six mois et un an (Ferland Mendy et Tanguy Ndombele ont également vécu cela). Une période d’essai qui permet de limiter les flops et surtout de régénérer progressivement l’équipe de nouveaux éléments. On en reparlera dans un an avec Oumar Solet.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi

il y a 2 heures Des ballons avec un slogan anti-racisme en Premier League 5 il y a 3 heures Giresse révèle que quelqu’un a voté pour lui pour The Best 5
il y a 4 heures Viens mater PSG-OM lors d’une projection So Foot inédite 6 Hier à 15:55 En Italie, la VAR bientôt utilisée pour lutter contre le racisme ? 23 Hier à 15:28 FC Thouroude #52: Comme l'OAIME 2
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE