Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 25e journée
  3. //
  4. // Lyon (0-4)

Lyon atomise Bordeaux

Girondins et Lyonnais avaient la possibilité de se refaire la cerise après leur échéance européenne. Mais le fruit n'aura été mûr que pour les Rhodaniens, bien plus réalistes sur la pelouse de Chaban-Delmas (0-4). Auteurs de quatre buts sans forcer, les joueurs de Rémi Garde ont frappé un grand coup, et lancé un avertissement sans frais aux concurrents.

Modififié
BordeauxLyon : 0-4
Buts : Grenier (15e et 72e s.p.), G. Fofana (65e) et Lacazette (75e) pour Lyon.

La chance et le talent n'étaient manifestement pas du côté bordelais, en ce dimanche après-midi. Et si Carrasso n'a pas eu grand-chose à faire, il s'est employé à aller chercher le cuir à quatre reprises au fond de ses filets. En dépit d'une possession de balle marquée dès le départ pour les Girondins, ce sont bien les Lyonnais qui ont fait le job. Un but en première période, et trois en seconde, rien à dire. Les Boys de Rémi Garde étaient plus forts. Plus matures, plus réalistes et ,donc, plus efficaces. Une rouste pareille, Bordeaux n'en avait pas pris chez lui depuis des lustres. Ça fait mal d'un côté, ça rassure de l'autre. C'est dire : les Lyonnais ont été applaudis par les supporters aquitains. Une rencontre à sens unique, qui a fait mentir un Francis Gillot prêt à parier sur un nul, avant le coup d'envoi. Mauvaise pioche, les siens se sont copieusement effondrés, sans rien montrer de bon.

Les footix à la plage

C'était la première fois depuis bien longtemps que les Girondins jouaient en plein soleil. Ça paraît anodin, mais ça compte. Parce que le stade n'était pas plein. Trois mois de pluie, une éclaircie et les footix bordelais sont partis prendre du plaisir et s'oxygéner à la plage, pas loin. Faut dire que 6 nuls, 1 défaite et 4 victoires à domicile, c'est pas l'idéal. Et aujourd'hui, fallait assurer sans Henrique, Mariano (blessés), ni Ch. Diabaté (puni). Alors qu'en face, ça voyage pas mal : 5 victoires, 4 nuls et 3 défaites. Voilà. Et c'est pas parce que les Bordelais ont investi d'emblée la moitié adverse, qu'ils ont les bonnes cartes en mains. Parce que posséder la balle ne signifie pas forcément gagner. Et ça s'est vérifié. C'est bien beau de régaler la chique, de passer par les côtés, mais si c'est pour infliger au public des frappes trop molles (Trémoulinas, 17e, Obraniak, 24e), et du déchet technique, ça ne sert à rien.

Une occase, un but

Du côté lyonnais, on l'a bien compris. Et tant pis si Carrasso n'avait pas encore touché un ballon digne de ce nom quand Grenier a efficacement concrétisé la première occase des siens (15e). La seule de la première période, même. Bon, en fait, on ne joue pas dans la même cour… Malgré les bons appels de balle et la tonicité des recrues Rolan et Faubert, ainsi qu'une relative maîtrise du cuir, trop peu de velléités pour espérer contrecarrer les plans intelligents de l'O.L. Rémi Garde a bien préparé son match et tout fait pour que les siens déstabilisent défensivement leur adversaire. Au cours du premier acte, ça a bien marché. Bordeaux a percuté, Lyon a géré. Pour les hommes de Francis Gillot, ça sentait à plein nez le remake de Bordeaux-PSG (0-1)…

Une mine en lucarne

Et J-Lo n'a pas effectué deux changements à la pause pour rien… Il le savait bien. Vivacité escomptée et bobos physiques soignés. Kiev, en 16e de finale retour d'Europa League, se profilait. Tottenham aussi pour Lyon, qui a ménagé Gomis et Lisandro en cours de match. Ou peut-être son frère, on ne sait pas vraiment, vu la prestation transparente de l'Argentin. Mais les Gones possèdent une technique supérieure aux Aquitains. Et ça fait la dif'. Malgré un désert de situations offensives, il faut le reconnaître. Excepté les dévissés de Sertic (51e) et Lacazette (64e). Bilan : quatre morts, deux chacun. Non, on déconne, ils sont juste blessés. Mais la vraie blessure, elle est pour des Marine et Blanc bien trop impuissants face au réalisme lyonnais. Et l'audace de Fofana en est le cinglant témoignage. Le milieu de terrain rhodanien n'a pas tremblé quand il a fallu passer en revue trois piquets bordelais, et expédier une mine à effet en lucarne (65e). Idem pour Grenier qui a transformé un penalty sept minutes plus tard, et pour Lacazette, dont la demi-volée a achevé Carrasso (75e).

C'est la première fois depuis la saison 2007-2008 que les Lyonnais s'imposent en Gironde ; un endroit où historiquement, les Girondins résistent bien. Mais là, l'O.L. était trop fort, et Bordeaux trop faible. C'est souvent lié. Ne reste plus aux deux formations qu'à se montrer à leur avantage jeudi, en Europa League…

Bordeaux : Carrasso – Faubert, Planus (Sertic, 46e), Marange, Trémoulinas – Plašil (cap), L. Sané, Saivet, Obraniak (A. Traoré, 79e), Maurice-Belay, – Rolan (Ben Khalfallah, 46e).

Lyon : Vercoutre – Réveillère, Biševac, Lovren, Umtiti – Gonalons, Grenier (Mvuemba, 75e), G. Fofana – Lacazette, Lisandro (Ghezzal, 55e), Gomis (J. Ferri, 61e).

Par Laurent Brun, à Chaban-Delmas.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Le Napoli n'en profite pas