Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Juventus-FC Barcelone

Luis Suárez : « Contre la Juve, Neymar sera surveillé »

Starifié au FC Barcelone et pionnier des transferts vers l’international avec son passage en Italie, Luis Suárez Miramontes est une légende vivante du football. Avant la première manche de ce quart de finale monstrueux entre la Juve et le Barça, le Ballon d’or 1960 s’exprime à propos de ce choc.

Modififié
Vous avez été l’un des premiers joueurs espagnols à quitter le pays pour partir jouer à l’étranger, en 1961. Est-ce que c'était difficile à réaliser à l’époque ?
J’ai quitté Barcelone pour rejoindre Helenio Herrera à l’Inter. À vrai dire, c’est lui qui avait fait des pieds et des mains pour me faire venir en Italie. Pendant deux ans au Barça, notre relation avait été excellente et cela m’a aidé. De mon côté, j’avais aussi envie d’un nouveau challenge. Après avoir réussi en Espagne, je me suis dit que je devais aussi aller réussir quelque chose de grand à l’étranger. C’était une réelle envie personnelle. J’ai vu cet intérêt de l’Inter, un grand club en pleine ascension, j’ai pu y aller et ça s’est bien passé.

Quand vous arrivez, il y a un choc de culture entre la conception du football en Espagne et celle de l’Italie...
Ah oui, il fallait s’adapter ! Surtout dans cette période où les philosophies de jeu ne se mélangeaient pas vraiment. En Espagne, en particulier au Barça et au Real Madrid, on jouait un football très joyeux, offensif, pour aller chercher le but de façon constante. En Italie, c’était plus un football où l’intention première était d’empêcher l’équipe adverse de développer son jeu. Il fallait faire déjouer son adversaire, pour ensuite se mettre à jouer. En cela, c’était une grande nouveauté que je devais intégrer rapidement, c’était compliqué. Ensuite, il y avait aussi le fait que nous soyons deux pays proches, puisque nous avons des origines communes. Mais passer d’un modèle très offensif à un jeu basé sur la défense et la contre-attaque, c’était le plus délicat. Il fallait être pragmatique.


La perméabilité des défenses s’est un peu perdue en Italie aujourd’hui... La seule équipe qui parvient vraiment à garder un bloc défensif solide, c’est la Juventus. Le fait de conserver cette tradition est-il la clé de la réussite de la Juve ?
Chez la Juve, le gardien et les trois défenseurs titulaires sont tous Italiens. Cela fait longtemps qu’ils jouent ensemble, qu’ils se connaissent... C’est une de leurs grandes forces, sans aucun doute. La Juve a acquis une solidité défensive impressionnante, et cette tradition défensive italienne est très importante dans leur succès actuel en championnat. Mais il ne faut pas oublier le milieu de terrain et surtout leur attaque, très dangereuse.

Si Pirlo était l’architecte de la Juventus en 2015, Pjanić est maintenant dépositaire du jeu juventino. Est-ce que cette Juve est plus forte que celle d’il y a deux ans ?
Défensivement, les joueurs sont les mêmes. Ils ont juste pris de l'âge, mais ce n'est pas un problème quand on les voit jouer. Au milieu, Pjanić ne possède pas à cette conception du jeu, cette faculté d’organisation que détenait Pirlo. Pirlo a marqué une époque à la Juve. Pjanić, c’est un bon joueur technique avec des possibilités intéressantes pour la Juve. Mais quand on regarde l’équipe de 2015, on voyait Pogba, Vidal et Pirlo associés au milieu, c’était très fort comparé à aujourd'hui. En revanche, je dirais que leur attaque était peut-être moins talentueuse. Higuaín et Dybala, ce sont deux joueurs qui peuvent peser face au Barça. Dybala, c’est le joueur du futur...

Messi a également tenu le même discours pour Dybala. Est-ce que vous pensez qu’il a l’étoffe d’un futur Ballon d’or ?
Il peut hériter de la position de Messi avec l’Argentine, certainement. D’ici quelques années, je le vois bien concurrencer les meilleurs pour l’obtention du Ballon d’or, cela me semble dans ses possibilités.


Concernant le Barça, André Gomes laisse assez perplexe pour cette première saison. En tant qu’ancien milieu de terrain, vous pensez qu’il peut vraiment mieux faire ou est-ce une erreur de recrutement de la part du Barça ?
C’est un joueur de qualité, donc je pense qu’il va s’améliorer. Et cela reste assez naturel de passer par une période difficile : quand tu joues dans d’autres équipes d’une importance moindre, tu ne te rends pas compte de ce que signifie jouer pour le Barça. Il faut toujours être bon, toujours gagner. Tu ne peux pas te permettre de jouer à un niveau normal pendant deux ou trois matchs, tu dois toujours bien jouer. Rentrer sur le terrain du Camp Nou, porter ce maillot, cela peut beaucoup peser. Je pense que cette première saison est due à la pression qu’il ressent, mais il faut simplement lui donner du temps. Peu à peu, il va monter en régime.

On sait qu’il y a toujours une grande rivalité à distance entre le Barça et le Real, pour savoir qui va remporter le plus de trophées en fin de saison... Cet exploit réalisé contre le PSG peut-il permettre au Barça de mieux terminer la saison que son grand rival ?
En ce qui concerne le championnat, ce sera difficile pour le Barça d’aller chercher le Real. D’après moi, il va falloir se concentrer davantage sur les deux coupes, la C1 et la Coupe du Roi. Mais pour la Liga, il va déjà falloir gagner le Clásico à Madrid, et encore, cela pourrait ne pas suffire... Cette saison, le Barça a perdu trop de points contre des équipes d’un niveau a priori inférieur.


Le fait que Luis Enrique fasse cette sortie médiatique pour dire qu’il part en fin de saison donne-t-il envie aux joueurs de se battre encore plus pour que sa sortie soit réussie ?
Cela ne joue pas dans l’esprit des joueurs. Et je vais même être franc : je pense qu'il aurait été préférable de ne rien révéler dans un moment aussi important de la saison, il valait mieux l’annoncer en fin d’exercice. Mais bon, cela s’est fait... Quoi qu’il arrive, les joueurs du Barça ont toujours l’envie de gagner, de remporter le plus de titres possibles.

Neymar est-il capable d'éliminer la Juventus comme il l’a fait avec le Paris Saint-Germain ?
La Juventus va être une équipe difficile à manœuvrer. Historiquement, les Italiens aiment jouer ce genre de compétition en match aller-retour. Mais si le Barça possède un Neymar en grande forme, alors il aura de très grosses chances de passer en demi-finale. Contre Paris, c’est lui qui débloque tout au match retour. Il crée le déséquilibre, marque, provoque un penalty, fait une passe décisive... Bref, c’était le joueur clé, il s’est occupé de tout. Contre la Juve, il sera encore plus surveillé. Mais l’avantage du Barça, c’est qu’il y a trois joueurs d’un niveau extraordinaire en attaque, et que les voir tous dans une mauvaise journée, c’est très rare. C’était le cas lors du match aller contre Paris... Mais c’était la seule et unique fois dans un grand rendez-vous ! Je pense que cela ne se répétera pas avant un bon moment...

Quel est votre pronostic dans cette double confrontation ?
Si le Barça fait deux matchs sérieux et prépare bien ces rencontres contre la Juve, il va passer en demi-finale. Ce sera difficile hein, je ne dis pas c’est joué d’avance ! Mais c’est mon avis. Jouer ce second match à domicile, c’est aussi un avantage à ce niveau. Si tu as un retard à rattraper après le match aller, tu peux remonter plus facilement avec l’aide du public. Mais là, contre la Juve, il va falloir être bon sur les deux matchs ! Si tu refais la même erreur que face à Paris, là tu ne passes pas !

  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Juventus-Barcelone

    Propos recueillis par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23

    Le Kiosque SO PRESS