Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Quarts
  3. // Uruguay-France

Lucas Hernández, l'heureux gagnant

Cinq défenseurs de l’Atlético disputeront un quart de finale. Et en attendant le Brésilien Filipe Luís et le Croate Vrsaljko, c’est à la doublette uruguayenne Godín-Gímenez que Lucas Hernández sera confronté. Un match taillé pour lui puisque, côté bleu, le latéral est certainement celui ressemble le plus à un Sud-Américain, tant dans le jeu que dans le caractère. N’en déplaise à un autre buveur de maté.

Modififié

La super production française est confrontée à un problème de riche au moment de faire son casting. Et pour donner la réplique à l’Uruguay et sa gueule de grand méchant, baraquée et roublarde à souhait, l’heure est de savoir à qui attribuer le rôle du gringo de service qui saura contrer le plan charrúa. Si on suit l’histoire dressée par les médias, ce costume devrait être enfilé par Antoine Griezmann. Parce qu’il en joue, parce qu’il a adopté un style de vie à base de siestes, d’asado et de « Vamos ! » , parce qu’il a été lancé par l’Uruguayen Martín Lasarte à la Real Sociedad avant d’être modelé ensuite par l’Argentin Diego Simeone à l’Atlético de Madrid et aussi parce que Diego Godín est le parrain de sa fille. Un personnage dans lequel il est entré par affinité, goût, influence et un peu d’opportunisme – l’appropriation culturelle n’est-elle pas un bon moyen d’intégration ?


Sauf que les Uruguayens authentiques viennent de briser la réputation du Mâconnais. « Beaucoup disent qu’Antoine est en partie uruguayen. Mais il est français et ne sait pas ce qu’est l’identité uruguayenne, a dégommé Luís Suárez. Lui ne sait pas le dévouement que nous avons en nous pour triompher dans le football, petits comme nous sommes. Il a ses habitudes et une façon de parler à l’uruguayenne, mais nous nous comportons différemment. » Un désaveu qui découle peut-être du manque de combativité et d’énergie dégagé par Griezmann lors de ces dernières sorties, allant à l’encontre de la philosophie uruguayenne. De quoi relancer les candidatures et voir celle de Lucas Hernández comme une alternative plus que crédible. Son avantage : avoir adopté plus naturellement un jeu « à l’uruguayenne » , qui aime se définir par la combativité, la hargne, le sacrifice pour le collectif et la confiance en soi. Et quand Grizou ressemble à un fan de cette culture, Lucas Hernández semble avoir ça en lui.


Ne pas mettre le charrúa avant les bœufs


Titulaire surprise en Russie, profitant des difficultés physiques de Benjamin Mendy et d’une saison solide à Madrid, le Colchonero n’aura pas de mal à déloger son coéquipier de son strapontin, puisque c’est ainsi qu’il procède : bouger les meubles pour se faire une place. « Il rend les choix de l’entraîneur très difficiles parce que j’ai Filipe Luís pour le poste de latéral gauche et Godín dans l’axe, deux joueurs extraordinaires, soufflait Diego Simeone. Lucas, c’est un joueur qui ne frappe pas à la porte, mais qui l’ouvre carrément. C’est à moi de trouver des solutions pour qu’il puisse jouer. » Exactement ce qu’a vécu Didier Deschamps, pour qui l’option Hernández s’est imposé comme une évidence après quelques matchs amicaux.


Et en trois matchs et demi au Mondial, le défenseur a confirmé et impressionne par sa capacité à enchaîner les allers-retours dans son couloir gauche, par son aplomb dans les duels, mais aussi son cran lorsqu'il faut aller chatouiller l’adversaire. « Il y a beaucoup de Français qui ne me connaissaient pas, c'est normal, je joue dans un autre pays. Petit à petit, vous allez mieux me connaître » , avait-il alors averti après le match face à l’Australie. Rencontre au cours de laquelle les supporters océaniens l’ont conspué pour sa faculté à provoquer les Socceroos et où les Français ont découvert dans leur rangs un joueur plus resquilleur, agressif et pugnace que les autres. Du caractère et une touche de vice dans une équipe globalement lisse. D’autant plus que le minot ne s’en cache pas : « Il y a des moments où j'ai exagéré un peu, admettait-il à propos de ses plongeons. Mais ça fait partie du spectacle ! Ça fait partie de moi, je fais souvent ça quand on gagne pour permettre à l'équipe de gagner un peu de temps. »



Avant de revêtir le maillot bleu, qu’il a juré « défendre à mort » , le natif de Marseille était pour le grand public ce garçon de 22 piges qui a longtemps hésité entre l'équipe de France, qu'il représentait depuis les U16, et la Roja, sélection du pays où il a débarqué à l’âge de quatre ans. Biberonné au foot de l’Atlético, où jouait son père Jean-François, avant d’intégrer son académie à 11 ans, son parcours tortueux a aussi forgé son caractère. « Je n'ai pas eu une enfance normale, confiait-il sur SFR Sports. J'ai vécu sans père, juste avec ma mère et mon frère. Surtout quand on était en Espagne. Ma mère ne travaillait pas et on n'avait pas de sous, c'est la vérité. C'est mon grand-père qui nous a sortis du trou. J'ai vécu des moments durs dans la vie et j'ai toujours été présent et fort mentalement. C'est ce qui fait que je suis là aujourd’hui. »


Ses repères, c’est Diego Simeone qui les lui a donnés. « J'ai grandi avec lui. C'est lui qui m'a fait monter des jeunes avec les A (en 2014, N.D.L.R.), affirmait le défenseur. Depuis que je suis avec lui, il m'a inculqué ça. Il m'a dit que si je voulais réussir dans la vie, il fallait lutter, il fallait tout donner, il fallait travailler à chaque entraînement. Il a toujours cru en moi, il a toujours eu confiance en moi, il m'a toujours donné ma chance. » Et c’est à travers cette relation que le Cholo lui a également transmis les fibres du foot sud-américain. Des valeurs qui lui offrent aujourd’hui le droit de faire l’unanimité chez les Bleus. « C'est notre soldat. Il ne passe jamais au travers. Avec lui, tu peux partir à la guerre » , jurait Griezmann dans Le Parisien, quand Blaise Matuidi parle lui de « quelqu'un qui respire la joie de vivre, heureux d'être ici et qui donne tout sur le terrain avec ses qualités » , avant d’ajouter qu’il « en faudrait plein, des comme lui. » Le problème, c’est que des comme lui, il y en a plein du côté de la Celeste.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo



Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5
À lire ensuite
I can't get no satisfaction