Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille-Marseille

LOSC-OM, histoire d'ex

Parmi les acteurs du Lille-Marseille de ce dimanche soir, six affronteront leur ancienne équipe. D'où la question : pour le moment, Christophe Galtier, Loïc Rémy, Rudi Garcia, Adil Rami, Florian Thauvin et Dimitri Payet ont-ils davantage réussi chez leur ex ?

Modififié

  • Rudi Garcia
  • Au LOSC de 1983 à 1988 (joueur) et de 2008 à 2013 (entraîneur), à l'OM depuis 2016

    En général, Rudi Garcia réussit sur tous les bancs où il s'assoit. À Lille, l'entraîneur a réalisé un super boulot durant cinq saisons. Même si un petit accroc a existé (licenciement en juin 2009 avant de retrouver son poste quinze jours après), le technicien français amène le club en Coupe d'Europe, remporte la Coupe de France (2011) et obtient même le titre de champion la même année. Revenu dans l'Hexagone après un passage à la Roma, le technicien n'a pas (encore ?) connu la même réussite sur la Canebière puisqu'il n'a gagné aucun titre national, hégémonie parisienne oblige, et n'a pour le moment pas connu la C1 avec Marseille. À noter tout de même une belle épopée en Ligue Europa achevée par une défaite en finale contre l'Atlético de Madrid en 2018. Au regard des deux aventures, le LOSC remporte donc les suffrages pour Rudi (malgré sa carrière de joueur sans éclat sous le maillot des Dogues). À voir si le résultat sera identique une fois sa mission phocéenne achevée.



  • Christophe Galtier
  • À l'OM de 1985 à 1987, de 1995 à 1997 (joueur) et en 2000 (entraîneur), au LOSC de 1987 à 1990 (joueur) et depuis 2017

    Son amour pour Marseille, Christophe Galtier ne l'a jamais caché. Quoi de plus logique pour celui qui y est né un jour d'été il y a 52 ans ? Formé à l'OM, l'ancien défenseur a défendu les couleurs olympiennes une bonne centaine de fois, à dix ans d'intervalles et se contentant de deux finales de Coupe de France en guise de palmarès. Une fois les crampons raccrochés, il devient l'adjoint de Bernard Casoni à la tête de l'équipe phocéenne (avec la fameuse altercation concernant Marcelo Gallardo) et récupère même le statut de coach principal durant quelques mois en tant qu'intérimaire. Depuis, le monsieur a fait son bonhomme de chemin – notamment à Saint-Étienne –, mais rêve toujours de sa ville d'origine. La réalité, elle, l'a fait rebondir à Lille (il y a également passé trois saisons sans histoire en tant que joueur), où il a sauvé la team de la relégation après le départ de Marcelo Bielsa et où ses qualités commencent déjà à donner leur fruit. Pas suffisant cependant pour le faire changer de côté.



  • Loïc Rémy
  • À l'OM de 2010 à 2013, au LOSC depuis 2018

    Il n'y a pas de match. Tout simplement parce que Loïc Rémy est arrivé dans le Nord il y a quelques semaines seulement (cinq apparitions, une seule titularisation). Il sera de toute façon compliqué de faire mieux avec les Dogues qu'avec Marseille : outre ses 42 buts, l'attaquant a glané deux Coupe de la Ligue quand il squattait le Vélodrome, tout en accrochant une place de dauphin et un Trophée des champions. À 31 ans, le garçon a encore un peu de temps devant lui. À condition d'en finir avec les pépins physiques et d'ouvrir rapidement le compteur.




  • Adil Rami
  • Au LOSC de 2006 à 2011, à l'OM depuis 2017

    Dans la carrière bien remplie d'Adil Rami, l'endroit où il s'est senti le mieux reste sûrement Lille. Au LOSC, le défenseur central a connu pas mal de choses : la découverte du haut niveau et de l'argent à outrance, ses premières blessures sérieuses et ses premiers buts, l'apprentissage du monde professionnel, les entraînements quotidiens et les progrès qui lui ont permis d'aller chercher une place de titulaire, le doublé coupe-championnat sous Garcia, et même l’équipe de France. Difficile, donc, pour Marseille de rivaliser, même si l'union signée entre les deux parties en 2017 (souhaitée par... Garcia) connaît pour l'instant peu de déconvenues. Celui qui a écrit le plus de lignes demeure l'Adil sans moustache.




  • Dimitri Payet
  • Au LOSC de 2011 à 2013, à l'OM de 2013 à 2015 et depuis 2017

    Certes, il n'a pas soulevé davantage de trophée à Marseille qu'à Lille (son palmarès est vierge). N'empêche que Dimitri Payet a changé de dimension au moment où il a quitté les Dogues pour le Sud. Surtout après avoir fait la connaissance de Marcelo Bielsa, lequel l'a aidé à trouver cette régularité tant recherchée (meilleur passeur du championnat en 2015). Obligé de quitter l'OM pour l'Angleterre en 2015 – c'est en tout cas ce qu'il prétend –, l'international y est revenu tout sourire deux ans plus tard, forçant West Ham à le laisser partir pour retrouver les beaux yeux de la cité phocéenne. Avec succès : le grand absent de la Coupe du monde 2018 a terminé meilleur passeur de la Ligue Europa et co-meilleur passeur du championnat en 2018. L'élément clé actuel des Olympiens, c'est lui.



  • Florian Thauvin
  • Au LOSC en 2013, à l'OM de 2013 à 2015 et depuis 2016

    Le passage de Florian Thauvin à Lille ? Un véritable fiasco. Et pour cause : le gaucher, acheté à Bastia en janvier 2013 et prêté au club corse jusqu'à la fin de la saison, refuse de rester au LOSC lorsqu'il le rejoint vraiment. Garcia parti et les Dogues étant sur la pente descendante, l'ailier se met en grève et exige un transfert à Marseille. Mais après avoir eu gain de cause, le Tricolore ne convainc pas dans son nouvel environnement. Au point de s'exiler à Newcastle, où il fera encore pire. Finalement, c'est en revenant à l'OM en 2016 qu'il explose, statistiques à l'appui. Jusqu'à se muer en l'un des meilleurs éléments de Ligue 1 et en champion du monde. Drôle de trajectoire.

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
    Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17 Hier à 08:46 Gignac plante son dixième but de la saison 24