Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Milan-Inter

Looking for Icardi

Habituel acteur majeur des derniers Derbys della Madonnina, Mauro Icardi ne sera pas présent ce dimanche soir pour délivrer l'Inter en cas de besoin. La faute à une prolongation qui traîne, et qui coûte actuellement plus cher à l'international argentin qu'à son club. Même si Milan, qui n'a plus remporté ce face-à-face en championnat depuis trois ans, n'en demandait pas tant.

Modififié
Les temps changent vite, à Milan comme ailleurs. Non loin du Duomo qu’on ne présente plus, deux mannequins trônent par-delà une vitrine d’une boutique de sport lambda. Sur leurs épaules, les colosses de plastique affichent l’un et l’autre leur préférence alors que le derby approche : le jeune Argentin Lautaro Martínez à gauche pour les Nerrazzurri, le bomber polonais Krzysztof Piątek arrivé cet hiver pour les Rossoneri.


Quatre mois auparavant seulement, c’étaient les noms de Gonzalo Higuaín et de Mauro Icardi que les regards des passants pouvaient admirer en déambulant dans les rues de la capitale lombarde. Aujourd’hui, Pipita est à Londres. Mauro, lui, est à l’ombre. Pour le plus grand bonheur d’un Milan qui en avait assez de subir la foudre du natif de Rosario. Oui, le temps passe vite.

Le ridicule ne tue pas


Pour comprendre pourquoi le détenteur du brassard intériste depuis la saison 2015-2016 se retrouve aujourd’hui au placard, il faut remonter au début du mois de février dernier. Quatre jours après un court succès à Parme (0-1) où l’Inter est sauvée par une réalisation de Lautaro Martínez, le club annonce de manière laconique et inattendue que Samir Handanovič, le gardien international slovène, est le nouveau capitaine intériste. Sans rien dire de plus, officiellement. En coulisses, la raison est évidemment contractuelle : Icardi refuse de prolonger. Dans la foulée, et à la suite de cette annonce, l’international argentin refuse de faire le déplacement pour disputer le match aller comptant pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa face au Rapid Vienne. « Icardi était convoqué pour le match de Vienne. Mais c’est lui qui a décidé de ne pas venir, commentait alors son entraîneur Luciano Spalletti en conférence de presse. Je vous dis la vérité. La décision de lui retirer le capitanat a été douloureuse à prendre, parce que l’on connaît la valeur de notre ex-capitaine. Le choix a été fait en accord avec toutes les parties. Mais il a mal pris cette décision, c’était difficile de lui dire. »


Le feuilleton ne fait alors que commencer, et la suite des événements prend une tournure digne d’un scénario de telenovela : son agent (et compagne) Wanda Nara squatte le plateau de l’émission Tiki Taka pour plaider la cause de Mauro, fond même en larmes en direct alors que « la paix » est faite avec le directeur général de l’Inter Giuseppe Marotta, joint par l’émission au téléphone. Surréaliste. Les jours passent, mais le cas Icardi n’est toujours pas résolu. Muet jusqu’alors, l’international argentin publie sur le réseau social Instagram une longue lettre où il clame son amour pour l’Inter. Tout en réclamant, soit dit en passant, des explications à sa direction : «  J'ai toujours respecté les supporters, mes coéquipiers, les dirigeants et tous les entraîneurs qui sont passés. J’ai refusé beaucoup d'offres qu'un joueur professionnel aurait difficilement refusé, surtout à ces conditions. (...) Mais je ne sais pas en ce moment s'il y a réellement de l’amour et du respect envers l’Inter et envers moi par ceux qui prennent les décisions. » Encore aujourd’hui, la situation n’est pas clarifiée.

Voir cette publication sur Instagram

#MI9

Une publication partagée par Mauro Icardi - MI9 (@mauroicardi) le

Indispensable, dans les grands matchs


Le fait est que l’impact de l’absence d’Icardi dans le onze de départ intériste tarde à se faire sentir. Celui qui n’avait plus marqué depuis sept journées en championnat avant sa mise à l’écart n’est pas autant indispensable sur le plan statistique qu’il n’y paraît. Depuis qu’il est devenu capitaine il y a trois ans et demi, l’Inter a joué 25 matchs sans lui pour un excellent bilan de 19 succès, trois nuls et trois défaites. Soit une moyenne de 2,4 points par match. Cette saison, sans lui, l’Inter marque davantage que lorsque Icardi est titulaire.


Même si, petit à petit, l’absence de Mauro, ce buteur hors pair capable de débloquer n’importe quelle rencontre, commence à se voir. L'Inter a depuis été éliminé de la Ligue Europa sans trouver la faille face à Francfort, et a surtout vu le Milan lui passer devant au classement avant ce choc au sommet. Cette saison, pour sa première campagne de Ligue des champions, Icardi pèse quatre pions en six rencontres. Pas rien. En octobre, dans le temps additionnel d’un premier derby irrespirable, c’est encore lui qui avait délivré la Curva Nord d’un coup de tête qui valait bien plus que trois points. L’an passé, sa masterclass avait également séduit l’Europe entière. Ce samedi, Icardi a publié une photo de sa célébration iconique en noir et blanc, le tout avec San Siro en arrière-plan. Si le sens n’a pas été précisé, tout le monde devine que revoir Icardi mettre ses deux paumes derrière ses lobes dans un Derby della Madonina fait aujourd’hui partie du passé. Enfin, pour le moment.

Vidéo


Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures Insultes homophobes, menaces envers Rothen : Patrice Évra part en vrille sur Snapchat 149
il y a 9 heures Birmingham pourrait se voir retirer 12 points 4
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Où t'es, Depay ?