Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Le joueur de la 24ème journée
  2. //

Loïc Perrin: profession patron

Invaincus en 2013, les joueurs de l’AS Saint-Etienne ont retrouvé Pierre-Emerick Aubameyang. Moins médiatisé, moins flashy mais pas moins bon, Loïc Perrin, capitaine des Verts, est l’homme de base de Christophe Galtier. Excellent au poste de défenseur central où il a été repositionné cette saison, ce Stéphanois pure souche est le symbole d’une équipe qui retrouve les hauteurs de la Ligue 1. Focus sur le genre de joueurs que l’on coche en premier sur une feuille de match.

Modififié
En mai dernier, Francesco Totti clamait haut et fort qu’il « était la dernière bandiera du football italien » . Homme discret, Loïc Perrin n’est pas du genre à se fendre de ce genre de déclaration. Pourtant, le Stéphanois est la seule bandiera que compte le football hexagonal. Lui, qui a fait ses premiers pas sur les larges trottoirs du boulevard Jules Janin, à Saint-Etienne, foule toujours le bitume stéphanois deux décennies plus tard. Aujourd’hui, le statut a changé, mais l’homme est resté le même. Repositionné en défense centrale par Christophe Galtier, le joueur polyvalent de 27 ans réalise une saison de haut-niveau. Capitaine de son équipe de cœur, ce joueur discret et simple laisse la vedette à ses jeunes partenaires. Auteur de sa première grosse saison, Loïc Perrin est le symbole d’un Saint-Etienne qui avance sans faire de bruit. Mais qui avance vite.

L'enfant du pays


Loïc Perrin est en pleine négociation de contrat avec ses dirigeants. Mais dans les rues enneigées de Saint-Etienne, personne ne s’inquiète vraiment. Des occasions de partir, l’enfant du pays en a déjà eues. A des périodes où il brillait beaucoup moins. Dans le Forez, Loïc se sent bien. Et pour cause, de son enfance heureuse à Saint-Etienne, puis à Saint-Genest-Lerpt, l'intéressé garde d'excellents souvenirs. « Je me souviens très bien de mes vacances passées dans la maison de ma grand-mère, à Périgneux. On allait à la pêche, on construisait des cabanes. C’était vraiment de bons moments. » confiait un Perrin nostalgique au Progrès, à la fin du mois de janvier. C’est donc dans les allées oxygénées de la grande métropole stéphanoise que Loïc rencontre l’amour de sa vie : le ballon. Du genre à avoir commencé à taper dedans à peine après avoir appris à savoir marché, le Stéphanois dispute ses premiers matchs à Périgneux avant de porter les couleurs se Saint-Charles la Vigilante, club dont il est aujourd’hui le parrain. C’est à l’issue de cette aventure qu’il rejoint l’AS Saint-Etienne, un bonheur total autant qu’un crève-cœur. « J’ai pleuré en laissant mes amis avec lesquels j’ai participé à tant de tournois. Ce n’était que du bonheur » confie Perrin, toujours au Progrès, triste mais conscient de passer au niveau supérieur.

Le pillier de l'Etrat


Et depuis ? Toujours la même rengaine. Loïc Perrin écume les couloirs de l’Etrat, ses larges pelouses et son panorama verdoyant. Passé professionnel, le Stéphanois connaît la Ligue 2, la Ligue 1, les bouts de match et le banc de touche. Entre la saison 2005/2006 et 2010/2011, le joueur qui est alors milieu de terrain ne dispute aucune saison à plus de 20 matchs en Ligue 1. La faute aux blessures, notamment, qui l'empêchent d'exprimer pleinement un potentiel déjà très important entraperçu chez les jeunes. Bosseur invétéré, buteur de temps à autres, Perrin se voit récompenser de ses efforts. Replacé en défenseur central par Christophe Galtier, il s’impose tout simplement comme un des meilleurs joueurs du championnat à son poste. Rarement pris à défaut, solide à la relance, bon au duel et bon complément de Mouss Bayal Sall, Perrin dirige la troisième meilleure défense de l’élite d'une main de fer au toucher de velours. Reconnue par tous, l’émergence de l’homme discret en tant que défenseur central a fini par le convaincre : « Je pense que je vais finir à ce poste » annonce t-il. A une époque où on lâche une larme parce qu’on est mis sur la touche, Perrin se satisfait pleinement de sa situation. Comme toujours, en fait. « Je ne pense pas avoir changé, je suis très famille et j’ai gardé les mêmes amis que je connais par cœur » . Non, non, rien n’a changé, pour Loïc qui, sur un air des Poppys, pourrait bien soulever la Coupe de la Ligue au Stade de France. Une belle récompense.

Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible