Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018
  2. //

Lloris, un héros si discret

Hugo Lloris est champion du monde. Il faut le répéter, tant son nom n’apparaît guère en tête de liste des demandes de selfies. Même Adil Rami, qui n'a pas joué une seule minute sur les pelouses russes, semble lui avoir volé la vedette. Sans lui, nous n'aurions pourtant jamais vu la finale. C'est du moins ce que se répètent, un peu dans le vide, spécialistes et connaisseurs. Mais ni son tempérament taiseux ni le storytelling de l'époque ne lui offrent de tribune.

Modififié
Parmi les analyses qui expliquent la victoire tricolore et la popularité de ces Bleus version seconde étoile, tous les lieux communs convergent pour souligner leur jeunesse et leur adéquation culturelle avec le pays « réel » . Pourtant, au sein des incontestables contributeurs à cet inespéré triomphe, Hugo Lloris ne correspond guère à ce profil type, du haut de ses 31 ans et de sa longue expérience en bleu.


Vétéran discret de plus d'une décennie de liste des 23, capitaine en retrait et parfois par défaut qui a joué sous les ordres de trois sélectionneurs, il incarne cependant lui aussi la force irrésistible de la team de Didier Deschamps. N'oublions pas que c'est le soldat inconnu qui a remporté finalement la grande guerre.

Le « poilu » des Bleus


Son palmarès paraît assez exceptionnel. Surtout en sélection nationale. Deux Mondiaux, une finale d’Euro en 2016, plus grand nombre de capes pour un gardien de but et un record de capitanats. Sans oublier, désormais, une Coupe du monde qu'il a pu brandir en guise de consécration de sa carrière. De quoi compenser des gratifications bien plus modestes en club, à Nice, Lyon ou Tottenham. S'il n'est question que de juger ses performances, il faut avouer que sa résilience impressionne. Souvent contesté pour sa capacité à se trouer bêtement sur des erreurs indignes de son niveau (sa passe décisive contre son camp face à la Suède, son dribble manqué contre Mario Mandžukić en finale de Coupe du monde, ses boulettes avec les Spurs...), il a toutefois toujours su répondre présent lors des grandes compétitions.



Le parcours un brin inattendu de l'EDF lors de l'Euro à domicile lui doit largement. Au moins autant qu'aux prouesses de Payet puis Griezmann. La demi-finale contre l’Allemagne en fut l'illustration parfaite. En Russie, ses arrêts surréalistes à la FIFA 18 ou à la Gordon Banks lui ont également enfin permis de graver son talent dans les mémoires et dans les gifs sur Twitter. Finalement, son ultime bévue devant les Croates avait presque vocation de signature. Après un tournoi sans faute, Lloris reste Lloris. Humain, peut-être trop humain.

Humain after all


Le portier des Spurs est hors champ. Dans cette équipe qui semble soudée par sa dimension générationnelle et ses codes communs, il figure une histoire silencieuse et néanmoins bien actuelle. Si certains pouvaient ressasser la défaite conte le Portugal au stade de France, lui ne sait que trop bien le chemin parcouru depuis Knysna quand le bon peuple l'attendait à l'aéroport pour le menacer. Fort éloigné de l'exubérance contagieuse sur vidéo de trente secondes de Dembélé, à l'extrême opposé de l'assurance médiatique de Mbappé, Hugo Lloris, fils discret des classes moyennes au cœur de ce sport emblématique des quartiers populaires, se contente de servir tel qu'il est et comme il peut. L'ombre sur la mesure.


Il serait facile d'y voir le maillon faible de la communication post-mondial. Ou encore un joueur décalé au regard de la cohérence du groupe 2018. Pourtant, cette manière presque fragile de vivre le football, qui offre en contre-pied la possibilité aux exploits de surgir, romance une autre symbolique du foot que le pays avait peut-être aussi besoin d'entendre. L'espoir que l'on peut décrocher les étoiles sans avoir l'obligation de maîtriser les réseaux sociaux ou de savoir daber avec le président de la République.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Éric Besson : « Pour 50 millions d'euros, on peut s'offrir un bon club de L1 » 42
Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
À lire ensuite
Gourcuff, par amour du jeu