Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Liverpool sur le fil, Tottenham sur sa lancée

Entre deux grosses averses (et deux matchs remis), Adebayor en a profité pour se régaler, Kolo Touré pour s'enfoncer encore un peu plus tandis que Newcastle s'est une nouvelle fois effondré. Bref, une 26e journée de Premier League agitée au cours de laquelle Suarez n'a même pas marqué.

Modififié
Tottenham régale, Newcastle purge (encore)

Une affiche entre Newcastle et Tottenham, c'est d'abord un match entre deux beautiful losers. Léonard Cohen était encore écrivain, mais l'avait sans doute déjà compris. Et le moins qu'on puisse écrire, c'est que le Canadien n'aurait pas été déçu de l'entame de match des locaux. Bien inspiré, presque lyrique dans son approche, Newcastle prend possession du cuir dès l'entame de match, le fait circuler avec adresse, mais bute sur deux Français dans le vent. Hugo Lloris d'abord, qui s'interpose avec à-propos devant Papiss Cissé, Younes Kaboul, ensuite qui au bout d'une course folle empêche les Magpies et Ameobi de recoller au score. Car oui, en bon perdant magnifique qu'il a toujours été, Newcastle n'avait pas oublié de se faire surprendre sur l'une des toutes premières incursions de Tottenham et de son buteur retrouvé, Emmanuel Adebayor. Des suites d'un débordement aussi efficace que surprenant signé Nabil Bentaleb et d'une déviation aussi inopportune que maladroite de Tim Krul, le Togolais lance la bande à Sherwood sur la voie d'un succès bien plus facile que prévu. Et si Newcastle semble petit à petit se remettre du départ de Yohan Cabaye, il faudra encore attendre pour voir les Magpies remarquer un petit but. L'abstinence de Newcastle est l'éune des nombreuses conséquences du départ du Français, mais pas la pire. Le vrai problème, c'est qu'entre le temps de jeu accordé à Luuk de Jong – qui découvre petit à petit qu'empiler en Eredivisie et marquer en Premier League sont deux choses aussi diamétralement opposées qu'écrire et chanter – et une défense qui part à vau-l'eau, il faut aujourd'hui être bien optimiste pour voir Newcastle relever la tête dans les prochaines semaines. La preuve vient en trois temps. Le premier est initié par Paulinho et permet aux Spurs de faire le break. À la base du mouvement, le Brésilien profite d'une petite approximation de Krul pour crucifier les Magpies. Newcastle ne mérite pas ça tant l'envie montrée tout au long de la rencontre laisse entrevoir une réelle marge de progression. Mais ce soir, Lloris a revêtu ses habits d'homme-araignée, Adebayor son statut de goleador. En fin de match et d'une belle volée, le Togolais crucifie encore Newcastle avant que Nacer Chadli ouvre son compteur-buts de la plus belle des manières. Dur dur d'être un loser magnifique.

Liverpool s'en sort

Fulham, bon dernier, contre Liverpool, qui ne peut s'empêcher de croire encore aux lauriers nationaux, ça sent bon le festival pour la paire Sturidge-Suarez. Oui, mais il y a en ce moment plus que deux hommes qui sortent du lot du côté des Reds. Et bien malheureusement pour Brendan Rodgers, depuis quelques semaines, quand le duo carbure, Kolo Touré surprend. On joue depuis huit petites minutes quand la « nouvelle » quille de Liverpool offre à Fulham l'ouverture du score. Contrairement à sa récente perf' contre WBA, cette fois-ci, Kolo assure tout le boulot de son disgracieux pied droit. Mignolet se demande encore comment l'Ivoirien va se remettre de ce nouveau coup dur quand Steven Gerrard illumine une première fois le jeu des Reds d'une ouverture géniale. Suffisant pour voir Sturridge inscrire son 16e but de la saison, mais pas pour rassurer le portier belge. En deuxième mi-temps, c'est au tour de Skrtel et Flanagan de s'oublier le temps d'un instant. Contre le cours du jeu, et grâce à l'opportunisme de Richardson, Liverpool est une nouvelle fois mené au score. Une fois n'est pas coutume, les Reds s'en remettent aux dribbles de Coutinho pour revenir dans le match. Bien inspiré, celui-ci pense offrir 1 point à ses couleurs. C'était sans compter sur l'homme du soir à Craven Cottage, Steven Gerrard. Sans trembler, la capitaine des Reds transforme un penalty obtenu par Sturridge dans les arrêts de jeu. De quoi faire tomber le t-shirt et exploser de joie. Fulham reste à sa place, Liverpool en embuscade. Le tout avec une défense décidément bien masochiste.


Le ventre mou du genou

Avec un trio Odemwingie, Arnautovic, Crouch, Stoke City pourrait même se mettre à faire rêver l'observateur neutre de Ligue 1. En face, les Gallois de Swansea n'ont plus l'élégant Michael Laudrup sur le banc pour se la péter. C'est donc forcément la triplette folle associant la puce nigériane, le fantasque Autrichien et l'Anglais aussi besogneux qu'élastique qui va avoir raison de Gallois auxquels le terme "choc psychologique" semble alors ne pas évoquer grand-chose. Une chance pour Peter Crouch, qui en profite pour porter Stoke aux commandes grâce à un sang-froid retrouvé. Au retour des vestiaires, Swansea sonne la révolte par Chico, qui d'une superbe tête offre un bon point aux Gallois. Un partout, balle au centre et ventre mou.

Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 82

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70