Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2013 Espoirs
  2. // Finale
  3. // Espagne Espoirs/Italie Espoirs

Little Italy

On n'a jamais aussi bien connu une équipe d'Italie Espoirs. De fait, dans la sélection entraînée par Devis Mangia, qui s'est qualifiée samedi pour la finale de l'Euro U21, évoluent des joueurs comme Verratti, Insigne ou encore Borini. Rien que ça.

Modififié
Tandis que les grands entrent en piste lors de la Coupe des confédérations, les petits, eux, font leur bonhomme de chemin. Et pas n'importe lequel. Une finale d'Euro U21, ce qui n'était plus arrivé depuis 2004, année où les Azzurrini avaient justement remporté la compétition, en s'imposant en finale contre la Serbie, avec des buts de… De Rossi et Gilardino. Une autre époque. Samedi, face aux Pays-Bas, l'équipe d'Italie Espoirs a offert une véritable prestation héroïque. Pendant de longues minutes, les Pays-Bas ont dominé la rencontre, et ont bien failli faire craquer le verrou bleu. Mais finalement, à dix minutes du terme (comme lors du match inaugural contre l'Angleterre), l'Italie a réalisé le coup parfait. Un but de Borini, l'expatrié de Liverpool, qui a propulsé la Squadra (ou devrait-on dire, la Squadretta) en finale de l'Euro 2013. Juste récompense pour une équipe talentueuse, et dont les pièces maîtresses pourraient bien être, demain, les leaders de l'équipe d'Italie. Peut-être pas dès le Mondial 2014, mais dès les qualifications pour l'Euro 2016, ça, c'est une certitude.

Du talent à revendre

Retour sur la demi-finale, d'abord. Il devait s'agir d'un match compliqué. Et cela a bel et bien été un match compliqué. La Hollande de Cor Pot (un proche des Khmers rouges ?) a elle aussi une génération talentueuse, qui promet pour l'avenir. À quelques détails près (des cartons rouges et des pénaltys en moins), le match aurait presque ressemblé au Pays-Bas-Italie de 2000, demi-finale de l'Euro. Une domination orange, mais une Italie qui tient debout, avec son cœur. Plus forte physiquement, la sélection hollandaise aurait pu immédiatement prendre l'avantage avec un coup franc de la pépite Maher, sur le poteau. La première période est un monologue néerlandais, mais l'Italie tient le choc jusqu'à la pause. En seconde période, les Pays-Bas ralentissent et la petite Nazionale prend confiance. À la 78e, c'est Borini, parfaitement servi par Insigne, qui débloque la situation et fait exploser le banc azzurro. La fin de match est un assaut néerlandais sur les buts de Bardi (gardien titulaire de Novara), qui sauve tout. Coup de sifflet final, l'Italie est en finale, pour la plus grande joie de Devis Mangia, le sélectionneur.

De fait, le coach peaufine son équipe depuis sa prise de fonction, en juillet 2012. Écarté de Palerme quelques mois plus tôt par Zamparini, il avait alors un an pour construire une équipe solide, en mesure de réaliser une grosse performance lors de l'Euro. Sa mission est déjà accomplie, même s'il reste un match avant de pouvoir dire qu'il s'agit là d'un véritable triomphe. Un triomphe qui porte des noms, évidemment, et pas des noms inconnus au bataillon. Cette Italie miniature est emmenée par des joueurs qui sont déjà titulaires dans leur club respectif. Dans le onze qui a éliminé la Hollande, on retrouve le Parisien Verratti, le Romain Florenzi, le Génois Immobile, mais encore le Napolitain Insigne et le Liverpuldien (si si) Borini. Une magnifique génération, à laquelle se greffent Destro, Sansone, Capuano, Gabbiadini, Paloschi, Marrone, le moins connu mais très prometteur Saponara, ou encore El Shaarawy, qui a pour sa part déjà été promu en équipe première, malgré ses 20 ans. Bref, de quoi envisager la suite avec confiance.

Une défense déjà expérimentée


Pour Mangia, il s'agit évidemment d'une immense satisfaction. Son Italie est une Italie homogène, au sein de laquelle tout le monde marque des buts (de Borini à Insigne, en passant par Gabbiadini, Florenzi ou Bertolacci), et tout le monde défend ensemble. Une véritable unité se dégage déjà de ce groupe, ce qui est prometteur pour la suite. Les défenseurs sont un peu moins connus que les joueurs offensifs (Regini d'Empoli, Caldirola de Brescia, Donati de Grossetto et Bianchetti du Hellas Vérone, en prêt de l'Inter) mais semblent déjà au diapason : la Squadra n'a en effet encaissé qu'un seul but lors de cette compétition, qui plus est sur pénalty. De quoi rappeler les prestations de la défense italienne lors du Mondial 2006, qui n'avait encaissé que deux buts sur l'ensemble du tournoi : un but contre son camp de Zaccardo (des suites d'un coup franc), et la Panenka de Zidane. Une histoire de traditions.

Surtout, cette finale décrochée par l'Italie fait écho à la finale de l'Euro 2012 atteinte par l'Italie de Prandelli l'année dernière. Ironie du sort, c'est le même adversaire que les Azzurrini vont trouver en finale, à savoir l'Espagne. En espérant une issue différente. Mais au-delà du potentiel résultat de la finale, c'est un signal fort. L'Italie, que l'on disait vieillissante et en fin de cycle après le Mondial 2010, est en train de prouver à tous que la nouvelle génération a de beaux jours devant elle. Les meilleurs éléments de cette Italie U21 seront bientôt agrégés au groupe de Prandelli (certains, comme Verratti ou Destro, le sont déjà), pour une équipe pleine de fraîcheur et d'avenir. La route est encore longue, certes, mais cet Euro Espoirs donne déjà de précieuses indications sur ce que nous réserveront les prochaines grandes échéances des équipes nationales. Celles des grands, bien entendu.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6