Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 26e journée
  3. // Lille/Lyon (0-0)

Lille et Lyon amis au bout de l'ennui

Un nul qui n'arrange personne et surtout pas les téléspectateurs. Dos à dos au terme d'un match médiocre malgré un deuxième acte moins mauvais que le premier, Lillois et Lyonnais voient l'OM et Saint-Étienne ressortir gagnants de cette 26e journée. Ils n'avaient qu'à faire mieux.

Modififié

Lille - Lyon
(-1--1)


La routine a cela de fou que certains la fuient quand d'autres la recherchent. Et si en amour comme ailleurs, celle-ci peut rendre heureux ou dépressif, force est de constater qu'en matière de football français, elle est plus Prozac que romantisme passionné. Dimanche soir 21 heures n'est plus le rendez-vous des amoureux du ballon rond, mais le rendez-vous de ceux qui aiment souffrir. Lille contre Lyon, deux prétendants à la troisième place, l'affiche avait de quoi faire rêver. D'ailleurs, tout le monde a bavé devant la rencontre. En faisant la sieste. Au terme de 90 minutes d'un ennui difficilement égalable, Nordistes et Rhodaniens se quittent sur un score de 0-0 qui en dit long sur la rencontre. Tout ça ne nous rendra pas la vraie routine télévisée : la Trilogie du samedi.

Grève des éboueurs

Le Grand Stade est chaud et ça tombe mal : les éboueurs du football sont en grève. Résultat, une alerte déchet technique maximum est déclenchée dans le Nord de la France et ni les milieux lillois, ni les milieux lyonnais ne parviennent à y changer quoi que ce soit. Seule patte de velours dans un match de brutes épaisses, Clément Grenier tente bien quelques percées et passes bien senties, rien n'y fait. L'odeur devenant difficilement supportable, les joueurs tombent comme des mouches. Bedimo passe un sale quart d'heure au sens propre du terme après qu'Origi et Kalou ont tenté de le faire de son match. Privé de ballons, Lacazette gratifie la foule de chutes dont il a le secret et Bako Koné balance quelques tacles glissés. Dans cette guerre trop froide du football, pas de course à l'armement, juste une course aux pénaltys dans les deux blocs. Bafé Gomis prend un jaune pour simulation dans la zone de vérité, Roux ne passe pas loin, tandis que Rozenhal et Umtiti touchent le ballon de la main dans leurs surfaces respectives. Probablement complice de la grande machinerie du foot français qui veut que le dimanche soir soit celui du couvre-feu, l'arbitre ne bronche pas. Il n'y aura donc pas de but. Et tant pis si Nolan Roux, bien trouvé dans l'axe à la demi-heure de jeu, manque de tromper Lopes d'une bonne frappe du droit à l'entrée de la surface.

Un léger mieux…

Et soudain, une aile de pigeon parfaite ! Magnifique geste de Kalou ? Inspiration divine du chauve Balmont ? Non, juste un geste décomplexé de René Girard, peinard sur son banc de touche, suite à un nouveau ballon perdu. Adepte de la méthode Coué, Florent Balmont profite d'une interview à la pause au micro de Canal+ pour affirmer que «  cela faisait longtemps que Lille n'avait pas joué comme ça » . Une tactique payante puisqu'au retour des vestiaires, les Nordistes se créent enfin quelques bribes d'occasions. Bien décalé par Kalou puis par Gueye, Origi envoie une bonne frappe du droit que Lopes détourne magistralement. Sur l'action qui suit, un très bon centre venu de la droite arrive dans la surface des Gones, mais le portier répond une nouvelle fois présent. Désireux de retirer les toiles d'araignées de ce match poussiéreux, Grenier, lancé en profondeur, tente un lob sur Enyeama, mais Souaré sauve de la tête sur sa ligne. Intéressant sur son côté droit, le Belge Origi contribue au léger mieux aperçu en seconde période. D'une mine à l'entrée de la surface, il pousse Lopes, aidé par sa barre transversale, à une nouvelle claquette décisive. Jaloux de Lopes, Enyeama brille à deux reprises en fin de rencontre. Le Nigérian profite d'une frappe mal placée de Lacazette pour briller à son tour en fin de rencontre. Histoire de pénalty toujours, Souaré contre de la main une ultime frappe lyonnaise. Au final, du très mauvais en première période et du bon par intermittence en seconde, ça donne le mot de la fin pour Henri Bedimo : « C'est très moyen » . Saleté de routine.

Par Swann Borsellino

Tous les résultats de cette 26e journée et le classement complet de la Ligue 1, c'est par ici

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié