Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // France – Ligue 1 – Ce qu'il faut retenir de la 33e journée

Ligue 1 : Le suspense n'est pas encore mort

Le PSG croyait pouvoir déjà valider son titre de champion ce week-end. Sauf que sa défaite à Lyon hier, combinée à la victoire de Monaco la veille, permet d'entretenir un semblant de suspense. Sinon, côté vrai suspense, c'est au niveau des tickets pour la Ligue Europa et pour le maintien que ça se passe.

Modififié
Oh tiens, le championnat n'est pas tout à fait terminé

C'était un scénario imaginable, un scénario assez simple, avec un pitch en deux actes. D'abord, l'insondable Rennes se trouvant - comme parfois ça lui arrive - dans un bon soir et dominant une équipe monégasque qui sait se montrer perfectible à l'occasion. Puis le PSG qui essuie ses larmes après l'élimination à Stamford Bridge et domine un Lyon valeureux mais fatigué en cette fin de saison harassante. Ces deux cas de figure auraient donné 16 points d'écart à la formation parisienne sur son dauphin du Rocher, à 5 journées du terme. Boum, deuxième titre consécutif validé ! Au lieu de ça, le leader et son dauphin ne sont séparés aujourd'hui « que » de 10 points, après la victoire de Monaco combinée à celle de Lyon hier soir. Alors certes, ce n'est toujours qu'une question de temps avant le nouveau sacre du PSG, mais au moins ça maintient l'illusion d'un suspense.

Pour ce qui est du podium, pareil, si ce n'est pas encore mathématiquement acquis, c'est déjà quasi acté : Monaco dauphin devant Lille. Derrière, c'est déjà bien plus flou. À qui les tickets pour la Ligue Europa ? Un match à trois se confirme entre Saint-Étienne (56 points), Lyon (54) et l'OM (51). Derrière, ceux qui n'ont plus rien à jouer sont Bordeaux, Reims, Toulouse, Bastia et on peut aller jusqu'au FC Nantes. Puis viennent ceux qui n'ont pas encore complètement validé le maintien, mais c'est tout comme : Nice, Rennes, Montpellier et ETG. Enfin c'est Guingamp, 17e et bloqué à 35 points, qui permet à Sochaux (30 points) et Valenciennes (29) de croire qu'ils n'accompagneront pas Ajaccio à l'étage en dessous. Une bonne nouvelle tout de même pour l'EAG : sa différence de buts à seulement -6 lui octroie l'équivalent d'1 point de plus face aux Lionceaux (-25) et Nordistes (-19).

Vous avez raté Reims – Saint-Étienne (et vous n'auriez pas dû)

Pas de matchs fous et immanquables à noter en cette 33e journée, mais pas de purge totale non plus ni de matchs terminés sur un score vierge. Dimanche après-midi, en digestion du Paris-Roubaix, mention spéciale aux forçats de l'AS Saint-Étienne, qui ont su profiter de l'incapacité des Rémois à bien finir leurs matchs pour revenir in extremis dans la partie et gratter le point du nul (2-2). Lille l'ayant emporté, c'en est pourtant quasi fini des espoirs de qualification des Verts pour le tour préliminaire de la C1, mais l'abnégation est belle, à défaut de réussir en ce moment à maîtriser parfaitement une rencontre. Reims s'est d'abord illustré par l'intermédiaire de l'excellent Gaëtan Charbonnier et de l'increvable Franck Signorino, buteur en L1 pour la première fois depuis près de 8 ans. Mais Brandão, qui avait remplacé un Erding sorti sur blessure, a permis aux visiteurs de tout de suite recoller au score, avant le but tardif de l'égalisation signé François Clerc. Un très joli scénario à récompenser, de même que l'état d'esprit, à défaut d'avoir vu un flamboyant jeu d'acteurs.

Vidéo

L'analyse définitive du week-end

Marcelo Bielsa était dans les tribunes de la Mosson à regarder l'OM jouer, donc Marcelo Bielsa sera forcément l'entraîneur la saison prochaine ? À voir… Depuis la jurisprudence Jack Kachkar, il est conseillé aux supporters marseillais de se méfier des apparences et d'attendre que tout soit signé et officialisé avant d'imaginer l'avenir. Mais si effectivement ce dernier se dessine avec le technicien argentin aux manettes, il y a de quoi se prendre à retrouver enfin un peu le sourire, à espérer voir du jeu au Vélodrome et à voir débarquer de bons joueurs désireux de travailler sous les ordres d'El Loco. Patience, le dénouement est proche : Labrune aimerait une réponse cette semaine, et même logiquement d'ici demain.

La polémique de la machine à café

Deux matchs de suite qu'Ibrahimović est absent, que Cavani est aligné à sa place à la pointe de l'équipe parisienne, pour un bilan de deux défaites et d'aucun but marqué. Alors quoi, l'Uruguayen est un zéro ? C'est en substance ce que disent certains sur les réseaux sociaux. Déjà considéré comme le principal responsable de l'élimination contre Chelsea, il est encore la cible de toutes les critiques après sa prestation à Gerland hier. Dur ? Oui, quand même : certes El Matador n'est pas dans la forme de sa vie, mais le brûler pour un passage à vide et deux mauvais matchs relève de l'injustice. Et c'est faire peu de cas de son CV et de son palmarès. Il lui reste une finale de Coupe de la Ligue et le money time du championnat pour effacer les doutes et faire taire les sceptiques.

Le top 5

1. Vincent Aboubakar (Lorient). Grâce à son but permettant la victoire sur le fil des Bretons à Nice, il réussit à faire sourire Christian Gourcuff. Et à pleines dents en plus. L'exploit du week-end, incontestablement.
2. Jordan Ayew (Sochaux). Un but, une passe décisive et une nouvelle prestation XXL du Sochalien, qui va revenir à l'OM cet été plus mature qu'il ne l'a jamais été. Faut dire que de ce point de vue, il partait de loin. Un prêt gagnant, en tout cas.
3. Anthony Lopes (Lyon). Les supporters lyonnais peuvent être fiers de la bravoure de leurs jeunes à l'état d'esprit irréprochable. Et quand en plus le gardien a les mains chaudes, alors aucune équipe ne peut leur résister, pas même le PSG.
4. Mathieu Valbuena (Marseille). Ça alors, Petit Vélo a enfin livré un match plein, ponctué d'un but, le premier depuis plus de deux mois. Deschamps a dû apprécier, Bielsa pareillement.
5. Emmanuel Rivière (Monaco). Bousculé par la concurrence depuis quelques semaines (malgré l'absence de Falcao), Manu le costaud a profité d'être enfin titulaire samedi à Rennes pour marquer un joli but, le seul du match. Il veut jouer la C1 avec l'ASM la saison prochaine, oh que oui.

Le geste

Un ballon gratté malicieusement – et avec la complicité de Gonalons – aux abords de la surface parisienne, un ballon de récupération à vite exploiter, une belle frappe pleine d'opportunisme, un gardien avancé et pas assez attentif et hop, ça fait but pour Jordan Ferri, encore un, et encore une fois depuis l'extérieur de la surface. Oui, ça fout un coup de vieux, mais le football appartient désormais à des garçons prénommés Jordan.

Vidéo

Ils l'ont dit

- Hervé Renard : « On part de loin, mais je reste persuadé qu'il peut se passer quelque chose de positif d'ici la fin de saison.  » Relégable depuis la 3e journée, Sochaux peut encore se sauver et fait tout pour. L'effet diesel de Peugeot a décidément de quoi surprendre.
- Pascal Dupraz : « Comptez sur nous pour ne pas prendre de photos au Parc des Princes. Si les joueurs de l'ETG veulent se faire prendre en photo, nous irons dans la semaine au pied du Mont Blanc qui est, comme chacun sait, le toit de l'Europe, mais aussi une des merveilles du monde. » Pas question d'offrir le titre au PSG lors du prochain match pour Pascal Brutal, gourmette au poignet et Adidas Torsion aux pieds.
- Francis Gillot : « En l'emportant ici, on avait l'occasion de rester encore en course pour l'Europe. Malheureusement, on a enterré, ce soir, nos dernières illusions. » Tirelipimpon, c'est toujours la méga teuf à Bordeaux cette saison.
- André-Pierre Gignac : « Il faut qu'ils sachent que l'on est très fiers de porter ce maillot. S'il y a de temps en temps des contre-performances, nous ne faisons pas exprès. » APG avait un message à adresser aux supporters olympiens.

Le tweet

Jean-Michel Sérénité, pas le plus drôle des sketchs de Kad & O, mais il est tout de même sacrément apprécié du côté de Lyon.

La stat

28. Plus de 28 mois que le PSG n'avait pas subi deux défaites d'affilée, toutes compétitions confondues. La dernière fois, c'était en novembre 2011, avec même une très vilaine série de trois revers contre Nancy, Marseille et Salzbourg en Coupe d'Europe. L'époque de Ceará, Biševac, Lugano, Bodmer, Nene et Gameiro. Une éternité.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 47

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 21
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 22