Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Libres et ego

Au sein de son effectif, Didier Deschamps ne souffre aucune contestation. Chacun de ses choix est respecté, et les joueurs revendiquent fièrement le fait de mettre leur ego de côté pour servir le collectif. Comme si l'idée du « moi » avait été bannie.

Modififié
Que peut-on conclure des trois matchs de poule disputés par l'équipe de France ? Si on décrypte un peu le message livré par Didier Deschamps après le dégoûtant 0-0 face au Danemark, la réponse est toute simple : sept points, une première place du groupe, et une qualification en huitièmes de finale. Les tricolores ont un sélectionneur qui laisse peu de place à l'émotion, alors il préfère sortir les bouliers que les violons. Puis laisser à d'autres le soin de discutailler encore et encore de ses choix, du style de jeu de son équipe, ou de l'état de forme de tel ou tel joueur. Et au milieu du flot de commentaires, quelques fils rouges : la plèbe reconnaît aux Bleus une vraie capacité à tenir le score, à ne pas prendre de buts, et à assumer à 1000% le fait de ne proposer aucun fun sur le terrain tant que les résultats sont au rendez-vous. La recette nécessite des ingrédients bien précis. Des joueurs capables de mettre leur ego de côté, par exemple, et de se fondre intégralement dans le moule sculpté par Deschamps. Un constat d'autant plus valable pour les remplaçants, surtout ceux qui n'avaient pas prévu de l'être et qui se sont retrouvés scotchés sur le banc sans avoir rien vu venir. Et malgré les frustrations et les rêves abîmés, depuis le début du Mondial, aucun mot plus haut que l'autre n'est sorti de la bouche des joueurs de l'équipe de France, qui suivent tous ce code de conduite aussi simple que militaire : se taire et respecter les choix du coach. Au point de faire dire à Paul Pogba : « Il n'y a pas d'ego dans cette équipe. Et c'est ça qui fait que c'est une grande équipe. »

Les autres sélectionneurs demandent, Deschamps obtient


Quand on s'appelle Olivier Giroud ou Blaise Matuidi, qu'on a joué quasiment tous les matchs comme titulaire depuis l'Euro (et même avant), et qu'on voit un petit gars plus jeune, plus spectaculaire et plus populaire récupérer le job lors du premier match de la Coupe du monde, ça fait tout drôle. Sacrifié parce que Deschamps pensait que la triplette Griezmann/Mbappé/Dembélé pouvait devenir le tube de l'été, Giroud est devenu le dindon de la farce en deux coups de cuiller à pot, et à sa place, d'autres joueurs auraient poussé une bonne gueulante. Même réalité pour Matuidi, à qui on a demandé de regarder Tolisso jouer contre l'Australie. Mais au moment de s'exprimer publiquement, aucun des joueurs lésés n'a transformé la salle de presse en bureau des plaintes.


« C'est dur pour le coach de faire des choix entre 23 joueurs » , a même reconnu Matuidi, avant de raconter comment il avait vécu son écartement du onze de départ : « Moi, je l'ai accepté. Je ne vais pas vous dire que je suis content, bien sûr que je suis déçu. Qui va vous dire qu'il est content de ne pas démarrer un match ? Celui qui vous dit ça, ce n'est pas un compétiteur. » L'ancien Parisien avait conclu sa tirade en applaudissant Giroud, entré en cours de jeu sans râler : « Giroud a eu le comportement qu'on doit avoir tous. C'est un exemple pour nous, c'est le groupe qui l'emporte, le collectif prime sur tout. » Oublier les certitudes, les statuts des uns et des autres, et se faire tout petit. Voilà en substance ce que demande Deschamps à ses joueurs. Comme tous les sélectionneurs, en fait. Sauf que lui arrive à l'obtenir.

Fourmis dans les jambes


Même s'ils sont des hommes matures et de nature sage, des cadres comme Giroud et Matuidi n'accepteraient pas le deal s'ils n'avaient pas confiance en leur sélectionneur. Même les plus jeunes se prêtent au jeu et restent dans le rang. Être condamné à se faire traiter de coiffeur pendant un mois ? « Ça ne me pose pas de problème, évacue Thauvin. Ce serait un peu plus facile à vivre si j'étais sur le terrain, mais je n'oublie pas la chance que j'ai d'être dans les 23. » Un pas en avant, un pas en arrière. Oui, j'ai des fourmis dans les jambes. Mais non, je ne gênerai pas l'équipe avec ma petite personne. Et quand Djibril Sidibé passe derrière le micro, c'est pour offrir le même discours : « J'ai joué tous les matchs avant le Mondial. Être dans cette situation, c'est une petite frustration, mais beaucoup de joueurs aimeraient être à ma place. Dans ces circonstances, les états d'âme, on les met de côté. »


Deschamps obtient cette abnégation de joueurs d'âges, de caractères et de rangs différents. Aucune critique de ses choix, rien qui dépasse. Une réelle performance. Et même quand les joueurs sont longuement questionnés sur le style très ennuyeux de l'équipe de France, aucun d'entre eux n'ose sous-entendre que le sélectionneur y est pour quelque chose. Les mêmes coupables sont invariablement alignés contre le mur : les adversaires qui jouent bas, la difficulté de la compétition, l'importance du résultat final. Le coach protège ses joueurs, les joueurs protègent leur coach, et ce petit monde s'accorde pour rayer la première personne du singulier dans les Bescherelle. Tant que ça permet à l'équipe de passer les tours, l'Éducation nationale sera probablement d'accord pour fermer les yeux.

Par Alexandre Doskov, à Istra Propos recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

FC Thouroude #30 - CHAMPION DU MONDE !

Vidéo
FC Thouroude #30 - CHAMPION DU MONDE ! FC Thouroude #29 - FAUT RAMENER LA COUPE A LA MAISON ! FC Thouroude #28 - Les Anglais à la maison, Enzo raconte France 98 FC Thouroude #27 - ON EST EN FINALE !!! FC Thouroude #26 - Une histoire belge, la chatte à DD, la chanson de La Pioche FC Thouroude #25 - It's coming home, la Belgeance et Thierry Henry FC Thouroude #24 - Enzo le footix, les vacances et l’eliminacao du Brésil FC Thouroude #23 - Le secret de Kylian et de l'Uruguay, l'artiste Neymar FC Thouroude #22 - Le giga best-of des chansons FC Thouroude #21 - Valérie Damidot, Grizou, Chuck Norris, l'astrologie FC Thouroude #20 - le hit de Kylian, la perf de Neymar, les Suèdoises FC THOUROUDE #19 - Le grand Raí, Hiroki Sakaï, le prono mysterio FC THOUROUDE #18 - Kylian, Benjamin et Enzo, notre footix préféré FC THOUROUDE #17 - Kanté va bouffer Messi, Quaresma icone fétichiste, Enzo le footix FC THOUROUDE #16 - Pas de match alors que faire aujourd'hui ? FC THOUROUDE #15 - bye bye les Allemands, Kevin de Bruyne, le prono Balec FC THOUROUDE #14 - Quel Brésilien va chialer ce soir ? FC THOUROUDE #13 - Enzo un supporter un peu lourd, le prono Thauvin, la mutinerie argentine FC THOUROUDE #12 - Où est le vrai Suarez, la pilosité de Ronaldo et Joachim Löw FC THOUROUDE #11 FC THOUROUDE #10 - Neymar, Kanté et Thomas VDB FC THOUROUDE #9 - Florian Thauvin, invité exclusif FC THOUROUDE #8 - Le gars sûr Ngolo, le pansement Giroud et l’incroyable Cristiano FC THOUROUDE #7 - Le marché noir des pénos, Tonton Pat, Da Costa FC Thouroude #6 - Harry Happy Kane, Lukaku et le dilemme de Lewandowski FC THOUROUDE #5 - Les cheveux de Neymar, la lettre d'Adrien à DD, Harry Kane FC THOUROUDE #4 - l'arbitrage vidéo, Paul Pogba et LE vrai Neymar

Dans cet article


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
24 heures chronov