Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Copa Libertadores
  2. // Demi-finale

Libertadores : Ronnie en finale

Le Newell's Old Boys de Gaby Heinze a longtemps cru tenir sa finale de Libertadores, mais c'est finalement l'Atlético Mineiro de Ronaldinho qui se qualifie aux tirs au but (0-2, 2-0, 3-2 tab). Les Brésiliens rencontreront les Paraguayens d'Olimpia en finale.

Modififié
Ronaldinho ne le mérite pas vraiment, mais il tient sa finale de Libertadores. Toujours aussi réticent à effectuer la moindre course, le Ballon d'or 2005 a exhibé un niveau à conforter Felipe Scolari dans son choix. Celui de ne pas recourir à ses services, malgré une passe décisive d'élite envoyée, depuis son fauteuil, pour Bernard, d'entrée de jeu (3e, 1-0). Le petit Bernard et le méchant Pierre, deux noms qui fleurent bon l'Hexagone, ont été les hommes de la première période. Le buteur et le tacleur. Le second, d'une méchante semelle, a fait déguster Heinze au niveau du genou, dès la 13e minute. Dur au mal, l'ex-Parisien a serré les dents, mais le grand référent défensif de NOB a dû se résoudre à sortir dix grosses minutes plus tard, en cherchant Pierre de ses yeux revolver. D'un regard qui tue… Mercredi, à Belo Horizonte, Heinze, 35 ans, a peut-être disputé son dernier match de Libertadores. Une compétition qu'il n'a jamais remportée. Comme son coéquipier, Lucas Bernardi. Comme Ronaldinho. Des noms qui fleurent bon la Ligue 1 du début des années 2000.

Dépassé à l'aller (2-0), le Galo a semblé tout autant dépourvu de stratégie au retour pour renverser la situation, sauf celle d'envoyer dans la boîte pour Jô, qui a dû se remémorer ses saisons passées en Premier League. À défaut de voir ses brillantes individualités parvenir à faire à nouveau jaillir l'étincelle, l'Atlético a dû s'en remettre à son banc. Tite, qui perdait largement la bataille tactique face à Gerardo Martino, lance alors à l'aube du dernier quart d'heure Luan et Guilherme, à la place de Tardelli et Bernard. Le premier élargira le jeu des locaux, et le second inscrira le deuxième but (90e), synonyme de séance de tirs au but. Le match venait alors d'être interrompu à cause d'un éclairage défaillant. Le dernier pénalty de la série à trouver le fond des filets sera signé Ronaldinho. Maxi Rodríguez échouera ensuite. Au tour précédent, l'ex de Liverpool avait été l'auteur du tir au but de la qualification, face à Boca. En finale, l'Atlético Mineiro rencontrera Olimpia.

Vidéo

De la troisième division à la finale de Libertadores

Pas le plus glamour, ni celui qui dispose de la réputation la plus flatteuse à l'international, mais Olimpia est bien un club qui pèse en Amérique du Sud. El Decano, l'un de ses surnoms, a ainsi déjà remporté trois Libertadores (1979, 1990, 2002). Seuls trois Argentins (Independiente, Boca, Estudiantes) et deux Uruguayens (Peñarol, Nacional) disent mieux. Loin de disposer d'un budget XXL, le club d'Asunción sait faire avec les moyens du bord. Au mois de mai, El Decano a ainsi perdu Richard Ortiz, l'un de ses meilleurs éléments, parti gagner plus à Toluca, puis Sebastian Airosa, victime d'un cancer. Ce dernier a été remplacé dans l'urgence par Nelson Benítez, un Argentin qui évoluait en troisième division, aux Talleres de Córdoba. Le milieu de terrain albiceleste dispose toutefois d'assez de talent pour avoir été recruté par le FC Porto en 2008, où il effectuera un passage fantomatique.

Titularisé lors du match aller, à Asunción, face à l'Independiente Santa Fe (2-0), Benítez est passé, sans transition aucune, de la troisième division aux demi-finales de la Libertadores. Au retour (0-1), il sera reconduit dans le onze paraguayen. Outre le fait de savoir faire beaucoup avec peu, Olimpia sait aussi construire des collectifs hermétiques et parfaitement articulés. Les Paraguayens sont ainsi sortis de leur demi-finale face à Santa Fe en ayant encaissé un seul but, litigieux qui plus est, puisque le ballon n'a sans doute pas entièrement franchi la ligne. Olimpia jouera sa finale face à l'Atlético Mineiro dans la peau d'un outsider. Mais rien ne dit qu'il s'agit de la plus faible des deux équipes.

Vidéo


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1
il y a 7 heures Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3 il y a 9 heures La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 16 il y a 11 heures Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 66